Sur ma table de nuit/3

Demain, je partirai vers l’Alsace ! Je rencontrerai certaines d’entre vous avec bonheur ❤ et, bien sûr, je vous donnerai plus tard quelques impressions des expositions sur le thème majeur des quilts hispanophones. Je voyagerai avec mon amie LeeAnn de l’Etat de Washington, sœur de cœur, sister by heart. L’amitié et les arts textiles seront au programme en continu, pas de temps pour la lecture alors que cet été, sans doute pour éloigner mon esprit des visions terribles de l’Ukraine, j’avais un peu forcé sur les thrillers.

Lire la suite de « Sur ma table de nuit/3 »

Sur ma table de nuit/2

Chaque fin d’été surgit Amélie, qui sort de son chapeau une histoire excentrique, tantôt autobiographie au mentir-vrai, tantôt conte cruel pétillant… Elle subit bien des critiques acerbes, la Dame en Noir belge, mais chaque bébé de l’année, né sous le signe du Lion ou de la Vierge, voyage pourtant avec succès dans le monde entier.

Lire la suite de « Sur ma table de nuit/2 »

Sur ma table de nuit/1

J’aurais aimé partager mes impressions de lecture dans un blog littéraire, mais c’est très chronophage et j’ai déjà ce cher vieux blog de la Ruche des Quilteuses ! Alors voici une nouvelle rubrique, j’ignore si elle sera aussi féconde que j’aimerais.
Ne perdons pas de temps, présentation d’une lecture récente, c’est parti !

Lire la suite de « Sur ma table de nuit/1 »

Alchimie du Bleu/1

Comme vous aimez bien les séries d’articles, voici notre expérience de la teinture à l’indigo en plusieurs chapitres. Nous avions commencé un vendredi bien gris, avec nos tissus blancs issus de linges de maison ou de vêtements, rêvant de bleu ! On peut prendre tous les tissus naturels : coton, laine, soie, chanvre, lin etc. Vive a été notre Maîtresse du Bleu, car elle avait déjà fait une séance avec sa sœur Edith il y a quelques années.

Lire la suite de « Alchimie du Bleu/1 »

Rencontres en Corrèze

Martine m’a invitée à partager une journée avec des quilteuses de son entourage ; ce fut l’occasion de visiter une toute petite partie de la Corrèze que je connais bien trop peu.

En rencontrant plusieurs personnes du village de Martine, j’ai eu la douce impression de vivre dans la seconde partie d’un roman lu l’année dernière.

Lire la suite de « Rencontres en Corrèze »

Être un chêne

C’est un récit unique, très précis scientifiquement et si poétique :

Laurent Tillon, ingénieur chargé de mission en biodiversité auprès de l’ONF, nous transmet l’histoire que lui a raconté son chêne…

Je le lis avec délectation, un chapitre par jour pas plus… Cela me remet de la lecture de S.A.R.R.A. 2, où j’avoue prendre moins de plaisir que la lecture du tome 1, car le malaise domine dans ce monde où l’intelligence artificielle prend notre place décisionnaire… Dans cette double période électorale (la nôtre et celle du tome 2 de SARRA de David Gruson), on croit que les hommes et femmes sont le sujet principal 😉 :

La politique est l’art de se servir des hommes
en leur faisait croire qu’on les sert
.
Louis Dumur – Les petits aphorismes sur la politique (1892)

… alors que ce qu’on appelle la machine administrative, symbole de la pesanteur et de l’inaction, peut devenir la machine à broyer menée par l’IA (intelligence artificielle). Ne perdons pas de temps pour conserver notre humanité (je sais que c’est un roman, mais ce monde est la suite logique du nôtre), notre maîtrise des décisions, nos libertés, à mettre au service d’un futur vivable et si possible agréable, en ville comme à la campagne. Et primum non nocere, en premier lieu, veiller à ne pas nuire, ni aux autres, ni à la nature.

Chaque fois que l’on se promène dans la nature,
on reçoit beaucoup plus qu’on ne cherche.
John Muir

Revenons à notre chêne, ou plutôt celui de Laurent Tillon. Mon amie la Marmotte Rousse l’a gratifié d’un splendide article, sublimé par sa passion de la Nature et la biodiversité. En faisant ma promenade dans la forêt ce matin, je repensais à tout ce que j’ai appris au cours de sa lecture. Dans la partie de la forêt visitée aujourd’hui, quelques chênes séculaires persistent et j’admire d’autant plus leur odyssée… Plus je connais les arbres, plus je les aime !

Ah si on savait tout ce qui se trame sur et sous cette écorce ! Tout est interaction, connexion, réaction, symbiose… et recherche de l’équilibre. Être un chêne, ce n’est pas de tout repos🌳 .

Et dans la forêt je pars,
pour perdre mon esprit et retrouver mon âme.
John Muir

Et puis j’ai retrouvé « ma » bombe, déplacée de nouveau, sans doute au prix de grands efforts (250 kg quand même !), laissée à une dizaine de mètres d’un chemin forestier… Sans doute un de ces prochains jours, elle partira.

Partout, sur la bombe comme sur les bois morts ou les troncs vivants (côté Nord), verdissent toutes sortes de mousses, à la faveur de l’humidité persistante de ces dernières semaines.

Certaines mousses sont d’une douceur inouïe ! Celle-ci forme une forêt sur quelques centimètres carrés, c’est la magie de la vision fractale de la nature.
Petite pause sur le chemin du retour, au pied de ce vénérable chêne qui ne montre encore aucun signe de réveil. Cela ne saurait tarder, les oiseaux pépient depuis une semaine, de tendres pousses surgissent de terre, pleines de cette énergie vitale du printemps qui arrive !

Acquérir une intelligence écologiste, par exemple avec ce livre ou le premier de Laurent Tillon (Et si on écoutait la nature ? 2018), c’est à la fois prendre soin de soi et des autres.

En ouvrant ses sens à la nature,
on améliore clairement son sentiment de bien-être,
et on gagne en écoute des autres.

Laurent Tillon

Ce dessus de table, fait il y a bien 15 ans, a un tissu de fond en plein accord avec la couverture du livre. C’est un bloc centré inspiré de Winding Ways (Chemins sinueux), interprété d’après un modèle dans une revue allemande (sans doute Burda, ou Sabrina…) Quel que soit le sujet, un peu de patchwork ne nuit jamais.

La nature est une artiste dont l’imagination est sans limites.
Laurent Tillon – Et si on écoutait la nature ?

Je l’entends, je le vois, je le sens, il arrive… le printemps !
Katell

De l’intelligence à la conscience artificielle

S.A.R.R.A.

Rarement un livre m’impressionne à ce point. Alors je fais une parenthèse sur le monde coloré du patchwork pour vous présenter cette effroyable histoire, premier roman de David Gruson.

Je n’ai lu que le tome 1, terminé cette nuit à vrai dire, le second va suivre très vite. Ce n’est sans doute pas une lecture pour tous, c’est pourquoi je me permets de vous donner quelques impressions pour que vous ne vous embarquiez pas dans cette lecture à l’aveugle. Cependant, je vous conserve, intacte, la jubilation de découvrir ce monde si proche, si probable…

Où, Quand, Comment

Dans le tome 1 nous sommes à Paris, dans une courte période de fin d’été 2025, à la fois dans les hautes sphères décisionnelles – jusqu’au Président de la République, qu’on peut imaginer être Macron en second mandat – et dans plusieurs familles du Sud-Est parisien. Il est question d’une mystérieuse résurgence du virus Ebola avec un premier cas, la mise en branle du principe de précaution prise, non par les élites, mais par une intelligence artificielle conçue pour cela. Le roman est le compte-rendu vif et chronologique de cet événement, et les imbrications découvertes au fil de la lecture sont époustouflantes.

Dans quel monde vit-on en 2025 ?

Je ne suis pas la seule à être ébahie par les intuitions de l’auteur qui écrivit ce livre avant 2018, date de sa parution. Impossible pour lui de s’être inspiré du Covid19 ! Qui dit virus dit mise en quarantaine et confinement, recherche de vaccin, centres de vaccination, télétravail, tout sonne tellement juste après l’avoir vécu.

2025, c’est aussi l’avancée de l’intelligence artificielle dans nos vies. Des problèmes sont résolus grâce aux robots : l’insécurité, le manque de personnel en milieu hospitalier… L’organisme qui intervient au quotidien s’appelle, je vous le donne en mille : PanGoLink, société au logo… de pangolin. Quand je vous dis que les écrivains ont bien souvent une intuition folle… D’ailleurs, l’auteur – ou plutôt son personnage principal – parle plusieurs fois du hasard, qui n’existe pas.

Vous appelez « hasard » ce que vous ne pouvez pas expliquer. Or, le hasard n’existe pas en soi. Ce n’est que la somme de zones d’ombre qui échappent à votre perception. Le hasard est le totem derrière lequel dissimuler la finitude de vos intelligences.
S.A.R.R.A. tome 1, David Gruson

Comme nous lisons un rapport militaire Confidentiel Défense, le monde décrit est froid et précis, faisant abstraction de tout ce qui rend un roman « vivant » : la météo, les couleurs… exception faite de la couleur flamboyante de la chevelure de l’héroïne et d’une mystérieuse allusion, à plusieurs reprises, de La Dame à la Licorne… Je suis sûre que nous retrouverons cette fresque aux Mille Fleurs dans le tome 2, le livre est trop bien construit pour que ce soit là par hasard…

Ce que l’auteur ne pouvait pas savoir…

Comme nous avons vécu une partie du temps entre 2017 – écriture finale du livre – et 2025, nous pouvons saluer la perspicacité de l’écrivain mais aussi sourire quand il n’a pas prévu l’incendie de Notre-Dame (avril 2019), ou, heureusement, qu’une série d’attentats n’a pas eu lieu en 2021…

Notons qu’une femme connue est Présidente des USA, sera-t-elle élue en 2024 pour être raccord avec cette fiction 🙃 ?… Non, je ne spoile pas !!

Diagramme de Pareto, Rasoir d’Ockham…

L’auteur nous distille une petite part de ses connaissances avec élégance, alors que le style semble sec et sans fioriture. Je lisais le livre avec mon smartphone tout près de moi, pour certaines notions qui ne me sont pas familières de premier abord.

Le diagramme de Pareto est lié à sa célèbre loi des 80/20 (80% des effets sont provoqués par 20% des causes) :

Sur 10 postes, les 2 premiers représentent la forte majorité (80%) des effets. Le reste en comparaison, est insignifiant.

Le moine philosophe anglais du XIVe siècle Guillaume d’Ockham établit le principe de parcimonie, très utilisé en sciences, mathématiques, connu sous le nom de rasoir d’Ockham, dont nous pouvons tirer profit dans la vie de tous les jours. Raser, en philosophie, c’est éliminer des explications improbables d’un phénomène. C’est se satisfaire des hypothèses les plus probables pour arriver plus rapidement à l’explication. Cela n’engendre pas une certitude de véracité, mais une probabilité. Quelques petites phrases pour l’illustration large de ce principe :

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple (l’inverse est proclamé par les facétieux Shadoks : Pourquoi se compliquer la vie à faire simple quand il est si simple de faire compliqué ?)

La simplicité est la sophistication suprême. Leonard de Vinci

Si deux théories expliquent également bien un résultat, il convient de « trancher » en faveur de la plus simple. Hubert Reeves, Patience dans l’azur, 2014.

Guillaume d’Ockham est le modèle d’Umberto Eco pour le héros de Au Nom de la Rose, Guillaume de Baskerville.

Less is More, Moins c’est Plus, Mies van der Rohe (architecte)

Si l’auteur de S.A.R.R.A. cite ce principe, c’est qu’il l’a intégré pleinement dans son écriture. Tout autre écrivain aurait raconté cette histoire en 600 à 800 pages, lui nous l’offre en 320 pages. L’écriture ciselée nous oblige à lire avec grande attention : le foisonnement de personnages n’est pas fortuit, ni le moindre détail.

Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher.
Antoine de Saint-Exupéry, Terre des Hommes, 1939.

C’est bien ce que je devrais mettre en pratique.
Et comme il n’y a pas de hasard, je publie cet article le 2.2.22 dans le monde numérique fait de 0 et de 1.
Alors voilà, à bientôt et peut-être, bonne lecture de S.A.R.R.A. !
Katell

Lone Star quilt/3

Si vous avez manqué les épisodes précédents…

Je suis tombée en amour, comme on dit au Québec, avec le modèle Lone Star de Lindlee Smith @plainsandpine. Cela tombe bien puisqu’elle organise un « Quiltons Ensemble » sur Instagram ! Comme tout est en anglais, je me propose, sans me substituer à elle, de vous donner quelques clés pour assurer votre réussite. Vous avez ici les épisodes précédents sur La Ruche : https://quilteuseforever.com/2022/01/06/lone-star-quilt-un-quilt-tres-traditionnel/ puis https://quilteuseforever.com/2022/01/10/meli-melo-de-losanges/.

Le dossier de Quiltmania

Nous le savons, si certains domaines économiques fonctionnent encore bien en France et permettent quelques chiffres flatteurs (baisse du chômage, croissance du PIB de 6,7 % en 2021), nous sentons bien que tout n’est pas aussi joyeux, loin de là. Lire l’édito de Carol Veillon dans le nouveau Quiltmania (n°147) fait l’effet d’une douche froide et induit beaucoup de tristesse, même si l’équipe se bat pour que tout puisse continuer. Nous savons que l’Association France Patchwork est aussi en difficulté, par manque d’adhérents, même si un beau frémissement redonne espoir. Soutenons celles que nous aimons, avant qu’il ne soit trop tard. Aidons nos chouchous à rebondir !

Il n’y a pas de hasard, c’est dans l’air du temps, dans ce magazine Quiltmania, Lynne Zacek Bassett signe Des Éclats de Gloire, un grand dossier sur les Étoiles de Bethléem, alias Lone Stars/Étoiles Solitaires. En dernière page de cet article de 7 pages, elle développe ce qu’explique Lindlee Smith : depuis sa naissance, elle constate l’omniprésence de cette Étoile en quilt chez les Natifs (Amérindiens) de son entourage : je vous l’ai raconté par ici.

Les deux premières pages d’un excellent dossier ! Quiltmania n° 147

Cerise sur le gâteau : l’éblouissant modèle de Pamela Goeke Dinndorf, Orbs ! Vous pouvez faire votre première Étoile avec @plainsandpine, puis vous lancer dans ce chef d’œuvre plein d’éclat. Même pas peur !

Orbs, Pamela Goeke Dinndorf, dans Quiltmania n° 147
Avec Lindlee !

Lone Star avec Lindlee, la couture en troisième semaine

Quand on veut faire une Étoile à la distribution régulière de couleurs, c’est un travail plutôt rapide, à partir de bandes. Si vous êtes inscrite au Challenge avecLindlee, vous avez reçu ce lundi beaucoup d’informations, avec des photos détaillant la couture et coupe des losanges. Vous pouvez voir aussi, sur son compte Instagram @plainsandpine, une petite vidéo, puis une excellente de 15 mn.

Si vous avez les magazines Quiltmania n°16, 17 et 18 (années 1999-2000), vous avez tout ce qu’il faut savoir, bien détaillé et en français, sur les étoiles régulières à 8 branches. On peut trouver aussi ces explications de quilt traditionnel un peu partout dans des livres anciens ou sur internet… mais en anglais, comme le modèle de Lindlee : regardez les schémas, on coud en décalé les bandes prédécoupées à 6,5 cm de haut, selon la séquence choisie, pour avoir une rangée de chaque branche d’étoile. Il faut comprendre la structure, ensuite c’est tout simple.. Ce qui est important pour réussir votre montage : la position des bandes (on commence la couture dans un creux !) et l’utilisation d’une épingle pour chaque intersection.

J’ai choisi cette disposition de couleurs : les couronnes claires seront chez moi bleu ciel très clair (quilt @plainsandpine)

Quand on décide comme moi de faire une étoile scrappy, c’est plus artisanal ! J’ai coupé de longues bandes de couleur ciel pour mes « couronnes claires » et divers losanges imprimés (64 seront nécessaires).

J’ai cousu à la suite diverses bandes imprimées sur une bande ciel. Après le repassage, je couperai des duos.
Voici une vingtaine de duos, j’ai besoin de 64 !

Ce n’est pas exactement la méthode de Lindlee, mais cela revient au même. Prenez de la place pour faire votre maquette avec vos duos, afin de répartir les couleurs et les valeurs (clair/moyen/foncé) jusqu’à ce que ça vous plaise. Il est important d’avoir dans la tête la structure de l’étoile avec ses huit branches : dans ce modèle, nous avons 16 losanges, soit 4 x 4 losanges par branche. Je vais coudre les duos 2 par 2 :

Voilà, il y a du travail répétitif, de la couture minutieuse, mais j’aime choisir à chaque fois les couleurs, et je ne trouve pas cela ennuyeux du tout !

J’aime tellement… que j’entame une autre Étoile parallèlement, issus d’un autre modèle de @plainsandpine, Homestead Star Quilt ! A voir bientôt ici…

Modèle Homestead Star Quilt de @plainsandpine.

Je vous souhaite beaucoup d’étoiles dans les yeux, tout en cousant votre Étoile Solitaire !
Katell

Nous sommes tous des étoiles, il nous suffit juste d’apprendre à briller.
Norma Jean Baker, alias Marylin Monroe

Lever de soleil sur Quatre Accords/2

Mon Lever de Soleil est terminé ! Il s’impose avec le centre brodé afghan et des phrases qui me parlent. Je suis allée chez mon amie Caroline, à La Garoffe, pour faire de belles photos dans son cadre enchanteur :

Une lectrice m’a demandé comment quilter avec du coton perlé. Personnellement, je fais des gestes proches de la couture à la japonaise et du sashiko (je crois !), geste spontané de beaucoup d’entre nous pour coudre : l’aiguille est bloquée par le dé et je bouge le tissu plutôt que l’aiguille. Rien de sorcier, mais le geste est complètement différent du quilting à la main traditionnel (voir la technique d’Esther Miller par ici : 1 et 2).

Suivez ce lien vers Facebook pour une petite vidéo d’amateur postée un peu plus tôt cette semaine, montrant ma manière de quilter en toute décontraction : ICI

J’adore cette charrette bleue… toujours à La Garoffe.

Quant au marquage en vue du quilting : pour faire une ligne droite ou des courbes, j’utilise le hera marker de Clover, sans aucun risque, mais pour écrire les phrases, j’ai pris un stylo FRIXION qui s’efface à la chaleur (au fer à repasser).

Comme je vous l’ai raconté il y a quelques jours, broder les Quatre Accords Toltèques m’a incitée à rechercher qui était ce peuple évanoui ; ce thème avait déjà été évoqué lors de la célébration des 10 ans de mon blog et de l’entreprise Neelam : Émilie avait créé pour cet événement un gâteau à 10 bougies un quilt nommé Toltèque, notamment pour ces fameux Accords…

Le kit est en vente ici, prix réduits en ce moment !

Dans le contexte de redécouverte des peuples premiers en Amérique centrale, Miguel Ruiz (né en 1952), fils d’une guérisseuse et d’un chaman descendant des Toltèques, a préféré se consacrer aux sagesses ancestrales plutôt que poursuivre la pratique de la médecine occidentale (il est neurochirurgien). Son premier livre, The Four Agreements paru en 1997, a fait le tour du monde.

Ce livre, vendu en 46 langues à plus de 9 millions d’exemplaires, est-il une daube en charabia new age, ou bien un précieux guide pour une meilleure vie ? S’il est certain qu’il est écrit simplement et même gauchement parfois, il a le mérite de toucher le cœur de millions de personnes et ne peut faire aucun mal 😊. Il repose sur un constat simple : notre éducation nous a formatés avec un système de punitions et de récompenses, de jugements qui font peur et souffrir. On a aussi oublié de parler vrai et à vivre tel qu’on est, simplement à vivre libre. En suivant quelques règles, on entre dans un monde de respect, de joie et d’amour. Les Accords sont extrêmement simples en apparence, les voici sous leur forme la plus resserrée, celle que j’ai brodée :

Ces 4 injonctions guident vers une vie plus sage, plus harmonieuse et heureuse, en paix avec soi-même et ses proches.

OUPS! Pas vraiment dans la lignée des Accords Toltèques 😳

Je reconnais que ces phrases courtes et simples peuvent facilement être tournées en ridicule. Peu importe. Voici un rapide aperçu de ma compréhension des Accords, avec le champ d’intérêt tel que je le perçois.

La parole

La parole doit être utilisée sans nuire. Je sais l’impact des mots, des petites phrases dites sans y penser et qui blessent, je ne peux donc que valider « Que ta parole soit impeccable ». J’ai été à la fois blessée et j’ai blessé inutilement ; à chaque fois que je passe outre ce premier accord, je le regrette. Parler juste et positif donne le ton et les échanges deviennent ainsi plus constructifs. Mettre en pratique cet Accord n’empêche pas pour autant l’humour, la spontanéité, la chaleur de l’amitié et de l’amour ! Dire ce qui doit l’être, pour les personnes qui comptent pour nous, c’est impératif. Par exemple, les parents qui divorcent doivent toujours dire clairement à l’enfant que ce n’est pas de sa faute. Don Ruiz dit que c’est le plus important des Accords, le plus difficile à contrôler aussi. La colère, souvent enfantée par une peur ou une souffrance, fait sortir des mots qui ne règlent aucun problème. Il faut dompter sa part d’ombre. J’ajoute que je suis persuadée que dans le doute de la parole impeccable, le silence est d’or.

On parle toujours mal quand on n’a rien à dire.
Voltaire

La représentation

Prendre du recul sur ce qu’on entend… Nous projetons toujours trop sur nous le regard et le jugement des autres. « Ne prends rien personnellement », c’est la phrase un peu écourtée de la phrase complète de Don Ruiz « Quoi qu’il arrive, n’en fais pas une affaire personnelle« . Prendre le juste recul permet de rester dans la vérité et non la représentation des choses. Les louanges ou les compliments font plaisir mais ne doivent pas nous donner la grosse tête et nous rendre vaniteux ! Et en cas de critique, je me dois d’éviter le poison émotionnel d’une parole qui n’est pas impeccable. Les critiqueurs projettent souvent leurs propres faiblesses et problèmes ; comprendre cela évite bien des souffrances inutiles. Et en miroir on comprend que :

Tout ce qui nous irrite chez les autres
peut nous conduire à une meilleure compréhension de nous-même.

Carl G. Jung

La pensée

On a tendance parfois à ruminer des paroles, chercher le sens caché… « Ne fais pas de suppositions » incite à communiquer clairement pour éviter les malentendus et les non-dits pour inciter le partenaire à faire de même. C’est gérer son stress relationnel par le lâcher-prise de la surinterprétation (ne pas chercher midi à quatorze heures). Entendre ce qu’on nous dit et reformuler pour savoir si on a bien compris permet une conversation saine. Mais aussi, acquérir de la confiance en soi permet de ne pas se remettre en question à chaque critique. Protégeons-nous et avançons. Attention, cela ne nous coupe pas du goût de la recherche, de l’investigation, de la curiosité : l’Accord concerne les relations entre deux personnes, où l’on observe les faits objectifs pour dégager la parole qui n’a peut-être pas spontanément été impeccable.

L’action

La réussite obligatoire et le perfectionnisme exigés dans notre société poussent tant de monde à la déprime, à la dépression, au burn-out (épuisement physique, émotionnel et mental)… « Fais toujours de ton mieux » et tu auras fait ta part, sans regret, quel que soit le résultat. Tu as le droit de ne pas être parfait. Rien ne t’interdit de vouloir te surpasser, mais c’est ta décision et ta propre volonté. Tu choisis ton chemin en toute conscience, tu crées ta direction de vie. Après avoir écouté les conseils, les avis, tu fais la part des choses, pour toi-même. Avance.

Le chemin se construit en marchant.
Antonio Machado (voir aussi le quilt d’Evelyne)

Je ne suis pas ce qui m’est arrivé, je suis ce que je choisis de devenir.
Carl G. Jung

On se rend compte que les Quatre Accords sont liés, ils font un tout pour assainir les relations humaines et ils favorisent à la fois le respect de l’autre mais aussi le libre arbitre. Un 5e est ajouté par Miguel Ruiz et son fils plus de 10 ans après : « Sois sceptique mais apprends à écouter ». C’est être à l’écoute de l’autre, sans perdre son esprit critique. Sans surinterpréter, on ne se laisse pas rouler dans la farine. Je dirais même que cela incite à écouter son intuition et les synchronicités, et cela nous mène aux concepts de Carl Jung.

Est-ce le meilleur livre de ce philosophe qui sait populariser les mondes des pensées et des religions ? Pour moi dans le top 3, assurément !

Ajouter des citations de Carl Gustav Jung, ancien disciple de Freud, pour illustrer Les Accords Toltèques, n’est-ce pas « sacrilège » ? Ils poursuivent pourtant le même but : nous rendre plus sage pour mieux vivre, et de manière éclairée. Alors, j’assume. Jung a créé le terreau pour de nouveaux courants de pensée qui acceptent l’invisible, il est le tronc commun des nombreuses branches du développement personnel qui fleurissent à profusion, dont les Accords Toltèques. Jung a inspiré un Arbre de Vie Meilleure, en creusant des brèches dans les digues que la rationalité avait construites, et c’est enthousiasmant !

A chacun de trouver son chemin…

Katell

Un joli résumé :