La relève chez les jeunes quilteuses

Quand on est passionné par une activité ou des idées, rien de plus triste de craindre de faire partie de la dernière génération, que notre centre d’intérêt mourra avec nous, d’être le dernier des Mohicans et que tout semble perdu…

Je suis le dernier des Mohicans, dit Uncas, ultime descendant de son ethnie amérindienne…

Je le vois depuis des années, la vie de club de patchwork ne convient que rarement aux jeunes. Pour que l’art du patchwork continue après ma génération – je viens de célébrer mes 60 ans, au cas où vous vous posiez la question – il faut des tissus, des modèles qui leur conviennent… et des formations adaptées.

C’est vers l’Ouest que je regarde aujourd’hui ! Vers ma chère Bretagne, naguère si traditionnelle, riche de cette culture celtique qui m’habite toujours, où les personnes combatives, travailleuses et innovantes n’ont jamais manqué.

Bien sûr, beaucoup de villages du nord-ouest de la Bretagne se disent être le village d’Astérix…y compris celui de ma famille maternelle, Cléderix !

Dans le domaine du patchwork, deux jeunes femmes se distinguent pour parler avec les codes de leur génération. L’une est du côté de Rennes, l’autre près de Douarnenez.

Nadège de Patchwork Facile

Nadège a créé, comme cela se fait aux États-Unis, un site avec blog, Instagram, chaîne YouTube, un cadeau de bienvenue et plus si affinités : quel peps ! Elle s’est donné comme mission de faire venir les jeunes femmes au patchwork car :

Le patchwork, c’est le meilleur virus de tous les temps!
Nadège, Patchwork Facile

J’aime la présentation fine qu’elle fait d’elle-même et du monde du patchwork actuel, avec nos têtes de plus en plus blanches mais toujours le sourire bienveillant de celles qui allient passion et convivialité (voir sa présentation ici). Elle est une des rares jeunes femmes à assister à des JA !

Avec elle, les plus jeunes que nous peuvent découvrir le patchwork, apprendre les techniques et aussi les aspects culturels, les tendances, le tout vite et bien, en passant par les codes de sa génération : toutes les infos à disposition sur ordi !

Avec Nadège, tout devient simple et clair comme l’eau de ma plage préférée :

C’est Kerfissien à Cléder, la plage de toute mon enfance, où j’ai escaladé mille fois ces rochers, où cette petite maison de douaniers enrichissait mes rêves d’aventures comme dans Le Club des Cinq…

Nadège maîtrise évidemment l’informatique bien mieux que moi et les vidéos font partie de son univers de communication. Hier, j’ai reçu un fantastique cadeau de sa part, cette vidéo de plus de 5 minutes présentant mon livre :

Nadège, j’ai admiré ton esprit de synthèse associé à un visuel très agréable. Mille mercis ! Tu as tous les atouts en main pour inoculer le meilleur virus de tous les temps aux plus jeunes générations : tous mes vœux de réussite !

A noter : il ne reste plus que quelques exemplaires en vente sur le site France Patchwork, BeeBook sera bientôt collector😀

Alice de Blossom Quilt & Craft

J’ai pour Alice beaucoup d’admiration, comme pour tous ceux qui osent vivre leur vie hors des sentiers battus sans y perdre leur âme. Elle a osé partir au bout du monde pour voir autre chose, au moment le plus propice : la vingtaine. On a généralement la santé, l’énergie, la soif d’apprendre, la capacité de s’adapter, pas encore d’enfant… Voyager est la meilleure école de la vie et tant pis pour les parents inquiets ! Je sais de quoi il en retourne, j’ai à la fois été jeune femme sur les routes et maman de voyageuses ! Vous pouvez retrouver son histoire en remontant le temps sur mon blog : Alice.

Alice est à présent à la tête d’une petite entreprise, Blossom Quilt & Craft, qui vend exclusivement des tissus de la marque AGF (Art Gallery Fabrics). Ils sont aussi jolis en patchwork qu’en vêtements. Et comme nous sommes reliées par le fil de l’amitié et de connexions mystérieuses, nous avons enfanté notre bébé de papier la même année ! Je confie à Nadège, qui le fait si bien, la présentation d’Alice et de son livre :

Nos ouvrages de patchwork colorent la vie, utilisons-les au quotidien!
Alice, Blossom Quilt & Craft

Ces deux jeunes femmes veulent inciter les femmes actives à découvrir leur puissance créative en les aidant à jouer avec les tissus, en leur donnant les clés techniques, pas si difficiles à acquérir. Bravo les filles, je suis de tout cœur avec vous !

Je me sens bien avec ces jeunes femmes, comme je le suis avec Émilie de Neelam ! Elles me réconfortent, je sais qu’avec elles l’avenir du patchwork est assuré en France.
Si des jeunes autour de vous manifestent de la curiosité envers notre art, n’hésitez pas à leur donner les liens vers Nadège, Alice et Émilie !
Portez-vous bien, restez positive et passionnée,
Katell

https://twitter.com/celine29m https://www.mifuguemiraison.com/fr/bretagne-finistere-voyage-velo/

Nous avons 10 ans 🍀 4e jeudi, déjà !

Voici la dernière semaine célébrant une décennie d’articles pour moi, et une décennie de créations, de commerce de tissus, de broderies et de matériels artisanaux divers pour Neelam. Vous avez pu mieux connaître cette entreprise créée par Émilie, secondée par son compagnon Damien et par ses parents, au cours de ce mois-ci. C’est une découverte pour certaines, et j’en suis très heureuse !

Pour nous, ce sont surtout 10 ans de communications, d’échanges et de rencontres. Nous en parlions ensemble, c’est bien le facteur humain qui nous porte et nous importe.
En résumé, l’important, c’est vous !

Émilie et moi avons beaucoup de centres d’intérêt communs, et les cultures amérindiennes en font partie. Elle connaît mieux la partie hispanique, et moi la partie anglophone. La vision du monde de ces Peuples Premiers, comme l’esthétique de leur artisanat, c’est un tout qui nous attire, et donc le thème de cette dernière semaine. Émilie vous offre un très beau cadeau pour clore ce mois anniversaire sur son blog, en plus du tirage pour gagner un exemplaire de mon livre BeeBook (Éditions France Patchwork). Quant à moi, je vais poursuivre l’inspiration amérindienne qui me porte depuis la semaine dernière avec My Happy Place.

Suite et fin de My Happy Place

La semaine dernière, j’ai voulu utiliser des tissus Neelam avec des triangles, de la soie, et aussi un fond noir, tout ce que je ne pratique pas habituellement – j’avais juste un terrain de connaissance, les bandes de tissus ! Les contraintes aident à sortir de nos habitudes, ce qu’on appelle notre zone de confort dans le développement personnel. Oser faire de l’improvisation correspond bien à ces étapes :

C’est un schéma classique qu’on retrouve un peu partout ! Celui-ci comporte quelques explications supplémentaires, c’est pourquoi je l’ai choisi.

La bande décorative du bas

Partout se trouve de l’inspiration pour qui sait la voir. Mon panneau méritait plus d’ornements selon mon goût. J’imaginais une bordure en haut et en bas, de style seminole (ici articles Seminole) pour rester dans l’esprit amérindien. Puis un sac de ma fille m’a menée vers un nouveau dessin.

J’ai cousu une bande comparable, très haute (de 14 cm), mais à l’œil, c’était bien trop massif. Elle est devenue de 7,5 cm de haut cousu, c’est suffisant.

La bande décorative se fait en commençant par deux rectangles noirs qui se trouveront sur les bords droit et gauche à l’extérieur – je couds 2 fois la même chose, avec des bandes diverses de tissus, soies et cotons, posées en chevron (comme un demi-log cabin). Désolée, je n’ai pas fait de photo en cours. Pour le centre, j’ai fait une sorte de sablier bleu sur fond noir, sur lequel j’ai appliqué au coton perlé le dernier chevron de chaque côté. Pas orthodoxe, mais qui le sait à part vous ?

La Lune est là

J’ai renoncé à faire une bande similaire en haut, mais j’ai souhaité ajouter une présence. La pleine Lune m’a déjà inspirée en patchwork (ici La Lune Blanche) ; cette fois, ce sera en appliqué inversé, avec la technique cousine du passepoil ou de la parementure, déjà explorée ici (Liberty Rose) et là (Il y a des fleurs partout…).

Le diamètre a pris du temps à se définir, j’ai finalement choisi 8 cm, dessiné sur bristol à l’aide d’un verre. Pour sa position, j’étais limitée par la couture de la bande additionnelle du ciel.

Esquisse de placement de la Lune avec un rond de bristol

Endroit contre endroit, j’ai mis un carré noir de 10 cm sur lequel j’ai marqué le cercle au Hera Marker (Clover), puis j’ai cousu sur la trace, évidé le centre et forcé le bord du carré à aller derrière. Il faut un peu de persuasion, de repassage mais on y arrive.

Je pose ensuite le carré de soie blanche thermocollé derrière. Le tout est visiblement maintenu par un point avant au fil de coton blanc.

La forme du quilt

Ce projet est la sœur – ou le frère ! – du beau cadeau préparé par Émilie, nous nous sommes fait des suggestions, l’une à l’autre, ces projets ont mûri avec des idées mises en commun, dès la première semaine. Ainsi, nous partageons la forme de l’ouvrage. Nous avions aussi envisagé un accrochage avec des pattes et un bâton, mais chez l’une comme chez l’autre cela alourdissait inutilement. Je suis allée jusqu’au bout de l’idée lundi, mais la Lune perdait de son éclat avec tout cela au-dessus d’elle… La nuit, et en l’occurrence la pleine Lune du 27 avril, portant conseil, j’ai tout décousu mardi matin. Je ne le regrette pas !

En ce qui concerne la forme du quilt, j’ai fait une coupe à 45° puis une autre verticale, la même chose à gauche. N’oubliez pas que je suis gauchère, spontanément je commence à droite, mon cutter est posé à gauche, etc.

La bordure décorative des côtés

J’ai coupé dans ce beau tissu imprimé Neelam une bande de 4 cm, cousue uniquement sur les côtés verticaux. Pour suivre la forme originale suggérée par Émilie, j’ai commencé par la petite partie verticale du haut, puis j’ai simplement cousu la suite à 45° en « mangeant » une bonne partie de cette première partie. Pour l’angle suivant, j’ai mis l’aiguille en position basse pour pivoter et suivre la couture vers le bas. Le pli sera cousu au fil noir à la main.

Angle droit
Angle gauche

Le quilting au coton perlé et au fil noir

Ma première idée était un quilting machine de ligne parallèles et verticales au fil noir. Mais je craignais d’éteindre un peu la lumière des tipis ! J’ai donc préféré sortir mes cotons perlés et quilter en prenant les décisions successivement : d’abord la porte d’un tipi et son contour, puis une bande intermédiaire pour le bon maintien, en changeant de couleurs.

Je quilte avec diverses couleurs de coton perlé et avec du fil noir, pour un bon maintien général. Travail en cours.
Voici, dans une jolie boîte de gâteaux andalous, mes cotons perlés, à côté le fil à quilter noir et le Hera Marker pour tracer quelques lignes (courbes du ciel, droites sous les tipis…)

Et le ciel ? J’ai hésité à mettre des miroirs indiens ou « shishas » de chez Neelam (voir BeeBook pages 76 et 96) qui feraient de belles étoiles, mais je n’en avais plus et, confinement oblige, je ne voulais pas aller en chercher chez Émilie (un peu plus de 10 km nous séparent). Des tableaux que j’ai sous les yeux chez moi (ici : Je n’aime pas le jaune) m’ont donné l’impulsion pour un ciel différent. Oh je suis restée bien plus discrète que Van Gogh ! Je pensais prendre du fil jaune, mais j’ai choisi du bleu ciel et du turquoise…

L’esquisse des lignes se fait avec un Hera Marker, le dessin reste un temps, sans abîmer le tissu.

Les finitions en bordure invisible

Comme j’avais mis une bordure décorative imprimée sur les côtés, j’ai terminé mon quilt avec une bande qu’on ne voir qu’au dos. Cette technique, que j’appelle la finition invisible, est détaillée dans BeeBook p.143 et j’en avais déjà parlé ici (To Face a Quilt).

My Happy Place, c’est ici !

My Happy Place, Katell, fini le 28 avril 2021. Et encore, dois-je vous le dire ? Il manque quelques contours de tipis à quilter !!

C’est ainsi que se terminent quatre semaines avec Neelam pour célébrer nos 10 ans, quatre rendez-vous chaleureux, avec tant de gentils messages de votre part, merci !

Vous savez dorénavant où acheter les articles Neelam, sur leur site, avant de les retrouver dans les Salons… C’est ce que nous espérons ardemment, retrouver les joies de notre vie d’avant, même si c’est au prix du port du masque au long cours, le maintien des distances, de vaccinations successives… Nous ne pouvons pas attendre indéfiniment que le coronavirus disparaisse, nous pouvons en revanche nous adapter aux circonstances, autant que possible. Si de nombreuses manifestations sont annulées, j’ai la confirmation récente du maintien des expositions à Lacaze (81) les 26-27 juin, du Carrefour Européen du Patchwork (Sainte-Marie-aux-Mines) du 16 au 19 septembre et Pour l’Amour du Fil à Nantes (29 septembre – 2 octobre). Neelam et moi serons à ces trois événements, pour moi en expo avec mes amies à Lacaze, en commissaire d’exposition des quilts météo en Alsace et en visiteuse avec Kristine à Nantes. Je me réjouis tellement de ces projets !

Voyons les choses positivement : nous avons profité de ce mois de confinement de 10 km pour enrichir la célébration de nos 10 ans : ce qui a été annulé ou reporté nous a donné du temps pour préparer ces quatre jeudis. Personnellement, cela a renforcé l’amitié que j’éprouve pour Émilie et j’ai confirmé le pouvoir de séduction de ces tissus artisanaux.

La semaine dernière, vous avez répondu à la question du patchwork et quilting main ou machine sur le blog de Neelam. Vos réponses sont très intéressantes, avec bien plus de sagesse et de discernement que ce que j’ai pu lire ailleurs, la diversité est naturelle ! Pas de bonne ou de mauvaise réponse, et comme précédemment, 3 gagnantes ! Bravo à elles et bonnes créations avec Neelam et BeeBook !

Ce rosier liane fleurit en avril, il est si beau ! Très exubérant, il colonise une arche dans le jardin. Autre avantage : il est rigoureusement sans épine ! Il s’appelle le rosier Banksiae Lutea et se bouture très facilement. Pour une fille qui croyait ne pas aimer pas le jaune… On ne finit pas de se découvrir !

Retrouvez la nouvelle œuvre d’Emilie et le 4e tirage au sort par ici, avec l’évocation d’une philosophie de vie que nous apprécions toutes deux, encore un point commun entre Émilie et moi !

Une invitée inattendue lors de la séance photo. Le tissu noir surexposé n’est pas beau ici, mais vous voyez des détails !

Des contraintes familiales m’obligent à faire une pause de blog
pendant quelques semaines. Rien de grave, juste des obligations qui prennent du temps.
Mais après avoir célébré ces 10 ans avec autant de joie, je ne vais pas m’arrêter ainsi !
Alors à bientôt, et continuons à prendre des précautions,

car attraper le Covid n’est vraiment pas une partie de plaisir.
Votre amie abeille quilteuse,
Katell

Nous avons 10 ans ! 🍀 1er jeudi

J’ai dix ans d’écriture et de partage dans La Ruche des Quilteuses ce mois-ci ! Jamais je n’aurais imaginé, en écrivant timidement mon premier article en avril 2011, que ce blog serait riche de tant de textes dix ans après !
Voici le 1 102e article, ce blog est suivi par 4 180 personnes et a reçu plus de 2 615 000 visites. Ce sont des chiffres qui montrent l’attachement des quilteuses à leur activité qui mène à bien plus que la docile couture de blocs et un ouvrage fini dans les temps…

Faire du patchwork n’est pas un passe-temps ! C’est une obsession, un métier, une fascination, une addiction, une expression, une manière de vivre (image Bonnie Hunter)

La beauté des coïncidences fait qu’Émilie m’a contactée la semaine dernière pour me proposer une animation pour célébrer… les 10 ans de son entreprise Neelam ! Cette synchronicité m’a réjouie, moi qui admire Emilie et Damien pour tout ce qu’ils entreprennent.

Sans Neelam, j’aurais peut-être laissé sous silence mon anniversaire de blog.
Avec Neelam, nous allons célébrer avec vous cette joyeuse échéance !
Katell

Le très beau logo qui nous accompagne ce mois-ci est une création d’Émilie.

A propos de Neelam

Créer une entreprise est toujours une longue histoire faite de rencontres, de réflexions, de saisies d’opportunités, de travail, d’optimisme… Ce que voit le public de Neelam depuis 10 ans, c’est un jeune couple sympathique présent dans la plupart des Salons de loisirs créatifs, vendant des tissus teints et imprimés artisanalement en Inde avec passion, patience et de grands sourires. Leur offre s’est étoffée au fil des ans (voir leur site) et ils ont gagné une clientèle fidèle.

Ce qui se passe en coulisses, c’est beaucoup de travail pour maintenir une offre séduisante et créer de nouveaux pôles d’intérêt, tout en gérant des stocks importants, avec des prises de risques. C’est aussi la vie qu’ils se sont choisie, avec des rencontres en premier lieu, des voyages pour le plaisir et pour le travail, mais aussi pour s’approvisionner auprès des fournisseurs-artisans.

Au-delà de notre proximité géographique (Toulouse et ses environs), nous avons très vite sympathisé. Devenir partenaires pour la célébration de nos 10 ans respectifs est une concrétisation de notre sincère amitié !

Le textile est un langage universel (Émilie en Inde)

4 jeudis pour nos 10 ans

Nous avons choisi le jeudi pour célébrer nos 10 ans parce que mon jour anniversaire de blog est le 22 avril, qui est cette année un jeudi, tout simplement ! C’est le jour de Jupiter, la plus grosse planète de notre système solaire, cela tombe bien puisque c’est le symbole de la réussite. Sans fausse modestie, Émilie peut dire qu’elle a réussi son pari lancé voilà 10 ans et pour moi, mon rôle s’est dessiné progressivement : chacune avons pris notre place dans le monde des textiles et de la création.

La réussite n’est pas un but en soi, trouver sa juste place permet de se sentir bien et de développer une meilleure qualité de vie.
Émilie & Katell

Afin de nous en réjouir avec vous qui faites le succès de ce blog et celui de Neelam, nous lançons le mois des 4 jeudis festifs autour du patchwork ! Émilie et moi vous offrirons, aujourd’hui et les trois prochains jeudis : des histoires, des modèles, des livres, des tissus, des astuces… Nos deux articles seront complémentaires, à vous de naviguer entre nos deux blogs.

La créativité donne de l’énergie !
Émilie & Katell

Un tuto simple

Thé ou café ?

En ce mois d’avril avec peut-être des enfants ou petits-enfants à la maison, je vous présente aujourd’hui un modèle à faire avec eux éventuellement, tellement c’est simple. Dès que ma nièce de 6 ans reviendra me voir, nous ferons ce modèle ensemble ! C’est joli avec n’importe quel tissu mais extrêmement séduisant avec des tissus Neelam qui ajoutent une touche exotique à votre table !

Des sous-verres ou sous-tasses, c’est très pratique

Il s’agit principalement d’un pliage et d’une seule couture. Lorsque j’étais déléguée de France Patchwork, nous l’avions proposé en JA FP31, puis j’ai personnellement offert des sous-verres à des amis ; à chaque fois, cela semblait leur plaire. On y va !

Pour un sous-verre, il faut 5 carrés de tissus Neelam de 14 cm : 4 pour le recto et un pour le verso. J’ajoute un carré de 14 cm en doublure de fond (ou vous pouvez thermocoller le tissu Neelam).

Les 4 tissus Neelam pour le recto sont pliés en deux sur une médiane et repassés, endroit visible. Le carré du verso est doublé ici un tissu de récupération (pour tout vous dire, c’est le rabat d’une taie d’oreiller usagée) et juste tenu par repassage des deux ensemble.

Je n’hésite pas à couper ces tissus en utilisant les bords-lisières sans impression. Je les mets face à moi, elles disparaîtront ensuite comme par enchantement quand on retournera l’ouvrage.

Je dispose les carrés pliés sur le carré de fond : la pliure se trouve toujours au centre, et on met une moitié dessus – une moitié dessous, difficile à expliquer, facile à faire !

Ici les tissus non repassés et écartés permettent de mieux comprendre. Pour les coudre, il ne faut pas laisser d’espace au centre et parfaitement les superposer.

Il me reste à décider si je veux des sous-verres carrés ou ronds. J’ai souvent déjà fait des carrés, où il suffit de faire une couture tout autour à 6 mm du bord et couper les angles. Cette fois-ci, je dessine un cercle à l’aide d’un gabarit (ici une coupelle), pour coudre sur le trait. Pour plus de solidité au lavage (car ces sous-verres passent à la machine!), je peux surfiler au point zigzag ou utiliser un point de style « surjeteuse », disponible sur la plupart de nos machines. Il suffit ensuite de couper l’excès de tissu.

La beauté de ce petit objet est qu’on le retourne par le centre plié. Et hop c’est fini !

Ici le rond n’est pas parfait : on va dire que c’est artisanal !
A vrai dire, on ne regarde que les tissus…

Le bonus du tuto

On peut utiliser la même technique pour un bloc orphelin, un bloc d’essai, un bloc trop petit ou trop grand qui n’a pas trouvé sa place dans un projet… J’en ai quelques-uns, comme celui de l’essai de l’étoile de Chantal. Le recto devient verso et inversement. Vous me suivez ? En résumé, si on veut utiliser un bloc orphelin pour en faire un dessous de plat ou une manique, on fait d’habitude un mini quilt avec du molleton. Ici, l’ensemble des tissus (2 fonds + 4 tissus pliés) suffit pour isoler raisonnablement et c’est bien plus rapide. Le carré orphelin est alors le recto, et les pliages sont au dos.

Je mets, endroit visible, mon bloc de 19 cm de côté, que j’ai légèrement quilté à la machine sans molleton sur un tissu blanc, parce que le bloc dépasse 15 cm. C’est une règle que je me suis inventée (moins de 15 cm : je superpose les deux carrés de fond sans quilter – plus de 15 cm : je les assemble à l’aide de quelques coutures).

J’ajoute 4 carrés de tissus Neelam de 19 cm pliés et disposés comme précédemment et je couds tout autour, en ayant glissé un ruban plié en deux dans un angle. Voilà, une manique finie, jolie recto et verso !

Des astuces tous azimuts

Je collectionne les dés à coudre… et les astuces, et chaque jeudi, vous en découvrirez de nouvelles !

  • Parfois on se demande pourquoi tout se passe mal en couture à la machine, pourquoi les points sont déformés ou que le fil se bloque. J’ai récemment appris que le type d’enroulage de la bobine de fil a son importance ! Si les fils sont croisés, la bobine est positionnée de préférence en position horizontale. Pour une bobine aux fils parallèles, il vaut mieux la mettre en position verticale, si votre machine permet ces deux positions. Tout est détaillé par ici : Petit Citron.
  • Quand je dois équerrer de nombreux blocs, j’utilise une plaque de coupe rotative qui existe dans plusieurs marques, c’est très agréable car je ne touche pas au tissu pour couper les quatre côtés, je fais juste tourner la plaque. Moins cher et aussi efficace : la petite planche de coupe sur la plus grande, qu’on peut tout autant mouvoir.
  • Quand je fais un quilt scrappy, par définition j’utilise beaucoup de tissus différents que je brasse, remue… L’occasion de penser à l’ouvrage suivant ! Alors, quand j’ai pris un tissu Neelam pour les pliages de sous-verres, j’ai aussi coupé au moins un rectangle de 5 x 10 cm et/ou 2 carrés de 9 cm. Et j’ai continué avec les tissus voisins. Tous les plus petits restes dont on ne sait que faire, je les mets de côté pour une astuce de jeudi prochain !

Vos cadeaux 🍀

Pas d’anniversaire sans cadeau, n’est-ce pas ? C’est Émilie qui s’en occupe ! Alors rendez-vous sur le blog du site Neelam, en suivant ce lien NEELAM. Je vous souhaite bonne chance 🍀 et, n’oubliez pas, ne gagnent que ceux qui jouent !

Katell 🐝

Brèves de Blog

Pêle-mêle de nouvelles !

Au kilomètre 86 de l’étape entre Millau (12) et Lavaur (81) vendredi, le Tour de France est passé à Lacaze (81), ce village qui accueille chaque année, hors temps de coronavirus, des expos de patchwork et arts textiles grâce à notre amie Cécile Milhau.

Dans un champ moissonné, les agriculteurs locaux ont bien fait les choses pour être remarqués avec un vélo agrémenté de tracteurs. Cerise sur le gâteau, regardez bien, un rectangle jaune et noir juste au-dessus…

Photo du blog FP Patch d’Oc Tarn

Il s’agit d’un quilt ! Une année, Cécile nous avait demandé des carrés jaunes et noirs (90% et 10% de chaque couleur dans un bloc, en alternance) en patch improvisé, pour constituer le blason de Lacaze.

Blason de Lacaze en quilt fait par des quilteuses Patch d’Oc et monté par le club de la Courtepointe (Réalmont) en 2017, sa petite histoire est par ici ! Il a fière allure…

Le quilt-blason a donc pris l’air !
Vivement juin 2021 pour les prochaines expositions à Lacaze…

Du côté de Gap (05) des quilteuses, autour de la déléguée FP Colette Zribi, se sont inspirées d’une photo en fin du livre BeeBook pour créer un beau champ de fleurs rouge passion :

Il est très réussi, bravo Mesdames, ce quilt attire irrésistiblement le sourire ! En voyant cette photo, cela me rappelle le stand de l’association « Nous voulons des coquelicots » vu à Toulouse le week-end dernier, tristounet… Ils attireraient bien plus le regard avec un tel quilt sur leur stand !!

Je ne vous montrerai pas encore le nôtre dont on voit les premiers blocs dans BeeBook, car il fait partie d’un triptyque créé au Club de patch de Colomiers (31) pour la future exposition itinérante France Patchwork-Patch D’Oc, bloquée cette année. L’ouvrage sera exposé à… Lacaze, fin juin 2021. Il est très beau, les amis du club ont fait des merveilles… 

Autre actualité, Marie-Jo, adhérente France Patchwork du Val-de-Marne (94), a terminé son quilt d’après le modèle de Chantal dans BeeBook. 

Les batiks africains sont si bien mis en valeur ainsi ! Le résultat est à la fois exotique et chic. J’aime aussi beaucoup le quilting à la main, en spirale à grands points.

Rappel : BeeBook, le livre que j’ai écrit sur le patchwork créatif avec l’aide de mes amies qui ont créé de très beaux modèles, sera en vente sur les stands France Patchwork des Salons de loisirs créatifs qui pourront ouvrir, et il est toujours disponible sur le site France Patchwork. A noter que le Salon Bio-Nature a bien eu lieu ces derniers jours au nouveau Parc des Expositions de Toulouse-Aussonne, avec masque, gel et sécurité incluse : il y a encore de l’espoir pour le Salon des tendances créatives d’octobre…

Quand il y a, comme dans ces locaux neufs, du volume, de l’espace, de l’aération, les conditions semblent requises pour y être en sécurité. On se sent presque en plein air. Ce n’est pas la même chose en stage, en JA, où l’on reste une journée dans un air confiné. Mais patience, on va s’en sortir !

Quant à Danièle Salinier, elle a apprécié les étoiles créatives lors d’un stage que j’ai animé à Ciboure (64) en janvier dernier. Elle en a fait un quilt pour les 20 ans de sa petite-fille avec des photos imprimées sur tissu dans les centres d’étoiles… Quelle excellente idée !

La fière croix basque n’est pas oubliée dans cet arc-en-ciel de couleurs et de souvenirs !

Et pour finir, un clin d’œil au défi Route 66 : hier à Fronton (31) réunion de motards et de vieilles guimbardes rutilantes, un chanteur-guitariste mettant l’ambiance musicale au bar, un artisan – Joël Batignes, à St-Benoît-de-Carmaux (81) – vendant des chapeaux, des ceintures et de belles boucles de ceinture pour cow-boys et motards, tout cousus à la main
Une journée pleine de bonne humeur dans les vignes sur le point d’être vendangées !

Des motos et des vignes
Un bar, de la musique, des plaisirs simples qui font tant de bien !
Une belle collection de boucles de ceintures, en bas à droite, Route 66, yeah !
Il y avait plusieurs Mustangs dignes de rouler sur la Route 66, mais je choisis de partager avec vous un souvenir d’enfance : j’appelais cette Panhard « la voiture qui sourit » ! Un smiley d’avant-garde…
Titi sur la moto d’un Gros Minet.
Un improbable engin de 3 places sous l’œil bienveillant d’un bouddha souriant…

J’ai préparé mes tissus pour prendre le départ de la Route 66, du côté de Chicago… 

Sous une tenture des Quiltmakers du Caire, les tissus choisis pour mon projet Route 66.

 

Chaque manifestation qui n’est pas annulée est un tel plaisir !…
Et toujours, les quilts tissent des liens entre nous 🙂

A très vite,
Katell

 

Merci pour cette année !

                    ⭐ Byebye 2019 ! ⭐

Nos vies sont des patchworks de joies et de peines et c’est une richesse inestimable d’avoir son jardin secret, son violon d’Ingres, son dada, son hobby, son passe-temps, sa passion… Cela nous aide à mieux vivre !

C’est à vous que je dois d’avoir passé une année magnifique⭐. Votre bienveillance envers mon blog toujours, l’accueil enthousiaste de mon livre BeeBook, les rencontres chaleureuses dans toute la France… Merci pour cette année, chères amies quilteuses ⭐!

Le succès d’un livre sur la créativité en patchwork n’allait pas de soi, mais suffisamment de personnes y ont cru⭐ pour que BeeBook existe.

Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine… elle est mortelle !
Paulo Coelho

Bien sûr BeeBook reste l’événement de mon année 2019, une aventure menée à bien grâce à France Patchwork⭐ et l’indispensable collaboration des nombreuses BeeBook Girls⭐ qui m’ont offert leur temps, leurs talents, leur amitié… Monique, Nicole, Kristine, Andrée, Évelyne, Éliane, Danielle, Maïté, Cécile M., LeeAnn, Sujata, Fabienne, Sophie, Annie, Chantal, Christine, Cécile D., Victoria, Sheila, Tara et, last but not least*, Roderick, chacun étant une vraie personnalité et une belle personne⭐.
*le dernier mais pas le moindre

Il y a quelques jours, Alice⭐ m’a fait un très beau cadeau : un article sur BeeBook, à lire, même si ma modestie est un peu bousculée !

Deux livres sortis cette année, celui d’Alice et le mien, un duo gagnant pour les quilteuses francophones 🙂

Ces prochains jours, je serai surtout sur Facebook pour animer le tout nouveau groupe Quilt Météo 2020 dejà riche de plus de 130 membres ; rendez-vous en janvier sur ce blog, avec de nouveaux chemins créatifs !

Je ne sais pas où je vais, mais je sais que ce ne sera pas ennuyeux.
David Bowie

Luke Haynes

Kaye Sauer

Holly Hickman

Prenez soin de vous et passez de très belles fêtes de fin d’année, avec ou sans des chansons de Bowie !

⭐⭐⭐⭐⭐

Expressions de délégation FP

France Patchwork est une association faite pour et par les quilteuses et quilteurs, passionnés, artistes ou simplement adeptes d’un loisir créatif sympathique où artisanat textile et rencontres rendent la vie plus belle. Au fil du temps, FP a créé une organisation relativement complexe et complète pour satisfaire les adhérents : magazine exceptionnel, concours, expositions, Journées de l’Amitié… Certaines adhérentes offrent de leur temps et de leur savoir-faire, s’impliquant en faisant partie d’une Délégation, trait d’union entre le Bureau (alias les Céates, membres du CA, élues pour 4 ans renouvelables, elles aussi bénévoles) et les adhérents de leur département. Les déléguées et leur équipe ont quelques obligations, quelques recommandations, mais ont aussi beaucoup de latitude pour imprimer de leur touche leur passage dans cette organisation.

Information et communication, essentielles dans une association !

La communication est essentielle pour faire connaître les activités locales et nationales – voire internationales – de l’association. Au niveau local, chaque délégation écrit donc un bulletin, jadis expédié par la Poste à tous les adhérents du département ; grâce à internet, on fait de substantielles économies d’impression, de papier et d’affranchissement. D’un département à l’autre, d’une délégation à l’autre, la communication prend maintes formes ; on a par exemple en Occitanie occidentale un bulletin régional, le Patch d’Oc, et des blogs de délégation rendent de grands services. Certains bulletins s’apparentent à une publication professionnelle, d’autres contiennent juste l’essentiel : les rendez-vous départementaux, si chers aux adhérents ! N’étant pas née de la dernière pluie, je sais bien que seule une petite minorité lit le bulletin départemental en entier, quelle que soit la qualité de la publication. Alors bulletin élaboré ou succinct, les deux coexistent et se défendent, ce qui laisse aux délégations la liberté d’expression en fonction de leurs envies – et c’est très bien !

En Alsace en septembre dernier, l’ancienne délégation du Bas-Rhin a attiré mon attention sur la qualité des reportages de la déléguée actuelle, Catherine Kalmar. Effectivement, sa publication trimestrielle est très complète sur la vie de FP, mais elle s’investit également dans des articles de haute tenue… Déjà, le Patch et Tchache (bulletin de FP67) de l’équipe précédente était très abouti : les adhérentes de ce département sont bien chanceuses ! Ces articles ont une vie bien éphémère, lus bien sûr par les heureuses destinataires, mais je trouve qu’ils méritent une seconde vie… Aussi ai-je proposé à Catherine K. de publier une sélection de ses articles passés.

Alors quelques mardis de suite, vous pourrez lire Catherine Kalmar dans la Ruche des Quilteuses, article de fond, fiche de lecture ou autre et pour inaugurer cette collaboration, voici un des exercices littéraires qu’elle affectionne, le pastiche : 

La cage aux oiseaux et aux idées

De Pierre PERRET

 

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez-les s´envoler c´est beau
Les enfants, si vous voyez
Des p´tits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté.

Un p´tit dé à coudre
Et trois goutt´ d´eau dedans
Au d´ssus du perchoir,
Un os de seiche tout blanc
Et un petit piaf triste de vivre en prison
Ça met du soleil dans la maison 


C´est c´que vous diront
Quelques rentiers vicelards
Des vieux schnocks
Qui n´ont qu´des trous d´air
Dans l´ cigare.
Une fois dans vot´ vie,
Vous qui êtes pas comme eux
Faites un truc qui vous rendra heureux !

Si vot´ concierge fait cui-cui sur son balcon
Avec ses perruches importées du Japon Ses canaris jaunes et ses bengalis
A vot´ tour faites leur guili-guili.

Sournoisement exclamez-vous
 » Dieu! quel plumage!  »
Mais chère Madame
On vous demande au 3ème étage.
Et dès que la bignole aura l´dos tourné
Même si on doit pas vous l´ pardonner

Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux
Regardez les s´envoler, c´est beau.
Les enfants si vous voyez
Des p’tits oiseaux prisonniers
Ouvrez-leur la porte vers la liberté…

Pastiche de C.K.

Ouvrez, ouvrez la cage aux idées,
Regardez-les s’envoler, c’est beau.
Mes amies si vous avez
Des p’tits projets prisonniers,
Ouvrez-leur la porte vers la liberté…

Un p’tit dé à coudre
Et deux ou trois bouts de fil
Un p’tit carré d’étoffe
Et une bonne aiguille
Un peu de courage et une belle idée,
Vous v’là sur les rails d’un beau projet…

Un ou deux ronchons pourraient tenter, c’est vrai,
D’vous faire croire que c’est laid,
Qu’ l’idée est dépassée
Qu’le tissu n’est pas celui
qu’il fallait utiliser
Mais si ça vous plait, qu’est-ce que ça fait ?

Tous les rabat-joie,
N’sont pas de bons conseils
Faut pas les écouter,
Font pas forcément des merveilles.

Moi je vous le dis,
Puisque tout est permis
Si vous trouvez ça beau
Et bien c’est l’essentiel

Ouvrez, ouvrez la cage aux idées,
Regardez-les s’envoler, c’est beau.
Mes amies si vous avez,
Des p’tits projets prisonniers,
Ouvrez-leur la porte vers la liberté…

Les oiseaux en cage ne sont-ils pas bien moins nombreux depuis cette chanson ? Je l’avais déjà évoquée par ici. Tout le monde la connaît et tant d’enfants, voulant bien faire, ont libéré des oiseaux exotiques, incapables de se débrouiller chez nous…

Survolons à présent quelques merveilleux quilts aux oiseaux appliqués : diverses techniques, divers continents, mais toujours la beauté des animaux faits pour être libres…

Restons temporairement en Alsace avec Béatrice Bueche, artiste alsacienne qui s’inspire de la beauté de la Nature. Son Toucan nous transporte en Amérique du Sud d’un coup d’aile !

Volons vers l’Extrême-Orient avec Les hirondelles sont de retour en Asie, d’Évelyne Carrasco, ici un détail de ce quilt expliqué dans BeeBook. On y retrouve l’esprit zen du Japon…

Alliance inattendue de l’exubérance des perroquets dans la jungle, l’art de la Mola et la créativité de la Japonaise Fumiko Nakayama (photo Pour l’Amour du Fil 2015).

À présent c’est l’Afrique, et plus précisément les artistes du Caire (Tentmakers of Cairo), qui nous offrent cette adorable scène… (photo à Labastide-Rouairoux, La Fête du Fil 2019)

D’autres oiseaux en suivant ce lien : Oiseaux dans la Ruche des Quilteuses.

🐦🐥🐧🦩🐓A bientôt 🦆🦃🦅🕊🦢🦜

Un quilt étoilé avec Cécile & Bea

Les étoiles sont parmi les motifs les plus appréciés en patchwork. Dans BeeBook, je ne me suis pas privée d’en proposer, des étoiles pas forcément régulières, les wonky américaines, que j’ai préféré nommer étoiles créatives. À présent, le quilt qui est actuellement en bannière du blog est dans ma pièce à vivre et, malgré certaines réticences entendues sur les couleurs bizarres, il s’intègre parfaitement à mon intérieur ! Il est un hommage à Sujata Shah, si talentueuse et généreuse, dont je ne me lasse pas de promouvoir son livre (sa présentation ici), avec la contribution d’une brodeuse indienne via Neelam chez qui j’ai choisi la broderie centrale :

Les petits miroirs, appelés shishas en Inde, brillent aussi bien le jour que la nuit, jouant avec le soleil ou la lampe. C’est un des quilts difficiles à photographier !

On en retrouve aussi sur le quilt d’Éliane, pour donner une impression de brillance d’un ciel étoilé :

Nuit au Mas d’Azil, Éliane Géraud

Les quilts étoilés sont à conjuguer à l’infini, des plus traditionnels aux plus déjantés !

Quel que soit le style de patchwork que vous appréciez, vous pouvez participer au Quilt Along (quiltons ensemble) ou QAL 2020 lancé il y a 2 jours par Cécile et Béatrice. Lisez l’article de Cécile avec tous les détails nécessaires, inscrivez-vous au groupe Facebook pour le suivi et surtout amusez-vous bien !

Le thème du QAL 2020 ? Les étoiles bien sûr !

Alice bientôt maman !

Ce n’est pas un secret, surtout pour les nombreux visiteurs du Salon à Nantes il y a quelques semaines, Alice de Blossom Quilt et Craft attend un bébé !

Avec Alice, c’est une histoire d’amitié qui commença quand elle vivait encore en Nouvelle-Zélande, via nos blogs naturellement. Cette jeune Française a bien fait de profiter de sa liberté pour voyager avec son mari ! Mais lorsque le premier heureux événement s’est annoncé, ils décidèrent de rentrer en France pour le bien-être de la petite à venir.

Juste avant de quitter la Nouvelle-Zélande, elle a voulu rendre hommage à ses amies et montrer aux quilteuses françaises ce qui se faisait dans ce beau pays aux antipodes de l’Europe. Pour cela, elle avait choisi la Ruche des Quilteuses ! Remontons donc le temps avec ses articles…

Alice au Pays des… Kiwis /1
Alice au Pays des kiwis/2
Alice au Pays des Kiwis avec Adrianne et Anne
Alice au Pays des Kiwis avec Shirley, Wendy et Deb

Prenez le temps de faire ce tour en Nouvelle-Zélande, vous verrez des merveilles !

Depuis, Alice a fait un très beau parcours, elle anime toujours son blog, mais a aussi créé sa petite entreprise, une boutique en ligne que je vous invite à découvrir. N’hésitez pas à faire des commandes, son mari tient la boutique pendant qu’Alice pouponne !

Alice fait beaucoup de couture mais aussi de nombreux quilts, c’est sa passion évidemment ! Elle aime utiliser les tissus Art Gallery, ceux qu’elle vend. Ils sont modernes, aux graphismes faciles à utiliser, aux couleurs qui tiennent parfaitement. Bref, une qualité parfaite pour un rendu très sympa ! En vente aussi, une sélection de nos fils préférés, les Aurifil.

Sur son site vous pouvez voir sa galerie de quilts. J’aime particulièrement ce quilt pour enfant, peut-être pour le petit à venir ?

Voir sa présentation détaillée par ici !

Ce qui marque sa différence, c’est qu’Alice navigue sur internet comme un poisson dans l’eau, et quoi qu’on veuille ou qu’on fasse, c’est ainsi que les jeunes viennent au patchwork, par Facebook, Instagram (le favori du moment), en suivant les vidéos Artesane (voyez Alice ici) ou sur YouTube (sa présentation ici), en cherchant des idées sur Pinterest, etc. Alice, c’est une chance pour le présent et l’avenir du patchwork en France ! Prenez le temps de naviguer sur son site (les tutoriels !), elle est très pédagogue et explique tout très clairement, c’est un don !

Mais écrire un blog quand on a tant de choses à préparer pour l’arrivée du deuxième et surtout besoin de se reposer, c’est impossible. Alice a donc fait appel à ses connaissances pour animer son blog pour quelque temps. J’ai répondu présente bien sûr et ai préparé un petit article sur Gwen Marston début avril. Malheureusement, j’ai dû le modifier quelque peu car son décès est survenu une semaine plus tard. L’article est paru, le voici par ici. Suivez ensuite tous les autres articles écrits par amitié pour Alice, chaque semaine nous découvrirons un nouvel univers !

Alice est pleine de ressources, je vous reparlerai d’elle en septembre… Patience !

 

 

Des Maisons pour Paradise

Vue aérienne d’un quartier résidentiel de Paradise (Californie), jeudi 8 novembre 2018, après le passage du feu. Photo Josh Edelson. AFP

Hier, je terminais mon article par un très beau dessin d’Edith Raymond, trois jolies maisons…

Trois Maisons, Edith Raymond, 2019 (gouache)

…et quelques heures après je lisais l’initiative de Cécile, relayant l’appel des Américaines Debbie et Lori : donner aux quilteuses de Paradise, la ville la plus durement touchée par les incendies de novembre dernier en Californie, un petit témoignage de sympathie, susciter l’envie de s’y remettre… Une goutte d’eau sans doute, près de 14 000 habitations sont détruites, 85 morts sont à déplorer… Debbie était la gérante du Quilt shop de la ville, il sera reconstruit et jouera de nouveau son rôle culturel et social, lieu de rendez-vous et de bien-être…

Il est demandé aux quilteuses qui le souhaitent de faire un bloc avec une maison (dimension : un carré de 10 1/2 inch, soit 26,7 cm faites 27 cm !) et un petit mot à l’encre indélébile, tout simplement. Les blocs seront redistribués à Paradise, nous aurons des nouvelles très probablement à la fin de cette opération de solidarité. 

J’ai déjà vu que plusieurs de mes amies y participent, en particulier Annie qui a déjà fait ses deux maisons :

Kristine de la Ruche a aussi fait les siennes :

Frédérique fait également écho de cette initiative et montre de nombreuses sources d’inspirations, très utiles… Enfin sur Pinterest le choix est immense, Francine Rog a fait un beau tableau de maisons modernes.

Pour tous les détails lisez l’article de Cécile et laissez un commentaire sur son blog pour obtenir son adresse postale, c’est elle qui centralise les blocs pour la France. On peut faire des maisons très simples ou plus sophistiquées, traditionnelles ou modernes… Participons avec notre cœur !

Ce quilt a été fait par le club de Balma, après un stage de la délégation FP31 sur les maisons à la manière de Bernadette Mayr.

Autre sujet, mais toujours dans le partage, notre lectrice Huguette d’Alsace propose d’envoyer son exemplaire ELLE sait faire (voir article précédent) à la première personne qui en fait la demande en commentaire ci-dessous, juste pour le plaisir (voir son commentaire dans l’article précédent). Ce n’est pas plus juste qu’un tirage au sort, mais il faut bien choisir un mode de sélection…

La nouvelle année en couleurs !

C’est tout d’abord un immense plaisir de vous retrouver pour une nouvelle année pleine de projets ! Même si la fréquentation de nombreux blogs s’essouffle, je reste fidèle à cet outil de communication, c’est celui qui me va le mieux pour rester près de vous. Ecrire ici, et surtout échanger avec confiance et bienveillance, illumine ma vie !

Comme les années précédentes, nous commençons l’année avec les couleurs élues pour nous faire la vie plus belle.

Pantone nous propose une couleur sensée inspirer confiance, évoquer la chaleur des contacts réels et, ajouterai-je, suggérer un brin de féminité : le corail !

Lumineuse et vivifiante, douce et chaleureuse, la couleur Corail vivant sera-t-elle dans vos prochains quilts ?

 



Chaque année, notre autre attente est la couleur de l’année choisie par Robert Kaufman Fabrics parmi sa gamme de tissus unis Kona Cotton (340 couleurs). Nous espérons toujours que les deux couleurs, Pantone et Kaufman, iront bien ensemble. Cette année, le corail est peut-être un ton trop doux pour supporter sa turbulente concurrente (mais néanmoins amie doit-on dire)…

Mesdames et Messieurs, cette année nous sommes conviés à faire un grand Splash dans l’eau turquoise !

J’adore le turquoise, je l’utilise de plus en plus. J’ai écrit en 2011 sur son affinité avec les gammes orange ici et

Bien sûr Kristine nous a préparé une banderole pour bien commencer cette année :

Que 2019 vous apporte de la joie et beaucoup d’envie de jouer avec les couleurs !