L’appel de la forêt

Les arbres ont toujours accompagné la vie des hommes de mille manières concrètes (abri, nourriture, soin, chaleur, oxygène…) et ils ont aussi stimulé leur imaginaire et leur spiritualité. Pourtant, nos ancêtres avaient souvent peur de la forêt, cela nous a été transmis par les contes… La forêt, lieu sombre, mystérieux, humide était remplie d’esprits inconnus, de personnes malfaisantes, d’animaux affamés… Et surtout peut-être, il y avait la peur de s’y perdre ! Nous avons bien changé notre vision, nous savons que c’est un organisme vivant très élaboré, dont dépend l’équilibre climatique de notre Terre. Ce qui n’empêche pas de garder notre émerveillement.

Cet arbre (aspen, ou tremble d’Amérique) est devenu mon ami. Il m’a guérie d’une insolation, quelque part en pays Navajo…

La forêt est devenue en quelques années un sujet polémique/politique. Nul n’ignore qu’on coupe toujours les grandes forêts du Monde, ou qu’elles brûlent, et que cela ne fera qu’augmenter drastiquement le dérèglement climatique.

La Forêt de Bouconne

S’engager pour les forêts du monde ou les forêts locales, c’est toujours une démarche positive. Je me dois de vous donner des nouvelles de la pétition engagée il y a presque deux ans pour alerter sur l’exploitation accrue de la forêt de Bouconne. La pétition NON au déboisement dans la forêt de Bouconne a été entendue, partagée, discutée, elle a été signée par près de 55 000 personnes, ce qui démontre l’attachement aux forêts de France. Les dix communes concernées par Bouconne ont pris en compte ces doléances. Parallèlement en juillet 2020, environ les deux-tiers de la forêt ont été classés Espace Naturel Sensible, afin de protéger la richesse de sa biodiversité. Il semble que d’autres mesures seront prises pour mieux protéger la forêt. Restons vigilants et connectés !

Cette forêt près de Toulouse a attiré un public extrêmement nombreux après le premier confinement et l’engouement ne s’essouffle pas. Il faut absolument trouver l’équilibre entre exploitation du bois, protection de la faune et la flore, et accueil du public. Je crois qu’il existe une bonne volonté pour préserver au mieux un équilibre au fil des années à venir. Alors merci à vous toutes, chères lectrices, qui avez dès le début fait démarrer en flèche cette pétition avec vos signatures ! Ce ne fut pas en vain.

A ce sujet, pour celles qui aiment cette forêt en particulier, je ne peux que recommander ce livre, une Bible sur Bouconne, paru en juin 2021 :

J’ai reçu ce livre en cadeau de Noël ! Un ouvrage comme j’aime : de l’histoire et même de la préhistoire (on remonte à Neandertal, mais oui ils vivaient ici aussi !), et un panorama très complet de la forêt : la faune, la flore, la répartition des parcelles, ses curiosités, et bien plus encore… Merci José Fernandez d’avoir recueilli toutes ces informations avec rigueur et beaucoup d’amour pour « notre » forêt ! Pour vous procurer ce livre, contactez l’auteur à partir de son compte Facebook, son numéro de téléphone y est clairement écrit pour les commandes.

L’auteur répond à de nombreuses questions que je me posais – et même celles que je ne me posais pas ! J’ai eu cependant une réponse complète à une vraie énigme. L’année dernière en tout début de printemps, je suis tombée sur un truc bizarre aux 3/4 enfoncé dans la terre, en me promenant avec mon mari. Photos prises, mais je les ai effacées un jour, plus de place dans mon téléphone… Mais après avoir lu le livre il y a quelques semaines, le mystère s’est éclairci et je voulais absolument retrouver mon truc. Retrouvé ! Les alentours viennent d’être « visités » par les bûcherons et mon truc mis en évidence sur un tronc d’arbre mort. Ce truc, je l’ai donc appris dans le livre, est un gros obus en béton et ferraille de 250 kg, une fausse bombe : les Allemands s’entraînaient au largage des bombes au-dessus de la forêt pendant la seconde guerre mondiale… Une ampoule en verre contenant un fumigène se brisait au contact du sol, pour repérer où l’impact avait eu lieu. Il en reste donc plusieurs dans la forêt, hors sentiers battus. Elles se trouvent en général vers le Nord (Mondonville) mais « la mienne » se trouve en plein cœur de la forêt. (voir livre page 87).

Impressionnant ! Cette fausse bombe est particulièrement bien conservée. Qui va la récupérer à présent ?

Beauté fractale de la nature

L’afflux accru des citadins vers la nature est multifactoriel. Instinctivement, ils quittent un temps le monde de la géométrie euclidienne, celle de la règle et du compas, bien nette et omniprésente en paysage urbain et dans nos structures de pensée (et aussi dans le patchwork traditionnel !). Voir autre chose, qui offre des émotions bien enfouies en soi, c’est ce qu’offre la nature, avec son harmonie organique et sa géométrie fractale. Pour être simple, c’est la répétition d’une structure à différentes échelles (un peu comme les matriochkas, les poupées russes gigogne). Les arbres sont, si on y pense, à cette image, les branches se subdivisent en branches de plus en plus fines, puis dans la structure de la feuille on constate la même structure de nervure centrale (comme le tronc), puis les nervures secondaires (comme les branches). Même chose sous terre, pour les racines… Ne sommes-nous pas, nous aussi, faits de fractales, avec nos systèmes respiratoire et circulatoire (et bien plus encore) ? Cette affinité instinctive avec la nature n’est pas fortuite, nous faisons partie de cette grande symphonie fractale.

Cette fractale dans une feuille n’en est qu’une parmi une infinité dans la nature…
Arbre de Vie celtique

ARTPELHOT 2023 : l’appel de la forêt

L’Appel de la forêt, c’est le titre français d’un des meilleurs livres de Jack London (The Call of the Wild), dans lequel un chien raconte sa vie dans la forêt du Grand Nord du Canada. C’est aussi le titre choisi par ARTPELHOT (voir sa présentation ici) pour son thème d’exposition dans le Temple de Lacaze pour fin juin 2023. Un ou des arbres, une forêt, des branches et des feuilles… C’est ce que nous souhaitons voir en quilts ! Style, techniques, dimensions libres, il faut juste que ce soit un quilt (3 épaisseurs).

Lors de mes vagabondages dans les verdures éternelles, j’avais l’impression de lire l’univers et la forêt était pour moi la plus belle des bibliothèques.
Gonzague Saint-Bris, L’enfant de Vinci (2007)

J’étais au milieu de la forêt, il y avait deux chemins devant moi, j’ai pris celui qui était le moins emprunté, et là, ma vie a commencé.
Robert Frost, The road not taken (1916)

Voici une petite sélection de quilts vus sur internet mais pas encore sur mon blog. Cela montre la diversité du sujet, mais je ne doute pas que vous en aurez d’autres, des idées…

Un très classique Quatre saisons, par Plum Tree Quilts
Geese in the Forest – Modèle Twiddletails
Forest, Cathy Geier
See hope in the cherry blossoms, de Barbara Danzi
Dans la froideur hivernale, Winter Trees fait par LeeAnn Decker, avec des blocs échangés au sein du groupe Light of Day Bee.
Le club de La Courtepointe à Réalmont (81) a réalisé une forêt textile, que nous aurons le plaisir de voir ou revoir à cette exposition.

Tandis que le Temple accueillera cette exposition, Caroline Higgs exposera ses œuvres au Château fin juin-fin juillet 2023. Encore un programme enthousiasmant, avec cette artiste qui fait voyager !

Pour toute question concernant les expositions ARTPELHOT,
contactez Cécile Milhau à acl81@yahoo.fr.

Un dernier petit tour vers les aspens, ces peupliers faux-trembles d’Amérique qui peuplent le pays des Navajos (et à vrai dire, toute l’Amérique du Nord, surtout du côté des Rocheuses) ; une semaine après ces photos, dans le Colorado, ils étaient couleur d’or. Entrer dans une forêt d’aspens, c’est pénétrer dans un monde spirituel qui nous relie à Mother Earth, la Mère Terre. Les Natifs (les Amérindiens) le savent bien !

Malheureusement, un cinquième des aspens sont morts prématurément depuis l’an 2000, en raison des sécheresses de plus en plus longues ; ils meurent de déshydratation. Comme c’est triste.

Ce qui ressemble à une forêt n’en est pas techniquement une nécessairement. Les aspens ont la particularité de vivre en colonies d’arbres qui semblent avoir le même âge. Ce n’est pourtant pas une plantation ni un groupe d’arbres divers, mais un ensemble de drageons d’un même système racinaire enfoui, qui a souvent des milliers d’années… Ces arbres sont donc des clones !
Leurs feuilles bruissent au moindre souffle d’air, ce qui fait croire à un ruisseau à proximité. Leur ombre est bienfaisante et l’écorce renferme de l’acide salicylique (principe actif de l’aspirine). Caresser ces arbres suffit-il à guérir ? Je suis témoin qu’il l’ont fait pour moi !

A bientôt, en vert et avec tout !
Katell

Méli-mélo de losanges

De nombreux quilts sont faits de losanges, ce qui affole les débutantes. J’ai l’ambition de vous les faire aimer❤. Une fois de plus, le charme de la géométrie et la beauté des mathématiques de base sont appliqués au patchwork. Mais je vous montre aussi comment vous en sortir sans fastidieux calculs !

Divers losanges

Qu’est-ce qu’un losange ?

C’est une forme géométrique à 4 côtés égaux. Un carré est un losange qui a la particularité d’avoir 4 angles droits. Tous les autres ont 2 angles aigus et 2 angles obtus.

Imaginez que vous pouvez étirer ou serrer en vertical et horizontal : vous obtenez une infinité de variantes en losange.

Ce qui est important à retenir : les 4 côtés sont égaux et ils sont parallèles 2 par 2.

Divers quilts aux losanges

Il y a déjà 9 ans, je vous avais parlé de l’unique quilt de la romancière anglaise Jane Austen, fait de losanges aux proportions dodues. Vous pouvez retrouver cette jolie histoire par ici (Austenland).

Environ 2 400 losanges !

Vous pouvez aussi lire l’article de Denyse Saint-Arroman sur les quilts en losanges par ici, avec de belles idées très variées.

Et bien sûr, il y a toute la famille des quilts aux étoiles à huit branches, qui vous intéressent si vous avez décidé de faire la Lone Star (Étoile Solitaire) avec Lindlee.

Les losanges pour étoiles à 8 branches

Les étoiles à 8 branches sont une grande famille de blocs. Ici des blocs de mon sampler en cours (Le Sampler de Sylvia). Chaque bloc mesure 15 cm. L’étoile de gauche a un seul losange par branche (et donc 8 losanges en tout), celle de droite en a 4 (4 x 8 = 32). en ajoutant une rangée, on a 9 losanges (72 en tout), puis 16 (128), puis 25 (200)… C’est une variante de personnalisation de votre étoile.

Pour les étoiles à 8 branches, nous utilisons des losanges particuliers, avec deux angles de 45°. Pas d’inquiétude, vous n’avez pas besoin ici d’un rapporteur d’angle, ni d’équerre, ni de compas (divers objets aidant à dessiner un losange).

Vous avez juste d’une règle de patchwork où figure la ligne de la diagonale d’un carré (à 45° donc).

La plupart des règles ont une diagonale à 45° dessinée, elle sera indispensable pour découper vos losanges. Ici, elle est à l’horizontale, les deux règles de marques différentes sont superposées. Pensez aussi aux marquages sur votre planche de coupe.

La plupart des grandes étoiles à huit branches américaines sont coupées à partir de bandes de 2.5 inch de haut. C’est justement la hauteur des bandes prédécoupées en jelly rolls. Si vous en avez un de côté, c’est l’occasion de l’utiliser ! En centimètres, on peut prendre la mesure la plus proche, 6,5 cm. Mais vous allez vite comprendre que c’est très facile de changer de dimensions, si vous préférez de grands losanges ou au contraire des minis minis…

Si on veut faire soi-même un gabarit, on peut utiliser le nombre magique 1,414 ! Oui c’est la formule pour calculer combien mesure la diagonale par rapport au côté d’un carré ou un losange, sans passer par les racines carrées… Si la bande mesure 6,5 cm de haut : 6,5 x 1,414 = 9,19 cm, c’est le côté du losange. Une illustration :

La hauteur du losange est de 6,5 cm et chaque côté mesure 6,5 x 1,414 = 9,19 cm

C’est trop compliqué ? C’est là qu’on se souvient que les côtés sont parallèles 2 par 2 ! Si vous avez une hauteur de bande de 6,5 cm, eh bien vous allez couper votre losange à 6,5 cm de la première coupe à 45°.

J’ai une bande de tissu de 6,5 cm de haut. J’utilise la diagonale pour positionner la règle, afin de couper à 45°. J’ai de plus, la marque sur la planche qui confirme le bon positionnement.
Ici je n’ai plus besoin de la diagonale marquée, je positionne la règle sur la marque 6,5 cm et je pourrai couper à droite. J’ai fait un effort, moi la gauchère, pour mettre la règle comme une droitière !
Confirmation que tout va bien : mon losange-témoin en papier est sur la règle, tout est juste !

Sur le PDF Lone Star de Lindlee, vous avez aussi la technique détaillée pour faire plus rapide que losange par losange (il en faut 128 pour ce modèle), c’est-à-dire qu’on coud d’abord des bandes pour ensuite les couper à 45° : c’est ainsi très rapide de faire une Lone Star, mais les tissus se retrouveront à la même place d’une branche à l’autre.

Nous l’avons vu, vous pouvez choisir le nombre de rangées de losanges par branche (voir sous la photo des 3 étoiles) ; vous pouvez aussi agrandir ou diminuer la taille du losange en décidant de la hauteur de la bande. Tout est logique. Ya plu ka !

Ce modèle de Plains and Pine a 16 x 8 = 128 losanges

Le losange vu autrement

Un zeste de dynamisme

Tout le monde connaît le carré, bien propre sur lui. Un carré mis sur la pointe, souvent appelé spontanément losange, a tout de suite plus d’énergie ! Le carré dans le carré est un bloc très dynamique :

Carré dans le carré ou carré dans le carré dans le carré, c’est toujours très joli !

Un carré posé sur la pointe, en losange, ça se remarque ! (Pixabay, Christelle Olivier)

Le losange est un carré avec une touche rock’n roll.

Une touche de vocabulaire

Notre mot losange vient du grec loxós (biais) et du latin angulus, (angle), ce qui correspond bien à ce carré posé de biais et de travers !

A noter qu’en anglais, il existe deux mots pour le losange : rhombus, qui est aussi l’ancien mot pour losange en français (rhombe disait-on naguère en français, cela vient du grec), et diamond, diamant, sont-ils synonymes ? C’est une vraie question posée par les Anglophones aux profs de maths !

La différence est que le diamond peut être aussi en forme de cerf-volant🪁 mais pas le rhombus, aux 4 côtés forcément égaux.

Les pyramides de Gizeh, avec leur ombre, forment des diamants, pas des losanges.

Un soupçon d’ésotérisme

Symboliquement, le 4 représente l’équilibre, l’ordre, l’organisation, la perfection. S’il évoque les parallélogrammes (4 côtés et 4 angles, comme un carré ou un losange), il est aussi un chiffre que les pythagoriciens associaient à la pyramide :

Cette figure est une tetraktys, où 1 + 2 + 3 + 4 = 10, du remue-méninges pour mathématiciens et du bonheur pour ésotériques !
Tetraktys et Kabbale…
Je n’ai pas lu ce livre, il peut être intéressant… Je viens de découvrir cet auteur, Armand Herscovici, avec La Spirale de l’Escargot : des contes bine écrits pour présenter les beautés mathématiques pour tous !

Le losange est aussi la moitié d’une tetraktys

Et dans l’art

Dans le théâtre italien dès le XVIe siècle, l’Arlecchino, notre Arlequin, est un personnage aux multiples facettes, vêtu d’un costume fait de losanges (du patchwork de tissus de récupération). De nos jours, il survit en personnage de carnaval, et on peut toujours le trouver dans des pièces de théâtre, dans les musées…

Arlequin, Paul Cézanne (1888), à voir « en vrai » à Washington DC, National Gallery of Art.
Paul (fils du peintre), par Pablo Picasso -Musée Picasso de Paris
Bien moins connu, l’Arlequin de Juan Alpiste (1996)

Ce méli-mélo de losanges s’achève, avec le petit regret de ne pas avoir publié cet article avant-hier le 8 janvier, Journée Nationale du motif Argyle ! C’est un écossais particulier du clan des Campbell, qui vivaient dans le comté d’Argyll, non pas tissé mais tricoté. Mais oui, vous connaissez !!

Je vous souhaite une bonne semaine,
pleine d’envies de losanges pour votre Étoile Solitaire !
Katell

Le quilting en spirale

La Cause des Femmes – Merci Barbara était l’occasion de faire en grand ce que j’avais juste expérimenté naguère en essai :
le quilting en spirale !

Lors de la préparation de BeeBook, j’avais longuement parlé de ce quilting avec Chantal qui avait finalisé son quilt de cette manière. Chantal, très perfectionniste, a dessiné sa spirale avec une rigueur toute mathématique, marquant diagonales et médianes pour s’éloigner du centre de 0,5 cm à chaque cran (1/8e de tour). Oh la la, je croyais que c’était simple !

J’aime beaucoup cette photo du quilt de Chantal, l’ombre du quilt fait écho aux ombres des carrés ! Harmonie Ébène-Ivoire est un des modèles expliqués dans mon livre.

A vrai dire, Chantal avait d’abord fait une spirale à 8 cm d’écart d’un rang sur l’autre, puis en a créé une deuxième pour ne plus avoir qu’un écart de 4 cm, pour plus d’harmonie. J’ai bien compris le principe de sa construction, cela m’a bien aidée par la suite, même si j’ai suivi un autre chemin en spirale, expliqué en fin d’article.

Ensuite Nicole, qui a tant travaillé pour BeeBook, m’avait préparé plusieurs formes de spirales en prévision d’une fiche technique dans BeeBook… en cas de place.
Laquelle veux-tu, la spirale de Galilée, de Fermat, la logarithmique, celle d’Archimède ?…

 

EUH…. En abordant la construction de la spirale, j’ai compris la beauté de cette forme, au-delà des apparences. Encore une fois les mathématiques, ça peut être merveilleux ! Que de perspectives, que d’exemples dans la nature… J’ai envisagé un instant de faire le quilting en forme de triskell, mais pour une première fois c’était trop ambitieux !

spirales nature.jpg

fibonacci-spirals-in_nature-e1511465359741.jpg

 

La nature montre mille exemples de spirales. N’est-elle pas un mouvement fondamental de la vie, inscrit dans la structure de l’univers, à commencer par notre ADN ? La double hélice  est en effet une double spirale en 3D… Et depuis toujours, les hommes s’en inspirent dans l’art :

Newgrangespirale2.jpg
A Newgrange en Irlande, pierre gravée de triskells 3 200 ans avant JC (Wikipedia)

Crosse.jpg
Crosse d’évêque de Guérin, 12e siècle

Chef d’oeuvre de Van Gogh, La Nuit Étoilée, 1889. Vous pouvez voir ici ma collection personnelle de Van Gogh (!!!) et ma relation avec la couleur jaune…

Le labyrinthe est souvent en forme de spirale, mais on part en général de l’extérieur pour se diriger (se concentrer ?) vers le centre.

Le labyrinthe de la cathédrale de Chartres.

Butinage : Pour Chantal, Nicole et toutes les autres qui s’intéressent aux femmes scientifiques dans l’ombre des hommes, je vais encore signaler une femme, Rosalind Franklin, sans qui James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins n’auraient peut-être pas réussi à découvrir la fameuse structure en double hélice de l’ADN… et n’auraient pas eu le Prix Nobel de 1962. Le travail déterminant de la scientifique a cependant été allègrement escamoté par les hommes… Pour cette histoire, on peut lire la biographie de Brenda Maddox :

brendamaddox.jpg

Revenons à la spirale, motif de quilting. C’est bien la spirale d’Archimède qui convient, avec un écart constant. Si on prépare bien son sandwich, ensuite on n’a pas de raison d’avoir de mauvaise surprise. D’abord, il faut choisir le centre de la spirale, son point de départ. Il n’est pas obligatoirement au centre du quilt. Pour moi, il est un peu décalé, j’ai profité du cercle appliqué au centre d’un des blocs.

J’ai choisi le centre de cette étoile comme point de départ de la spirale de quilting.

Je vous conseille de dessiner le tout début de la spirale. D’abord il faut comprendre « comment ça marche », ensuite on y va avec le sourire !

La grande décision est de savoir si vous ferez une spirale très serrée ou plus lâche. Sur plusieurs blogs américains, j’ai lu que celles qui avaient pris un écartement d’1 cm environ (ou largeur d’un grand pied de biche) « ne voyaient pas » le quilting avancer, mais le résultat est superbe.

Le post de Heather de Winding Bobbins m’a bien aidée !

Une spirale rend vraiment bien sur un quilt moderne ! Ici Autumn Wind de Jessica Skultety, sur son blog Quilty Habit.

Sparkle illustre un autre tutoriel, à voir sur ce blog Elm Street Quilts

J’ai décidé de faire plus large, j’ai choisi l’écartement de la valeur d’une bobine de fil Aurifil, c’est ce que j’avais sous la main. Cela donne environ 3,2 cm, bien pour un travail confortable.

Comment faire un quilting en spirale ?

Après une minutieuse mise en sandwich, je prépare ma machine. Je procède d’abord au grand nettoyage intérieur, au changement d’aiguille aussi. Même s’il existe de super-aiguilles, je me contente des sharp 80. Et le truc simple pour garder l’écart souhaité, c’est cette petite tige qu’on peut placer à gauche ou à droite. Ici, c’est à gauche pour la spirale, écart environ 3,2 cm puisque je prépare le début de mon dessin avec ma bobine d’Aurifil 🙂

La Pfaff a un double entraînement intégré (certaines Janome aussi je crois), pour les autres marques il faut adapter un pied.

Ce verre mesure 2 fois le diamètre de la bobine, donc c’est idéal pour commencer à dessiner la spirale qui va naître en bas du rond central du bloc. Ici je vais dessiner le demi-cercle de bas en haut vers la gauche.

Je continue de marquer des repères au feutre effaçable à l’aide de la bobine, pour bien entamer la spirale.

En route pour le premier point en bas du rond ! Pour avoir la plus grande partie du quilt vers la gauche tout au long du quilting, je mets mon centre à gauche de l’aiguille. Je fais sortir manuellement le fil de canette pour qu’il n’y ait pas de bazar dessous, je tiens les 2 fils en arrière et je commence le piquage très lentement, aiguille enfoncée programmée, en corrigeant la trajectoire tous les deux, puis trois, puis quatre points. Plus la spirale s’agrandira, plus ce sera fluide.

Quand j’arrive à la fin du premier tour de spirale, je n’ai plus de marquage, j’abaisse la tige qui se positionne sur la couture précédente. Tournicoti-tournicoton, continuons jusqu’au bout du quilt !

Il est relativement fastidieux de tourner tout le quilt sans arrêt, mais on s’y fait. Je n’ai pas trouvé ce quilting difficile, même si mon sandwich trop peu densément préparé m’a causé quelques plis derrière… mais chut, ne le dites pas !!

Une fois qu’on arrive au bord sur le milieu des côtés, on quilte les quatre angles en courbes, de la même manière, en écho des lignes précédentes.

Et voilà !

DSCN5489

Il n’y a jamais une seule bonne façon de faire, d’autres préféreront quilter une spirale en piqué libre, ou avec d’autres astuces. N’hésitez pas à expérimenter !

Pour plus de précisions sur le quilting machine, consultez les dossiers de Chantal Baquin, spécialiste de ce domaine, dans Les Nouvelles n° 140 & 141. 

spirale philo
Photo du quilt : The Quilting Company, quilt de Catherine Redford

 

Etoiles d’Or

ob_b39195_les-nouvelles218En mars dernier, Sybille m’avait envoyé un très gentil mail, me parlant notamment de ses recherches passionnées sur le Nombre d’Or. Elle avait fait des essais d’étoiles piécées que je n’avais jaessaisybmais vues avant ! Elle avait préparé un dossier déjà bien complet et quelques semaines après elle m’a adressé la photo d’un quilt absolument merveilleux, toujours avec des étoiles qui s’imbriquaient comme par magie. Je lui ai chaleureusement conseillé de contacter Monique Lopez-Velasco, la rédactrice en chef des Nouvelles. C’est ma toute modeste contribution à ce qui est devenu un dossier très abouti dans le numéro 131, si bien expliqué par Nicole Dewitz et Pierrette Chaigne ! Sybille elle-même a été impressionnée par ces explications rendant limpides des notions géométriques que peu d’entre nous connaissent.
Ah si tous les profs de maths étaient aussi pédagogues qu’elles !!!

syb-gazon

Etoiles d’Or, ce titre est particulièrement adapté, même si les étoiles ne sont pas jaunes d’or, puisque l’origine de ce quilt concerne le Nombre d’Or (1,618…), qui est, en fait, une proportion esthétique. Vous en saurez plus sur la beauté des mathématiques -et sur ce modèle qu’on peut faire varier- dans les Nouvelles n° 131 ! La beauté des mathématiques, mais oui ! Regardez cette vidéo que m’avait signalé Sybille…

syb-quilting

C’est avec ces étoiles que je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année ! 



Oui à Pi !

pi-et-heureLe 14 mars dernier… à 9 h 26 mn 53 s du matin, le long ruban de décimales de Pi était dévoilé au grand théâtre Kiggins de Vancouver ! Merci et bravo à Sally Sellers et toute son équipe d’avoir assemblé (dans l’ordre s’il-vous-plaît) plus de 1 800 décimales ! Il leur reste encore une petite montagne de chiffres à coudre, et donc en mai le ruban aura pris encore plus d’ampleur 🙂 lorsqu’il sera de nouveau exposé.

227392_03-15_PI_DAY_06
Le 6 d’Ana Perna a été remarqué par le photographe !

Vous pouvez voir chez Fabienne les premières photos de l’exposition en intérieur, il y en aura d’autres, car cette banderole en l’honneur des mathématiques sera de nouveau exposée tout au long de l’année. Cette manifestation n’est pas considérée uniquement comme un amusement mais une vraie approche éducative académique.

227392_03-15_PI_DAY_05_t770

Je ne résiste pas au plaisir de vous copier un bout de l’article paru dans The Columbian :

Many came from out of country, including 375 from France. Some bore red, white and blue pens and the phrase « Je suis Charlie, » the slogan adopted by supporters of freedom of the press following the Jan. 7 attack on the offices of French satirical newspaper Charlie Hebdo.

Beaucoup sont venus d’au-delà des frontières, y compris 375 de France. Certains arboraient des crayons rouges, blancs et bleus et la phrase « Je suis Charlie », le slogan adopté pour soutenir la liberté de la presse à la suite de l’attaque des bureaux du journal satirique Charlie Hebdo le 7 janvier dernier.

jackie-kerriel mac3aftc3a9-e1422776862835

Toute la presse locale en parle, voir par exemple sur le blog OPB : http://www.opb.org/news/blog/newsblog/vancouver-celebrates-pi-day-with-1800-digits-of-pi/ et dans le Vancouver Sun : http://www.vancouversun.com/life/From+geek+chic/6296707/story.html

Des remerciements tout particuliers aux enfants des deux écoles françaises qui ont participé : l’école Georges Brassens de Carquefou (44) et l’école de La Salle à Pibrac (31) !

Cocoricooo !!!

Puisque l’emblème de la France est le coq, c’est aujourd’hui qu’on peut pousser son cri ! Non, je ne vous amène à aucun match sportif, mais au site créé pour le nombre Pi : The Pi Project. Aujourd’hui, c’est le D-Day du Pi-Day ! Aux dernières nouvelles, le nombre de décimales a dépassé 1 500 et le mille cinq centième vient de France, il est superbe mais anonyme :

SONY DSC

Qui reconnaîtra son bloc ? Il est absolument magnifique !

Autre sentiment de fierté : dix écoles ont participé au projet, faisant chaque fois bondir le nombre de participants, dont deux écoles françaises. Cette mobilisation de la France, par le blog du Fil à Malice de Fabienne et celui-ci, a été célébrée par les organisateurs qui remercient ici pour notre enthousiaste participation : Vive la France !

Alors, oui, cocorico ! Et merci à vous tous qui avez joué le jeu du nombre Pi ! C’est aujourd’hui (en fin de journée pour nous, en raison du décalage horaire) que sera déployé le long ruban des décimales… Combien mesurera-t-il ? Nous le saurons bientôt !

coq-cocorico-225x251Ici les articles précédents pour mieux comprendre ce Pi Day :

Chez Fabienne : Un projet collectif autour du nombre PiDes nouvelles du Pi ProjectPi Project sur la blogosphère

Dans la Ruche des Quilteuses : Un ruban pour Pi DayDes nouvelles du nombre PiPi encore !…

Et sur de nombreux blogs, parmi lesquels Patchcath aujourd’hui !

Pi encore !…

Sur plusieurs blogs fleurissent des chiffres, décimales du nombre Pi… Merci d’avoir si bien répondu à l’appel de Sally Sellers par notre intermédiaire (Fabienne et la Ruche) ! Le 14 mars 15 sera donc fêté par les mathématiciens… et nous quilteuses ! Certains petits futés nous donnent même une heure précise :

pi et heure

 Ce jour-là, à 9 heures 26 minutes et 53 secondes, on aura 9 décimales ! En raison des fuseaux horaires, nous vivrons ce moment unique avant les Etas-Unis, mais après l’Asie…

-oOo-

Au fil des blogs, nous apprécions l’inventivité des participantes. Le Fil à Malice a récemment montré de magnifiques réalisations et a salué ce matin-même le relais de plusieurs grands blogs français (Marie-Claire Idées, l’atelier d’Emma) que nous remercions chaleureusement !

Voici quelques autres décimales qui seront autant de petits carrés qui flotteront fièrement à Vancouver le 14 mars prochain :

2Syl - 4FrançoiseD - 8Dominique Les Conteuses
Les Conteuses ont fait ceux-ci : le 2 par Syl, le 4 par Françoise et le 8 par Dominique. Variété des couleurs, des formes et techniques, c’est exactement ce que les Américaines espèrent recevoir !

IMG_2075
Chantal, proche amie de la Ruche, m’a transmis cette photo juste avant de l’expédier : j’ado-o-ore !

5-P1150702
Mon amie espagnole Ana Maria Perna en a fait des formidables en scraps, le résultat échevelé est réjouissant ! Allez en voir d’autres photos pour mieux comprendre comment elle les a faits…

 -oOo-

Je suis très heureuse de pouvoir annoncer qu’hier, j’ai expédié mon précieux paquet, fruit du travail  de la Ruche mais aussi de trois classes de CM2 dans ma petite ville de Pibrac. Avec l’aide indispensable de Maïté et Brigitte, Abeilles de la Ruche, nous avons réussi, en trois lundis, à faire coudre près d’une centaine de carrés !

dans-la-cour
C’était lundi une ambiance de grande Finale, avec tous ces carrés terminés, prêts à partir aux Etats-Unis !

Lundi dernier, la veille de l’offensive neigeuse, les enfants ont finalisé leur carré avec les derniers coups de ciseaux et l’écriture au dos de leur prénom, leur âge, leur ville… Certains ont pensé dessiner un crayon, d’autres des fleurs… Mille et une petites attentions touchantes pour montrer leur fierté de participer à un challenge international ! Vous avez le récit détaillé de cette intervention sur le blog de la Mini-ruche en janvier et février 2015.

Les enfants et les Abeilles de la Ruche participent donc à hauteur de 124 décimales !

digits
Voici un joyeux patchwork des chiffres envoyés !

DSCN0129
Et voici la pile de décimales emballée dans du film plastique… puis du papier bulle et du papier kraft, pour un voyage en toute sécurité.

 Le paquet devrait arriver le 9 février, à temps pour être pris en compte (la date limite est le 14 février, un mois avant l’accrochage). Nous souhaitons beaucoup de courage aux petites mains bénévoles de Vancouver pour assembler cette banderole qui, tout comme le nombre Pi, semblera sûrement interminable !

 -ooOoo-

Des nouvelles du nombre Pi

Huguette se fait la porte-parole de son groupe Accropatch Strasbourg Meinau : le challenge Pi se porte bien ! Les chiffres vont bientôt partir vers Vancouver (WA) afin d’être accrochés le 14 mars prochain en longue ribambelle.

P1140593
Sélection de chiffres faits dans le club Accropatch. Remarquez le crayon cassé sur l’un d’eux, témoin du drame des 7, 8 et 9 janvier derniers.

 Sur le forum de France Patchwork, nous avons aussi des nouvelles de ce challenge. Des chiffres sont déjà partis !

De notre côté, nous en avons faits quelques uns, mais surtout les Abeilles font travailler des enfants de CM2… et ils en sont ravis ! Leur progression sera racontée dans le blog des enfants quilteurs, la mini-ruche.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce challenge, vous avez un lien en anglais, initiateur du projet : The Pi Project ainsi que leur page Facebook… et deux liens en français, pour expliquer de manière ludique le pourquoi et le comment : Le Fil à Malice et ici dans la Ruche.

N’oubliez pas d’envoyer vos chiffres au plus tard le 1er février, afin qu’ils arrivent à destination avant le 14/02 ! Il leur faut bien un mois pour tout assembler… Bon courage aux quilteuses américaines qui mettront patiemment tous nos chiffres dans l’ordre des décimales de notre ami le nombre Pi !

Un ruban pour Pi Day

Je ne veux pas vous ennuyer longtemps ici avec les mathématiques, mais vous savez sans doute qu’un des nombres les plus fascinants pour les mathématiciens est le nombre Pi, nommé ainsi d’après le mot grec :

περίμετρος

qui signifie simplement circonférence (ou périmètre) et commence par la 16e lettre de l’alphabet grec,  π, qu’on dit pi en français, faisant bien rire les gamins 🙂

Très succinctement, ce nombre est le rapport entre le diamètre et la circonférence de tout cercle et  permet notamment de calculer le périmètre ou l’aire d’un disque à partir du rayon, mais ce n’est que le souvenir d’une littéraire…  Cette animation est une façon de mieux comprendre comment le nombre Pi se justifie :

Pi-unrolled_slow
Auteur de l’animation : John Reid

Autant certains aspects de la vie américaine me désolent (comme le port d’armes banalisé), autant j’aime chez eux l’esprit d’entreprise, l’optimisme et je suis bon public quand il s’agit de mettre du peps et des couleurs à « tout et n’importe quoi ». Moi j’adore leur façon unique de célébrer des événements improbables – pas tous, je vous l’accorde – mais celui qui est lié à π, j’adore !…

Ce qui m’amuse donc, c’est que des étudiants anglophones célèbrent tous les ans le nombre Pi le 14 mars et cela donne lieu à des festivités parfois loufoques dont ils ont le secret. Pourquoi le 14 mars ?

Eh bien, en anglais on met le mois avant le jour, ce qui donne 3-14 pour le 14 mars (3e mois de l’année)… et le nombre Pi commence ainsi :

piposter

Cette année, l’extraordinaire se produit : de deux décimales, on passe à 4 puisque le 14 mars sera le 3-14-15 (Pi commence par 3,1415)… Oui, je sais que c’est tiré par les cheveux, absurde même, mais quand les chiffres passionnent tout est bon pour s’amuser !
Le 14 mars est en outre l’anniversaire d’un certain Albert Einstein.

Cerise sur le gâteau, Pi se dit paï en anglais, exactement comme une pie (une tarte). Tous les ans, des pâtissiers en herbe se déchaînent pour célébrer π :

BirhHwaCAAAv6ANPi_pie2

… Je vous épargne les multiples pizzas que vous pouvez trouver sur le Net !

L’art culinaire n’est pas le seul à célébrer le nombre Pi. Kate Bush avait fait une chanson sur ce nombre dans son 2e album (Aerial). A écouter ici cette curiosité, à lire ici les paroles :

Sweet and gentle and sensitive man
With an obsessive nature and deep fascination for numbers
And a complete infatuation with the calculation of Pi

Oh, he love, he love, he love, he does love his numbers
And they run, they run, they run him in a great big circle
In a circle of infinity
3.14159 26535897932 3846 264 338 3279

Oh he love, he love, he love, he does love his numbers
And they run, they run, they run him in a great big circle
In a circle of infinity but he must, he must, he must put a number to it

50288419 716939937510 5 82319749 44
(Oh he love, he love, he love, he does love his numbers)
59 23078164062862088214 8 865132

Oh he love, he love, he love, he does love his numbers
And they run, they run, they run him in a great big circle
In a circle of infinity
8230 66470938446095558223

Songwriter
BUSH, KATE

Et ici vous avez une autre mise en musique de ce nombre !

-oOo-

Permettez-moi aussi de vous faire connaître le « pop artist » new-yorkais Michael Albert. Sa spécialité est de faire des collages talentueux à partir de boîtes de céréales

AlbertPi190
L’oeuvre qui m’intéresse aujourd’hui est naturellement sa mise en couleurs du nombre Pi ! Collage de Michael Albert à partir de boîtes de céréales. Il en a fait plusieurs versions.

Pour la première fois, en raison du 3-14-15 qui ne se produit par définition qu’une fois par siècle, le monde du patchwork s’invite au Pi Day. Sally Sellers, quilteuse de Vancouver (pas la ville canadienne, mais celle un peu plus au sud dans l’Etat de Washington, USA) invite tout le monde à participer à un immense ruban de chiffres mis dans l’ordre des décimales du nombre Pi, lequel sera exposé le 14 mars prochain.

Les organisateurs feront avec « ce qu’ils recevront », mais ils aimeraient coudre un ruban gigantesque à partir de blocs reçus du monde entier. Pas de craintes, ce nombre est infini et on a un bon réservoir de décimales connues !

Pour participer :
Couper un carré de tissu de 24 x 24 cm (9 inch et demi) et faire figurer dessus un chiffre (de zéro à neuf) en appliqué, en peinture (résistant à l’eau), au feutre, en ruban……… Tout tissu de récup est accepté !

Laisser les bords à cru, les carrés seront cousus entre eux par les petites mains à Vancouver. Ne pas molletonner non plus. Vous pouvez inscrire votre nom et votre pays sur le carré si vous le souhaitez.

Votre bloc est à envoyer à : 
The Pi Project
PO Box 2127
Vancouver WA 98668
USA

Ce sera un formidable moyen d’attirer l’attention sur l’art textile. Le blog de ce projet, avec des infos et des liens, est ici : The Pi Project.
La galerie de chiffres déjà reçus est par ici. Bientôt votre contribution dans cette série ?

pi-number

 J’ai découvert ce projet par Fabienne Chabrolin du Fil à Malice et toutes deux soutenons en France cette douce folie… à partager sans modération ! Aujourd’hui nous publions conjointement notre article à ce sujet, vous trouverez son article à la date du 6 janvier 2015. Etant prof de math, Fabienne entretient avec les nombres une connivence particulière… Quelle chance ont eue ses élèves d’avoir une telle prof !

A vos marques, prêt(e)s ?… A vos chiffres !

pi project
J’ai fait cet essai de manière très minimaliste pour voir si je peux demander à des enfants d’en faire facilement et rapidement. La réponse est oui ! Ce ne sera pas au point arrière comme ici mais au point avant, sûrement avec du recyclage de tee-shirts.

Voici donc mon premier carré pour le Projet Pi. Le tissu de fond est un pseudo-provençal qui traîne depuis longtemps dans un tiroir et le 6… eh bien c’est aujourd’hui, et c’est l’anniversaire de ma fille aînée !

99381300
Même si ma fille n’a pas encore trente ans, c’est l’occasion de remontrer ce très beau quilt réalisé par FP 67 (Esther, Claire, Michelle), offert à France Patchwork en septembre dernier à la JNA de Sélestat !

La dentelle de la Reine Anne

Revenons au mois de septembre…

Dans la partie de mon jardin semi-sauvage, là où est placée notre ruche, il s’en trouve par centaines, des dentelles de la Reine Anne…

IMG_5796
Prairie pleine de carottes de juin à fin septembre !

 

Dentelle de la Reine Anne : c’est la traduction du nom commun américain (Queen Ann’s Lace) d’une plante considérée comme une mauvaise herbe… Que j’aime ce nom romantique pour notre vulgaire carotte sauvage !

 

IMG_5794
Certaines ont des formes étranges et subtiles…

 

fibo Queen Ann
D’autres dévoilent une formation très régulière en spirale dite « suite de Fibonacci », merveille de la Nature. Voyez-en des centaines d’exemples ici…

Pour distinguer cette plante de la dangereuse ciguë (ne jouons pas à Socrate…), plusieurs caractéristiques les distinguent définitivement. Deux sont faciles à retenir :

– la carotte sauvage a une minuscule fleur pourpre en son centre (parfois quasi-invisible),
– la carotte sauvage a des poils sur sa tige (pensez à « Poil de carotte » en moyen mnémotechnique !).

C’est vrai que les ombellifères font penser à de la dentelle ! L’Histoire ne dit pas clairement de quelle Reine Anne il s’agit, mais il s’agirait d’une reine aimant faire de la dentelle, se piquant le doigt et tachant d’une goutte de sang son ouvrage… Cela rappelle la Belle au Bois Dormant !

(c) National Galleries of Scotland; Supplied by The Public Catalogue Foundation
La Reine Anne la plus souvent citée pour cette légende est la Reine Anne du Danemark (1574–1619), mariée à James VI d’Ecosse… Déjà, sa parure pourrait évoquer l’ombellifère !

Ces modestes fleurs font des sujets extraordinaires :

queen ann's lace

 

J’ai vu des photos d’un mariage où ces fleurs étaient en déco principale, c’était extraordinairement sympathique, bucolique, magnifique !!!
Elle inspire aussi des quilteuses :

IMG_6295
Quilt de Kate Dowty, « Above Eype Beach II »,  exposé à Sainte-Marie-aux-Mines en septembre dernier.

En voici quelques détails :


IMG_6294

IMG_6120

Elsbeth Nusser-Lampe s’en est également inspirée :

elsbeth-nusser-lampe
Elsbeth Nusser-Lampe, Allemagne. Nous avons eu la joie de la rencontrer à Sélestat lors de la Journée Nationale de l’Amitié de France Patchwork.

 

Inspirée par Elsbeth Nusser-Lampe et Marie-Agnès du club de Balma, Kristine a fait un adorable panneau mêlant patchwork (le fond), peinture et broderie :

CTauborddeletang2014 (1)
Au bord de l’étang, par Kristine, Abeille de la Ruche

 

Parmi les herbes folles, il y a des fleurs de dentelle…

DSCN5933 (1)DSCN5934 (1)

Ce sera bientôt l’objet d’un stage au club de Colomiers !
Oui, je vous montrerai nos essais…  Quelle joie d’essayer d’approcher le style d’une artiste comme Elsbeth Nusser-Lampe qu’on admire tant !