ARTPELHOT 2022

Ah la météo nous joue de sacrés tours, avec ces orages violents, ces inondations, ces avalanches de grêle qui peuvent toucher n’importe quelle localité de France. Nous avons craint pour notre rendez-vous à Lacaze, samedi et dimanche derniers. Mais finalement Mr. Météo a permis que tout se déroule au mieux.

J’ai tellement apprécié que le public soit au rendez-vous, malgré la météo, malgré le Covid renaissant, malgré TOUT. Les orages n’ont éclaté qu’après 18h pendant notre vernissage, alors que tout le monde devisait à l’abri du Temple, verre à la main, sourire aux lèvres, puis à 23h30, alors que nous étions tous au sec ! Merci Mr. Météo pour cette mansuétude.

Sur le parvis de l’Église avec la joyeuse équipe de Couffé (44). Nous nous reverrons ! Je regrette de ne pas avoir fait de photo avec les autres groupes… Les visiteurs étaient venus du Tarn et des départements voisins bien sûr, mais aussi des Pyrénées-Orientales, des Deux-Sèvres, d’Alsace, d’Isère, du Lot-et-Garonne, etc. Merci d’avoir pris la route pour venir dans cette vallée isolée, un petit bout du monde 😀
Avec Françoise de l’équipe Copines & Déco, à l’initiative de la sortie vers Lacaze !

Visiteurs locaux, régionaux et nationaux en duo, en trio, en cortège de voitures, en camping-car, amies, couples, groupes d’amies, clubs entiers ont honoré les quilts exposés par La Ruche des Quilteuses, ainsi que les œuvres textiles de Marie-Christine Hourdebaigt et Dimitri Vontzos. Ils se sont promenés le long du Gijou, cette jolie rivière qui traverse le village. Ils ont pris un pot avec les Amis du château de Lacaze tout en admirant les nouveautés chez Neelam. Le camping, nouvellement ouvert par un jeune couple très apprécié, a fait le plein des tables à midi… Une atmosphère joyeuse et accueillante ! Tout ceci s’est fait grâce aux habitants du village qui nous reçoivent avec gentillesse, à Monsieur le Maire qui facilite la tenue de ces événements avec brio, et à la formidable équipe des Amis du Château de Lacaze, qui offre ce château en écrin de manifestations artistiques et ludiques (merci Cécile, Agnès, Serge, Michel…).

L’exposition d’arts textiles a lieu au Château jusqu’au 18 juillet, et vous pouvez toujours participer sur place à la tombola pour gagner un lot, parmi lesquels Les Étoiles qui savent rire (voir ici) offert par la Ruche des Quilteuses.

Au Temple, les quilts-météo

Voici un méli-mélo de quilts-météo, tellement admirés :

Les quilts-météo ont de nouveau suscité l’admiration ! Les personnes recherchaient leurs mots : créativité, diversité, originalité, gaieté, modernité… Cela nous amusait de voir la tête de certains hommes qui entraient les sourcils froncés, mais sortaient ravis, extrêmement intéressés par le thème et impressionnés par les œuvres d’art faites à partir de données objectives, les températures… C’est toute la magie de ce thème qui nous offre tant de diversités d’interprétation.

Que chaque artiste exposée soit remerciée et félicitée, car j’ai entendu tant d’éloges qui vous sont destinés ! Vous venez aussi de toute la France, et même au-delà pour Teri. Merci donc à (dans l’ordre de l’accrochage de la salle, pour n’oublier personne) Marie-Odile Prévost, Michèle Pocachard, Claudine Cherbonnier, Danielle Birello (2 quilts), Christianne Humbert, Éliane Géraud, Lucie Gondran, Anik Billot, Nicole Marty, Liliane Brescia, Muriel Figuière, Gisèle Bouchard, Annie Labruyère, Chantal Bommier, Teri Totné (Hongrie), Édith Bariat, Muriel Figuière again, Kristine Toufflet, Simone Florès, Évelyne Carrasco, Maïté Findeling, Léna Meszaros, Bernie Alquier et Cécile Milhau (livre textile).

Dans le Temple, les quilts d’Éliane, de Michèle et de Danielle, mis devant les fenêtres, avaient des airs de vitraux samedi matin avec le soleil (photos Pascale Delamer FB) :

Ils faisaient concurrence au quilt-météo 2020 devenu célèbre de Muriel, que tout le monde appelle Le Vitrail, bien encadré par ceux de Gisèle, Liliane et Nicole :

Photo Kristine

Le quilt-météo 2021 de Muriel a également fait sensation :

Un travail de dingue ! ai-je entendu…

Extraordinaire quilt moderne de Teri, qui nous avait fait sourire l’année dernière avec son quilt en smileys 😊qui donnaient le temps :

Le quilt de Bernie est arrivé trop tard pour qu’on lui trouve une place sur le mur, mais finalement tout le monde a pu le détailler et admirer toute la minutie du travail de cette brodeuse-quilteuse tarnaise ! En bout de table, le poétique livre-météo textile de Cécile (photo Pascale Delamer)

Nous avons bien d’autres photos, mais ici vous avez l’esprit de l’ensemble. Et pourquoi des décorations vintage, des mannequins auprès de certains quilts ? Nicole se trouvait dans la mezzanine, incroyable collectionneuse de poupées, de modèles anciens, de livres et objets vintage, de panoplies, Nicole conteuse intarissable… Beaucoup y ont passé du temps, fascinés par ce monde d’enfance évanoui…

D’autres belles photos encore se trouvent sur le blog Patch d’Oc Tarn et sur les pages Facebook de Josette, Pascale, du groupe Quilts-météo… Merci les amies pour vos partages !

Comme je l’avais annoncé, cette deuxième exposition de quilts-météo en France est vraisemblablement la dernière que j’organise. Je laisse la main aux autres bonnes volontés ! Déjà, une exposition aura lieu à Paris dans une semaine avec Sophie (voir affiche), puis ce sera à Crolles/Grenoble en octobre avec Dominique, et en 2023, se profile une exposition dans une ville thermale et lieu de vacances… A suivre ! Si vous souhaitez faire un quilt-météo ou organiser une exposition, LE lieu d’échanges est toujours le groupe privé Facebook Quilts-Météo 20-21-22.

Les BBquilts à l’Église

A l’Église, ces petits quilts destinés aux prématurés ont également atteint leur but : donner envie de consacrer quelques heures pour participer à cet élan de générosité. Nous vous en reparlerons bien plus longuement à la rentrée, avec le lancement du blog de Kristine. Ces 38 BBquilts ont été faits par les Abeilles et leurs amies, nous les offrirons prochainement. La fresque de Mille Fleurs a également donné des idées d’animation pour la rentrée à plusieurs responsables de clubs, c’était sa quatrième sortie après le Salon de Toulouse et des JA dans les Bouches-du-Rhône et les Pyrénées-Orientales.

Les Quatre Accords Toltèques ont aussi trouvé leur place dans la belle église de Lacaze.

Nous reviendrons sur les BBquilts à la rentrée, promis ! Kristine prendra le temps de vous en détailler quelques-uns avec leurs petites histoires dans le blog dédié 😊

Enfin, à la rentrée toujours, je vous parlerai du quilt Diamant de Kristine que vous apercevez en hauteur, inspiré par un modèle de Nadine Rogeret offert dans ELLE sait Faire (1985), un magazine qui n’a pas dépassé le n°1 malheureusement… Justement la fabrication de diamants textiles est un succès actuel auprès de quilteuses américaines ! Ce sont des diamants sans drame (j’ai été marquée par le film éprouvant, Blood Diamond, avec Leonardo DiCaprio). C’est aussi un thème qui intéresse les Abeilles de la Ruche !

Je vous remercie infiniment, lectrices de la Ruche, pour votre fidélité au fil du temps, car nous formons une belle communauté qui aime les arts textiles et aussi bien d’autres choses !
Je tiens aussi à rappeler que sans mes précieuses amies Abeilles autour de moi, je ne garderais pas cet entrain, cette joie d’organiser de nouveaux défis, de les partager… C’est un Tout !
Passez un bel été, à bientôt !
Katell

Le costume de Miss Lumbee

Les Pine cone quilts se sont invités dans ma vie en 2014. J’avais une grande amie américaine, j’en ai gagné une seconde ! LeeAnn, mon amie du Nord-Ouest des États-Unis, avait reçu un mail d’une certaine Betty, à la suite de son quilt en Pine Cones terminé en septembre 2014 et montré sur son blog Nifty Quilts. LeeAnn a bien compris qu’il s’agissait d’informations historiques intéressantes, mais avec son travail à plein temps, elle n’avait pas le temps de les publier elle-même. A tout hasard, elle m’a transféré les informations… et voilà comment je suis entrée en contact avec celle qui est devenue mon autre grande amie américaine, Betty, en novembre 2014.

Lire la suite de « Le costume de Miss Lumbee »

Ode au coquelicot

Tout le monde aime les coquelicots ! Ces fleurs reviennent en force dans les champs et attirent le sourire par leur puissance esthétique. C’est parfois le signe d’un arrêt des pesticides, car les céréaliers reconnaissent que ces fleurs attirent les abeilles d’une part, et, par leurs racines pivotantes, favorisent l’infiltration de l’eau et une meilleure aération ; mais parfois aussi il s’agit non pas d’un retrait des pesticides, mais de la résistance des coquelicots aux armes chimiques

Quoi qu’il en soit, c’est la fleur préférée de Cécile Milhau qui aime en semer un peu partout dans ses œuvres textiles.

Lire la suite de « Ode au coquelicot »

Le patchwork a bon dos

Il y a environ un mois, j’ai rencontré Anne-Carol Lemaire, la créatrice de L’Atelier du Patchwork à Villeroy dans l’Yonne. Nous avons passé un après-midi très chaleureux, à papoter chiffons (traduire : parler de l’art du patchwork) puis David, formidable quilteur-brodeur, nous a rejointes en fin de journée.

Lire la suite de « Le patchwork a bon dos »

Rencontres en Corrèze

Martine m’a invitée à partager une journée avec des quilteuses de son entourage ; ce fut l’occasion de visiter une toute petite partie de la Corrèze que je connais bien trop peu.

En rencontrant plusieurs personnes du village de Martine, j’ai eu la douce impression de vivre dans la seconde partie d’un roman lu l’année dernière.

Lire la suite de « Rencontres en Corrèze »

Lone Star Quilt/6, enfin !

Les 6 semaines du Quilt Along avec Lindlee @plainsandpinequilts se sont longuement étirées pour moi. Cela fait tout de même quelques jours que ce quilt est fini, mais je ne voulais pas publier de photo avant de l’avoir offert à ma sœur Isabelle, pour ses 50 ans ! Ce qui fut fait dimanche, au retour d’une JA en terre provençale parfaitement organisée par FP13, où les quilteuses présentes seront donc les seules à avoir vu ce quilt entièrement fini, avec mes amies de la Ruche le vendredi précédent.

J’y ai retrouvé de nombreuses connaissances et amies, l’ambiance était très chaleureuse, tout ce qu’on aime ! Merci à la belle Nathalie La Bastidane pour ces photos et les échanges de cœur à cœur, et à chacune pour cette si belle journée !

La photo qui suit, prise juste avant mon départ en Provence, me montre un léger problème : oups, le manchon est cousu sur un côté !! Faire, défaire et refaire… j’avais tout juste le temps de réparer mon erreur. Vous ne le voyez pas ici, mais les motifs de quilting ont un sens !

J’ai bordé l’Étoile de plusieurs encadrements textiles, très présents visuellement, jouant le jeu du style amérindien jusqu’au bout. Les tissus marquants sont de la gamme Arizona After (AGF), styliste April Rhodes, magasin Blossom Quilt & Craft (chez Alice). Beaucoup de tissus se bousculent ici, autant des tissus Neelam que divers restes de patchworks antérieurs, de chutes de draps, de vêtements… La bordure piécée de style navajo est expliquée par ici.

Ici la bordure de finition invisible est presque entièrement cousue (voir en bas à gauche, c’est en cours !). Cette technique bien pratique est expliquée dans le livre BeeBook (épuisé).

Le dos est, comme souvent chez nous à la Ruche, un vrai patchwork de restes, commencé par un grand 9-patch irrégulier, recoupé en + à la manière du disappearing nine-patch, avec des ajouts de bandes pour arriver à la dimension nécessaire. Ce n’est pas beau au départ, mais finalement cela fait un dos sympathique.

On ne voit pas l’échelle, mais le 9-patch central est très grand. il sera ensuite coupé en forme de + et recousu pour faire un patchwork un peu plus fou encore !
Voici le dos terminé, ici la place du manchon n’a aucune importance😊 . La bordure blanche de 4 cm est la finition, invisible au recto.

J’ai quilté cette Étoile à la main, ma machine étant alors plus ou moins déréglée et peu encline à faire un beau quilting (réparée depuis). Et je l’avoue, j’avais un peu peur de la rater ! A la main, c’est plus long mais c’est plus sûr. J’ai donc pris le temps qu’il fallait. Le fil est du coton traditionnel (YLI bleu sur le bleu ciel dans l’étoile, brun n° 003 partout ailleurs sauf la bordure extérieure en blanc naturel), mais j’ai fait de longs points, cela va plus vite et ce n’est pas moche ! Il est fini le temps où seul un matelassage de mini-points est admissible 🌞. Les petits points noirs sont les agrafes qui me permettent de faire un sandwich assez rapidement (avec l’agrafeuse MicroStitch)

Dans l’espace libre du fond, j’ai voulu honorer les Amérindiens, en empruntant des symboles qu’ils utilisaient eux-mêmes naguère, ou parfois encore de nos jours. Voici leurs significations :

La plume, c’est le courage et la force !
La tortue est, dans la cosmogonie amérindienne, à l’origine de la Terre gagnée sur l’Océan, ce qui a constitué le continent Nord-Américain. Elle est l’emblème de la longévité, la sagesse, la guérison…
C’est l’Œil de l’homme ou la femme-médecine, et aussi la vigilance, la sagesse.
L’Étoile à huit branches dans un cercle qu’on ne peut briser montre la direction spirituelle à donner à sa vie, comme une boussole interne, et l’espoir d’un avenir radieux !
L’Aigle est l’oiseau sacré.
Équilibre, paix et harmonie… 50 ans le bel âge !
Ce poisson entouré de rayons symbolise l’abondance de nourriture venant de l’eau nourricière qui coule sur terre. C’est un signe des peuples des grandes plaines.
Ce soleil stylisé se retrouve sur le drapeau de l’État du Nouveau-Mexique, il symbolise la JOIE. Il est emprunté particulièrement au peuple Zia. Le 4 est sacré chez les Amérindiens, on retrouve ici les 4 saisons, les 4 points cardinaux, les 4 périodes du jour (matin, midi, soir et nuit), les 4 périodes de la vie (enfance, jeunesse, adulte, vieillesse).

Ces symboles conviennent tellement bien pour ma sœur chérie !

Sur la route, nous avons suivi vendredi les traces de Van Gogh, je vous en parlerai plus longuement en avril, quand j’aurai fini mes lectures.

Oliviers dans les Alpilles : je me sentais dans ses tableaux ! (1889)

Ah mon cher Theo si tu voyais les oliviers à cette époque-ci… Le feuillage vieil argent & argent verdissant contre le bleu. Et le sol labouré orangeâtre. – C’est quelque chose de tout autre que ce qu’on en pense dans le nord – c’est d’un fin – d’un distingué.[…] Le murmure d’un verger d’oliviers a quelque chose de très intime, d’immensément vieux.
Vincent Van Gogh

C’était aussi l’occasion de trouver un bel écrin pour ce quilt :

Une belle oliveraie, sous un soleil timide.

Qui est guidé par une étoile ne regarde jamais en arrière.
Léonard de Vinci (Frammenti letterari e filosofici)

A l’entrée du village de Baux-en-Provence…
… et au hasard des escaliers, dans ce splendide village escarpé.

Plus j’y réfléchis, plus je sens
qu’il n’y a rien de plus réellement artistique
que d’aimer les gens
.
Vincent Van Gogh (Lettre à Théo)

… Alors, quoi de mieux qu’un message d’amour avec un essai artistique,
comme un quilt par exemple ?
Happy Fifty Isabelle !

Katell

Exprimer l’espoir par une étoile

L’espoir se conjugue en bleu et jaune, malgré la noirceur du monde.

En Écosse, un nouveau tartan (tissu écossais dédié à un Clan, une famille) est né en mars 2022 : il est bleu et jaune, il s’appelle Ukraine Forever.
Mon ami Christophe inaugure sa nouvelle machine à coudre en faisant de belles étoiles jaunes et bleues de 20 x 20 cm (+ coutures) pour le groupe Des Tournesols pour l’Ukraine : quilteuses et quilteurs s’unissent pour offrir des quilts à des réfugiés.

Dès que le temps est dégagé la nuit et qu’on s’éloigne des lumières artificielles, on a un des plus beaux spectacles du Monde : le ciel étoilé, bleu et jaune.

Invitation au voyage en bleu et jaune avec AK Moghaddam et son Fancy Van Gogh (Van Gogh de fantaisie), un Vincent qu’il imagine bien plus gai que l’image qu’on nous a transmise dans l’Histoire de l’Art. J’y reviendrai un jour ! Amoureuse de Van Gogh depuis mon adolescence, je lis en ce moment plusieurs romans et essais sur ce peintre. J’ai des surprises. Et puis cet illustrateur iranien est arrivé dans mon petit monde. Et puis le bleu et le jaune nous relient au soutien des Ukrainiens. Je déroule des bobines, ajustant les fils pour tisser les étoffes de mes rêves.

Je rêve ma peinture, ensuite je peins mes rêves.
Vincent Van Gogh

Rappel : AK Moghaddam, illustrateur, travaille sur écran, c’est une œuvre digitale inspirée par le peintre hollandais. Parfois, les étoiles se reflètent dans l’eau, et c’est féerique…
Il ne faut pas sous-estimer la beauté d’un croissant de lune à accrocher dans le ciel.
Vincent écrivit un jour à son frère Théo : Encore une fois je me laisse aller à faire des étoiles trop grandes.
Vincent solitaire, Vincent lumineux, Vincent étoile, Vincent irremplaçable.
Au plus près des rêves, la Lune est comme un grand sourire dans le ciel… mais ne vous étonnez pas si vous dormez moins bien en ce moment, à l’approche de l’équinoxe de Printemps, la pleine Lune du 18 est puissante !…
Pourquoi vouloir décrocher la Lune quand on a les étoiles ? chante Étienne Daho. Pourquoi ne pas décrocher la Lune pour mieux voir les étoiles ? répond Alizera Karimi Moghaddam.
Sacrilège ? Amusement !
Un Vincent joyeux et facétieux, c’est le monde de AK Moghaddam.
In love with Vincent and the Starry Night. Yes I am.
Le croissant est la représentation favorite de la Lune par les enfants… et par Van Gogh. La Lune sublime le ciel étoilé. Ici, le chemin nous mène vers une tranche de joie, avec la fantaisie de AK Moghaddam.

Les lettres de Vincent, soigneusement sauvegardées par Théo puis sa femme Johanna, sont emplies de poésie, d’intelligence, de culture… Le pauvre hère complètement fou hors de la société n’est pas l’image à retenir de Van Gogh. Il était artiste avant tout, et profond, touchant, sensible, intelligent, cultivé…

Je peux très bien m’en tirer dans la vie et dans la peinture sans le Bon Dieu, mais par contre, je ne peux pas m’en tirer, moi, être souffrant, sans quelque chose qui soit plus grand que moi, qui est toute ma vie – la force créatrice… Je voudrais peindre des hommes et des femmes dotés de cet aspect d’éternel dont le symbole était autrefois l’auréole et que nous essayons d’exprimer par le rayonnement et les vibrations frémissantes de nos couleurs… Exprimer l’amour d’un couple par l’alliance de deux couleurs complémentaires, par leur mélange et leur contraste, par la vibration mystérieuse des tons se rapprochant. Exprimer le spirituel sur un front grâce au rayonnement d’un ton clair sur un fond obscur. Exprimer l’espoir par une étoile. La passion d’un être par un coucher de soleil éclatant.

Si je m’arrêtais d’agir, d’étudier, de chercher, alors, malheur à moi, je serais perdu.

J’éprouve une passion irrésistible pour les livres et un besoin constant de cultiver mon esprit, d’étudier, qui m’est aussi vital que le pain.
Vincent

Il était drôle aussi !

Je suis en train de peindre avec l’entrain d’un Marseillais mangeant de la bouillabaisse, ce qui ne t’étonnera pas, quand il s’agit de peindre des tournesols.
Vincent

Que cette parenthèse fantaisiste vous fasse autant de bien qu’à moi ! Je serai heureuse de vous montrer, dans mon prochain post, des photos de mon Etoile (Lone Star) enfin terminée !

Exprimer l’espoir par une Étoile…

Début de matelassage, quilt posé sur mon tambour sur pied, mais sans le maintenir avec le cercle supérieur.

Prenons bien soin de soi et des autres,
Katell

Le monde ne tourne pas rond

Le vendredi, j’ai Ruche.

Un indicible bonheur de retrouver mes amies, de plonger ensemble dans nos projets avec des tissus et des couleurs… Nos Étoiles Uniques, faites grâce à Lindlee de @Plainsandpine quilts, sont toutes au moins sous forme de top, il reste à les quilter… Elles seront exposées à Lacaze les 25-26 juin prochains lors des expositions ARTPELHOT, avec Dimitri Vontzos, Marie-Christine Hourdebaigt, des quilts-météo… La fête au village ! D’autres en-cours faits en commun, que nous vous montrerons terminés fin avril, nous donnent la fièvre du vendredi, sans compter nos divers ouvrages personnels !

Merci Maïté pour ces photos !

🌻

C’est au déjeuner que nous échangeons les nouvelles plus personnelles, que nous parlons de nos lectures… Une de nos conversations a tourné autour de la BD de Christophe Blain (auteur du savoureux Quai d’Orsay) avec Jean-Marc Jancovici, notamment créateur du bilan carbone, un esprit vif s’il en est, un regard espiègle, une parole qui a le sens de la formule, ce qui ne l’empêche pas d’être implacable.

C’est l’état des lieux de notre monde très confortable – même si on n’a pas su éradiquer injustices et pauvretés. Il repose sur l’utilisation des énergies fossiles qui, utilisées de manière immodérée, causent le dérèglement climatique.

Lire une BD se faisait naguère comme on suce un bonbon, on savourait l’histoire, l’inspiration graphique et voilà, c’était une agréable distraction. Le Monde sans Fin, BD de près de 200 pages, est ressentie comme indigeste par certains, tant le foisonnement d’informations est accablant. Même quand on est intéressé, voire obsédé par l’état du Monde comme moi, on apprend beaucoup. La logique de Janco est implacable ; ses connaissances d’ingénieur et scientifique pointu, associées à son génie pédagogique, nous font sursauter. Comment cela, a-t-on vraiment autant de pétrole autour de nous ? Tant d’énergies dépensées ? Et tant de choses fabriquées, et pour quoi faire ?…

Sa logique nous démontre que notre civilisation doit absolument se préparer au monde post-pétrole, -charbon et -gaz, progressivement chaque année, avec détermination. Rien n’est meilleur marché que le pétrole, nous démontre effrontément Janco et dans l’actualité brûlante, notre dépendance au gaz russe est un sujet délicat pour notre équilibre économique. Je n’entrerai pas dans le concert des yaka et fokon, peu de monde sait mesurer toutes les conséquences et moi certainement pas.

Apôtre d’une certaine décroissance, sans toutefois retourner au monde du XVIIIe siècle, Janco est clivant, notamment au sein des écologistes où il ne compte pas que des amis, mais aussi avec un large public qu’il hérisse, avec ses diverses convictions (toutes expliquées avec logique). Quoi, l’avenir est dans le nucléaire ?? Quoi, la voiture à hydrogène ne serait qu’un gadget de riches ??

Et moi, devant mon ordi, j’avais une presque bonne conscience de vie propre. Mais ma pollution, avec mes mails et mon blog, n’est pas négligeable…

Comment les Terriens, avec leur conscience de la vie et de la mort, leur culture, leurs informations, peuvent-ils continuer à aller dans le mur ? Janco mentionne à la fin de cette longue BD deux livres écrits par Sébastien Bohler (spécialiste en neurosciences), que je fais d’ailleurs circuler autour de moi. On apprend dans ces livres pourquoi on n’agit pas de manière logique…

La lecture du Bug humain ne vous donnera pas plus le moral. J’ai eu honte me m’y retrouver parfois, dans ces descriptions… mais je suis humaine, donc terriblement faillible. Sommes-nous indécrottables, nous les Terriens ? L’espoir est tout de même dans le livre bleu…

Vient de sortir, pas encore lu : un plan de 30 ans pour sortir de notre monde carboné, élaboré par de nombreux spécialistes autour de Janco. Après les Trente Glorieuses, puis les Trente Piteuses, les Trente Années Joyeuses et Vertueuses ? Un plan de 30 ans est-il faisable en démocratie ? La France pourrait-elle tenir sa transformation, si les autres pays ne jouent pas aussi le jeu ?… Impatiente de lire les solutions et les manières de les mettre en œuvre !

Pourtant, je crois important de s’informer, afin d’accepter, malgré tout, de devoir fournir de gros efforts dans l’avenir. Avec un but cohérent et vertueux, on pourra même trouver enthousiasmant et non punitif de faire autrement. Si vous êtes invité à un atelier de la Fresque du Climat, n’hésitez pas à participer, son créateur est un proche de Jancovici. Vous n’aurez pas de solution toute faite, mais vous comprendrez mieux comment tourne notre monde. Pas rond.

🌻

Ce vendredi, nous avons aussi parlé de l’Ukraine bien sûr. Si les blocs de tournesols pour soutenir l’Ukraine vous semblent dérisoires, rappelez-vous qu’ils aident aussi à garder le moral. Ce n’est pas négligeable.

Un quilt pour les enfants ukrainiens : cliquez sur ce lien pour découvrir un très beau quilt offert à Claudia Pfeil, pour enrichir sa collection de quilts à offrir aux enfants ukrainiens.

Claudia Pfeil croule, comme prévu, sous les blocs. Plus de 300 arrivés déjà jeudi dernier, et le rythme va s’accélérer. Maria Nelga, la présidente de la guilde de patchwork ukrainienne, a préparé un texte qui sera apposé sous forme d’étiquette sur chaque quilt offert par Claudia à des enfants ukrainiens, en voici une traduction :

Cher enfant, ce n’est pas une couverture ordinaire que tu tiens dans tes mains à présent. C’est un quilt, cousu à partir de pièces de tissus, avec la technique du patchwork. Quand la guerre a éclaté, Claudia a annoncé qu’elle coudrait des quilts pour les enfants ukrainiens, et des enveloppes, pleines de fragments de tissus, de broderies, de jolis détails, lui ont été envoyés du monde entier. Ces couvertures sont pleines de tout l’amour du monde pour chacun d’entre vous. Elles sont remplies de soutien, de soin et d’espoir tout spécialement pour toi et les autres enfants.

Chaque quilt réchauffe ton corps et ton âme pour que tu ressentes le soutien du monde entier contenu dans chaque pièce de ces tissus.

Dans la ville de Claudia en Allemagne, déjà des réfugiés affluent. Les quilts seront peut-être des cadeaux de bienvenue à ces enfants qui ont tant subi. Ils ne seront jamais trop réconfortés.

🌻

Entre ces lectures, l’angoisse de deux ans de pandémie et la guerre en Ukraine, nous sommes nombreux à perdre le moral. Nous sommes peut-être trop ou trop mal informés – oh paradoxe – pour tenir le coup. Je vous en conjure, tenez bon, agissez sur plusieurs fronts si vous pouvez. Le peuple ukrainien nous montre leur bravoure. Restons forts pour nous, pour eux. Rêvons d’un monde enfin harmonieux et fraternel, en boussole interne.

Si je peux me le permettre aussi, discutez avec les jeunes autour de vous, redonnez-leur espoir, participez avec eux à des actions – en agissant, on aide les autres tout autant que nous-mêmes – pour qu’ils ne sombrent pas dans le noir absolu. La pandémie a été d’une violence destructrice sans nom pour les jeunes. Samedi matin, le désespoir absolu a encore frappé autour de moi.

Comment se soucier encore du Monde quand on apprend en quelques semaines le suicide de plusieurs jeunes autour de soi ? Le désespoir absolu de ces enfants nous plonge dans des abîmes de tristesse, d’incompréhension, d’abattement. A l’incommensurable tristesse s’ajoute la culpabilité de ne pas avoir vu venir la menace du geste définitif. Et pourtant la famille, les proches doivent survivre malgré tout. Les parents n’ont même pas un mot dédié, tellement perdre son enfant, quelle qu’en soit la cause, n’est pas dans « l’ordre des choses ». C’est la souffrance ultime.

A mes amies et leurs familles qui vivent cette épreuve inhumaine.

Aquarelle Cécile Milhau

Des blasons pour Réalmont

Réalmont est une ville moyenne du Tarn, moyenne par sa population (3 500 environ), que beaucoup ne connaissent que superficiellement ; la route entre Albi et Castres, très fréquentée, passe en plein milieu. Dans ces conditions, on loupe ce qui fait le charme de cette bourgade, sa ravissante place, malheureusement trop souvent encombrée de voitures (ah les bagnoles… indispensables mais encombrantes !) :

Place de Réalmont, charmante petite ville du Tarn

Son origine

Il y a 750 ans, le 12 mars 1272, fut fondée la bastide de Réalmont (sous le roi Philippe le Hardi), sur des terres récupérées d’un riche seigneur, bien commodément accusé d’hérésie (pauvres Cathares). Une fois la forêt rasée, la bastide peut être construite, pour regrouper les défenseurs de la foi catholique et du pouvoir royal. D’ailleurs, contrairement à beaucoup d’autres bastides de la région, l’église se trouve sur la place (comme à St-Nicolas-de-la-Grave). Les arcades, les maisons à encorbellement donnent tout le charme pittoresque à Réalmont.

Aujourd’hui

Malgré la route qui la traverse, c’est une ville très agréable, avec de nombreux commerçants – à l’heure où les boutiques ont du mal à survivre, cela se remarque – et 49 associations, entretenant la qualité des liens sociaux. Et Réalmont est pour moi surtout connue pour son club de patchwork, joliment appelé La Courtepointe ! C’est le vivier des quilteuses qui travaillent dur pour que la fête soit belle tous les ans non loin de là à Lacaze, avec ARTPELHOT.

Pour les 750 ans de la ville, les quilteuses se sont employées à créer 15 blasons de la ville pour mieux la décorer lors des festivités à venir !

Blason de la ville de Réalmont (81), décrit ainsi : De gueules à l’arbre posé sur un mont d’argent, au chef cousu d’azur chargé de trois fleurs de lys d’or.

Quelle aubaine d’avoir un arbre majestueux sur le blason ! Les quilteuses s’en sont donné à cœur joie, interprétant l’arbre comme elles le sentaient.

Chaque blason mesure 60 cm de côté. On voit que l’espace créatif, l’Arbre, a inspiré nos amies ! Crédits Photos : Olivier Lehmuller ©

Samedi dernier, c’était la remise officielle des blasons au Maire et à une belle délégation locale, ainsi qu’un journaliste.

Bravo à toutes ! Crédits Photos : Olivier Lehmuller ©

Et aujourd’hui le club a bien légitimement les honneurs d’un réseau d’actualités locales. Tarn me Up (un drôle de nom, peut-être inspiré du tube des Rolling Stones Start me Up ?) en a fait un article très sympa et respectueux du travail des volontaires. Merci à Olivier Lehmuller pour cet article : https://tarnmeup.fr/realmont-des-blasons-en-patchwork-pour-la-fete-de-la-bastide/ .

Allez, je suis sympa, je vais vous mettre en tête cette chanson de notre jeunesse pour la journée (on peut faire sa gym avec Mick Jagger et avoir une pensée pour Charlie Watts) :

Tube de 1981, oui nous étions bien jeunes alors !

Rock’n rollement Vôtre,
Katell

Rappelez-vous, ce blason géant fait en commun pour Lacaze, blocs faits par le Patch d’Oc et montage à La Courtepointe… C’est encore et toujours une idée de Cécile, toujours rock’n’roll !

ARTPELHOT et Quilts météo

De la nouveauté à Lacaze

Femmes et hommes de Lacaze sont d’authentiques éveilleurs, ils protègent les aspects traditionnels de leur terroir tout en favorisant l’installation des jeunes dans le village, pour cette Renaissance du XXIe siècle. C’est aussi une histoire entre copains, entre bénévoles des Amis du Château de Lacaze. Au fil des années, l’Association tout comme la Municipalité se réjouissent toujours plus des apports de Cécile Milhau qui réussit à faire venir des artistes de tous horizons, année après année. Mais comme des merles moqueurs, au lieu de parler des œuvres d’art textiles, ils chantent avec l’accent local – plus qu’ils ne parlent – au sujet de Cécile et ses pelhots, ses chiffons, ses guenilles… Pelhot est le mot le plus péjoratif qui existe en Occitan pour parler de tissus ! Mais ces taquineries viennent de ces personnes aux paroles un peu rugueuses pour mieux cacher leur sensibilité et leur gentillesse…

ART + PELHOT = ARTPELHOT
du patchwork, de la broderie, des arts textiles…

Alors c’est décidé, les festivités d’arts textiles à Lacaze et les environs, organisées par Les Amis du Château de Lacaze, s’appellent désormais ARTPELHOT ! Je le prononce arpéliotte 🙃. Il faudra nous y faire, c’est ainsi 😁. Le blog, hébergé par Les Amis du Château, a vu le jour, c’est par ici : ARTPELHOT. Vous y trouverez les nouvelles des expositions à venir, les découvertes artistiques locales, mais aussi d’ores et déjà les archives de manifestations passées.

Ce merveilleux château Renaissance, construit au pied de la rivière du Gijou, lové dans un cirque montagneux au nord de la Montagne Noire, est dédié aux Arts tout au long de l’année.

ARTPELHOT 2022 et quilts-météo

Les quilts météo vivent leur vie, des quilteuses s’enthousiasment toujours pour ce projet pour la troisième année… Cela augure bien d’autres belles expositions de quilts-météo en France ! Et depuis l’exposition au Carrefour Européen du Patchwork, nos amies allemandes fourmillent d’idées pour faire un Temperature Quilt (le terme anglais, que j’ai préféré traduire pour nous).

Le groupe Facebook reste très actif et toujours aussi sympathique. Nous voyons en ce moment à la fois des quilts 2020 tout juste finis, mais aussi de la cuvée 2021 et, oh joie, de nombreux blocs 2022 ! En voici un aperçu :

Kata Dressmaker
Bribri Barry
Sylvette Bigattin
Son double au point de croix ! Sylvette Bigattin
Martine Naffzger
Cécile Dée
Chantal Ricq
Marie-Odile Prevost, récidiviste très créative !
Elsa Boissier, 2003 !
Je ne compte plus les quilts-météo de notre chère Elsa… Suivie de près par Muriel, Agnès… Les Reines des quilts-météo, qui mettent avec Sophie une ambiance formidable dans le groupe !

Ci-dessus, les premiers pas de quelques quilts-météo 2022 : Audrey Saint-Requier, Maïrrhus la Bretonne, Sylvie Gobert qui suit Danielle Carré (elle aussi Bretonne) avec sa brillante idée de comparer la météo (avec les précipitations !) dans diverses régions de France. Ah que j’aime cette émulation !

C’est prévu, ARTPELHOT dédiera le Temple de Lacaze aux quilts-météo fin juin 2022. C’est un vrai privilège que d’exposer dans ce village dédié aux arts. Nous aurons une nouvelle sélection avec juste 2 ou 3 quilts déjà exposés en 2021. Je lancerai les inscriptions sur ce blog et sur le groupe privé Facebook en mars prochain, de même pour d’autres quilts-météo qui seront, eux, exposés à Paris tout le mois de juillet grâce à Sophie.

La vie est une météo imprévisible.
Claude Lelouch

Le programme estival d’ARTPELHOT 2022 est donc, au Château de fin juin à fin juillet, une exposition des artistes Marie-Christine Hourdebaigt et Dimitri Vontzos, qui nous promettent de belles surprises. Le dernier week-end de juin, les 25-26, ce sera la fête à Lacaze avec, outre l’exposition du Château, les quilts-météo au Temple et l’exposition inédite Éveil de la Ruche des Quilteuses à l’Église.

Vive le monde des arts textiles !
Katell