Bee quilteuse, Teinture

Alchimie du Bleu/2

Après les tortures infligées aux tissus avec des mises à l’ombre, des ligatures, des ficelages, des pliages et des fronçages, il est venu le temps de leur faire prendre un bain.

Les ingrédients de chez Emma + une petite balance. Le verre contient assez d’indigo pour notre grande cuve.
Pesage… Nous avons décidé de faire une cuve de 60 litres, car nous avons de grands projets !
Vive et moi faisons les vérifications à deux

Nous n’envisagions pas de faire ce jeu bleuissant à l’intérieur ; jusqu’au bout nous avons hésité, un certain vendredi d’avril, à nous y mettre, mais le temps était finalement parfait. En avant !

Nous avions deux poubelles de 100 litres remplies d’environ 60 litres d’eau du puits ; dans l’une, nous avons préparé la cuve magique, en suivant bien les instructions d’Emma. Tout d’abord, j’ai fait bouillir une vingtaine de litres d’eau du puits, pour atteindre une bonne trentaine de degrés dans la poubelle. Ensuite le mélange des poudres dure une minute, mais il est bon de laisser pauser une heure avant le premier trempage.

Versement de l’indigo et réaction immédiate, une irisation de la cuve.
Après le déjeuner, la cuve est prête !

Il se forme alors « la fleur » ou « fleurée », une sorte d’écume à grosses bulles que nous devons prélever comme pour un pot-au-feu, à la différence que nous la conservons précieusement !

Nous sommes toutes en tenue de combat : vieux vêtements et gants de protection !

Donc la cuve n’attend que nos tissus. Mais nous ne devons pas oublier de tremper le tissu auparavant dans l’autre cuve, afin d’imprégner les fibres, puis de bien essorer avant le bain bleu. Il m’est arrivé d’oublier ce pré-trempage, je n’ai pas eu de mauvaise surprise, mais il vaut mieux suivre les instructions !

Premier trempage de Maïté ; la cuve d’indigo, à droite, est encore en attente.
Evelyne et Eliane font le trempage en série, et attention il faut bien essorer !
Embouteillage au stand trempage. Ne joueraient-elles pas à la pêche aux canards ?
On voit de drôles de trucs flotter…

Et tout à côté, l’alchimie se produit. On trempe très doucement chaque pièce de tissu, en veillant à ne pas emprisonner d’oxygène. Ne pas touiller la cuve comme pour une soupe !

L’agitation s’est déplacée d’un mètre, autour de la cuve bleue.
Le tissu prend une teinte jaune verdâtre. Il faut ouvrir chaque pli de tissu pour que chaque fibre soit au contact de l’indigo. Nos gants deviennent bleus, car ils sont au contact de l’oxygène de l’air.
Après quelques minutes, nous sortons les pièces de tissus imprégnées d’indigo.
Nous les transportons vers des étendoirs sur des plateaux, pour ne pas trop salir la terrasse. La couleur change progressivement.
Il vaut mieux enlever à la main les petites bulles de la fleur qui se forme toujours au fur et à mesure des trempages. Un passage du doigt suffit.
Trempage, écumage, on continue !
Un bouillon d’alchimistes…
Le verdâtre devient bleu intense…
On doit laisser s’oxyder pendant minimum 15 minutes.
L’attente est longue avant de voir le résultat, mais heureusement, nous avons BEAUCOUP de tissus à teindre et nous sommes à toutes les étapes en même temps !
Maïté s’est rendu compte trop tard que son gant était troué… Oh la Stroumpfette !
Brigitte n’est pas équipée pour teindre… Attention, ce tee-shirt risque de ne pas rester blanc !
J’ai un tee-shirt de circonstance, déjà tied and dyed ! Cela nous donne des idées pour la prochaine fois…
Revenons à nos tissus. Après 20 mn, on les met dans une bassine d’eau claire et on rince longuement, changeant l’eau plusieurs fois. Oui, nous utilisons beaucoup d’eau.
Une fois que l’eau est claire, vient le moment tant attendu : on coupe les ficelles, on fait sauter les élastiques, on détend les nœuds…
On souhaite le plus beau résultat… Contrairement à ce que je fais ici, il faut couper dans la bassine pleine d’eau afin de stopper la diffusion de la teinture !! Erreur de débutante…
Oh la la, c’est chouette !
Punaise, trop beau !
Une belle surprise à chaque fois !
Parfois les tissus aux plis multiples finissent de s’oxyder seulement après le déficelage, on admire ce turquoise éphémère…
Des tissus anciens retrouvent une nouvelle jeunesse.
On finit par étaler sur l’herbe quand les étendoirs sont pleins.
Sur le même étendoir, on a des tissus en cours d’oxydation et des splendeurs étonnantes…
Après la satisfaction du travail bien fait, repos Miss Maïté !
Eliane étend un tissu qui fait l’admiration de toutes (obtenu en attachant et froissant le tissu sur un rouleau)
Naya se demande ce qui empiète sur son territoire, d’autant plus qu’elle n’a pas le droit de s’allonger dessus… Mais que se passe-t-il donc dans cette maison ??
Quelques trucs bizarres pendouillent aux arbres…
Du très clair, du moyen clair, du foncé… Nous avons appris que, si nous voulons avoir ce beau bleu intense, il faut tremper une seconde, voire une troisième fois dans la cuve après une période d’oxydation de 15-20 mn. La couleur éclaircit beaucoup après le séchage et le passage au vinaigre blanc, pour la fixation de la couleur.

En fin de séance, si on a l’intention de continuer à utiliser la cuve un des jours suivants, c’est possible : il faut dans ce cas remettre toute la fleurée sur la surface, cela agit comme un voile protecteur. Et il ne faut pas que la température baisse excessivement. Alors, le lendemain, j’ai recommencé…

… jusqu’à la fin du jour !

J’espère que ces nombreuses photos (merci Kristine, notre reporter !) vous donneront envie d’oser vous aussi le grand bleu ou d’autres teintures, le beau temps favorise cette activité !
Si vous ne voulez pas vous lancer seule, cherchez des stages, il en existe un peu partout en France, vous en apprendrez bien plus sur cet art !
Katell

27 réflexions au sujet de “Alchimie du Bleu/2”

  1. Magnifique réalisation !!!
    Je serai très tentée, mais oui je vais oser le dire; je n’aime pas le bleu….
    Mais est-il possible d’utiliser d’autres teintures , naturelles ou non, pour obtenir ces effets magiques?
    Bravo et merci pour vos articles toujours passionnants.

    J’aime

    1. Caroline de notre groupe fait de nombreuses teintures végétales , nous lui gardons les peaux et noyaux d’avocats, les pelures d’oignons (rouge comme jaune), elle fait de nombreuses expériences au fil des saisons avec les plantes du jardin… Un monde infini de couleurs que nous commençons tout juste à aborder !

      J’aime

  2. Un souvenir revient… un stage de teinture organisé par Françoise Grall avec diverses plantes naturelles. Un vrai régal que je retrouve dans cette description: des tentatives de toutes sortes, des projets, des échecs mais de belles surprises avec une grande diversité de couleurs inattendues (peut-être pas aussi intenses qu’avec cet indigo).

    J’aime

    1. Caro de notre groupe fait des teintures à la peau d’avocat, pelure d’oignons, plantes diverses du jardin… Nous savons que nous venons d’ouvrir une porte vers un monde infini ! Nous verrons ensuite si nous avons envie de poursuivre…
      Françoise Grall est une des premières références pour ces stages et beaucoup de jeunes s’y mettent aussi !

      J’aime

  3. Magnifique reportage bien détaillé et très tonique, le résultat est superbe! Bravo, cela donne envie de patouiller avec toutes les herbes et fleurs du jardin….et il y en a…..

    J’aime

  4. Vous vous êtes bien amusées mais quels beaux résultats … impressionnant !
    J’ai suivi il y a deux ou trois ans un stage de teinture naturelle chez Whole à Paris , très intéressant et magique.

    J’aime

    1. Magique, c’est bien le mot qui nous vient… C’est pourtant simple et ancien ! Nous redécouvrons toute la magie de l’artisanat, à protéger, à valoriser autant qu’on peut.

      J’aime

  5. J’ai fait un tout petit peu d’indigo mais ces 2 articles m’ont vraiment donné envie de faire un stage, de m’y mettre sérieusement; les cyanotypes m’ont déjà donné un grand avant -goût de bleu! J’espère qu’on sera prévenu de nouveaux stages; un jour, qui sait?
    Merci, merci!!!

    J’aime

    1. Les cyanotypes donnent d’autres résultats, parfois hyper raffinés. Si on me donne les infos, je veux bien faire un récapitulatif des personnes qui assurent des stages dans les prochains mois, pour celles qui n’osent pas essayer seules.
      Personnellement, je ne me lance pas dans ce genre de stage, d’autres le feront mieux que moi 😁

      J’aime

  6. Merci Katell pour ce beau reportage. Oui vous donnez envie de nous lancer. Merci pour ce beau partage si bien illustrée.

    J’aime

  7. Les résultats sont vraiment super et ce que tu as fait aussi le lendemain sont tout aussi réussis et différents. Bravo les abeilles, vous avez bien butiné le bleu.

    J’aime

  8. Bonjour Katell c’est super beau j’aimerais bien faire de la teinture, Bleu en plus ma couleur préférée. Bravo

    J’aime

  9. j’adore ! mais faute de jardin et de garage je m’en tiens à la teinture en machine !
    mais je vais tenter de ficeler un peu mes tissus la prochaine fois !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.