La terre est bleue comme une orange

La terre est bleue comme une orange

C’est le premier vers intrigant d’un poème de Paul Éluard datant de 1929. A l’absurdité de la phrase répond la finesse des rêveries qu’elle enclenche, laissez-vous emporter, rebondissez sur les images qui vous viennent…

Mais oui, la Terre a la forme d’une orange, une balle, une sphère, symbole de la plénitude. 

Ce fruit a puisé la vitalité dans la lumière du soleil, a concentré l’énergie en zeste, jus et pulpe, comme l’essence de la vie— VAlekStudio / Shutterstock.com.

Or, la terre est effectivement brune, ocre, beige… ou orange.

Une vue du Bryce Canyon, en septembre 2018, où l’orange de la terre se marie au bleu du ciel.

En 1929, nul humain n’avait pu contempler ni photographier la Terre vue de l’espace, et on avait bien moins conscience de la prédominance des océans sur la terre ferme. Avant les missions dans l’espace, personne ne l’appelait la planète bleue. Et peut-être était-ce alors la terre bleue qui intriguait les lecteurs, plus que la terre comme une orange… Tout est question de perspective.

On nomme l’overview effect, le choc qu’ont ressenti de nombreux spationautes en voyant la Terre de l’espace. Après avoir contemplé leur Maison de loin, ils veulent plus que jamais la protéger : elle est belle, elle est unique, elle est fragile.

overview
L’écrivain Jean-Pierre Goux mise sur la diffusion massive de photos et vidéos de la Terre vue de l’espace pour inspirer un amour profond pour notre Maison, susciter un sentiment d’appartenance à ce monde unique, fini et isolé comprenant toute la nature, dont nous faisons partie. OneHome.org. Si vous comprenez l’anglais, voici 14 citations d’astronautes ayant expérimenté l’overview effect. Tous sont émus, souvent jusqu’aux larmes.

C’est assez surréaliste de savoir ce qu’il se passe sur la planète en dessous de nous. La Terre a toujours l’air aussi éblouissante, vue d’ici, donc c’est difficile de croire tous les changements qui se sont produits depuis qu’on est ici.
Jessica Meir, le 10 avril 2020

L’astronaute Jessica Meir vient de rentrer sur terre le 17 avril, après 7 mois en station spatiale, elle expérimente à présent un confinement auquel elle était bien moins préparée…

Fragile

Jamais je crois je n’ai autant lu que durant ces semaines de confinement, et j’ai découvert plusieurs romans de science-fiction où sont projetées les craintes des auteurs dans un avenir plus ou moins lointain. Je vous assure qu’à la lumière de ces possibilités, on n’a, encore moins que jamais, pas envie de vieillir, aucune projection n’étant réjouissante… Quelle désespérance. Que ce soit Valentin Auwercx dans 500 ans (Le temps d’une Étoile) ou Tatiana de Rosnay dans 15 ans (Les Fleurs de l’ombre), l’avenir a de bien tristes couleurs. Et quand certains s’arrogent le droit de faire « ce qu’il faut » pour régler les problèmes comme dans Le Parfum d’Adam de Jean-Christophe Rufin, j’en frémis encore.

L’équilibre qui convient à l’humanité est fragile : quelques degrés de plus et nos côtes seront englouties, nos organismes flancheront à la chaleur, nos jardins seront grillés. Grâce à l’ingéniosité des hommes, nous avons bénéficié de tant de bienfaits, mais la balance penche dangereusement vers les douloureuses contreparties. La pollution tue la biodiversité comme les abeilles et autres insectes pollinisateurs, bienfaiteurs de notre alimentation saine. La nature que nous domptons s’épuise, tant de décisions étant prises pour le court terme. Je ne me lancerai pas sur une longue liste, vous la devinez. Et si nous lisons l’histoire de notre genre humain, Sapiens, une brève histoire de l’humanité de Yuval Noah Harari, on se rend compte à quel point nous sommes, nous et nos civilisations, arrogants et pourtant minuscules et fragiles.

Un fichu virus et voilà notre vie d’avant, si imparfaite, déjà considérée comme un paradis perdu…

Audace

La vie est une aventure, ose-la.
Mère Teresa.

Je crois au miracle, je suis un optimiste de la volonté et je professais qu’à moins d’être totalement mort, rien n’est grave.
Sylvain Tesson

Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles.
Sénèque

La couleur orange symbolise l’énergie, la vitalité, l’optimisme, l’audace et donc, nous incite à croire malgré tout en l’avenir. Il en faut, de l’audace, pour proclamer que la terre est bleue comme une orange. Oser l’audace, c’est un pléonasme que les artistes comme les meilleurs scientifiques savent manier, pour créer un monde meilleur, souhaitons-le. Car il faut agir ! Alors, vous ne serez pas surpris par mon second carré orange du challenge Ensemble malgré tout de France Patchwork :

Stay at Home, ou le confinement résilient

En plein week-end de Pâques, j’avais le moral en berne, les enfants étant habituellement autour de moi à cette occasion. Alors j’ai fait une immersion dans mon atelier. J’ai ainsi fait un beau trou dans mes p’tits bouts de tissus, les assemblant en bandes interminables de 6 cm de large, m’inspirant fortement d’un quilt d’une quilteuse australienne, publié sur Instagram. Pour rythmer ces bandes, j’ai découpé les unis en carrés de 12 cm, du prune/aubergine au jaune d’or, en passant par de nombreux rouges, roses et orange. J’ai mis le turbo et fait un top qui n’était vraiment pas prévu.

Je crois bien que ce top sera expédié à une quilteuse long arm professionnelle dans une dizaine de jours ! Je suis en plein quilting à la main de l’ouvrage que vous voyez en tête de blog…

Faire ce top m’a redonné le sourire ! Il s’appelle #StayAtHome, l’un des hashtags les plus utilisés au monde ces dernières semaines…

La fin du confinement ne signifiera pas la fin de la pandémie, nous le savons à présent. Il faudra du courage et de l’audace pour établir de nouveaux équilibres. Pour terminer avec de l’espoir, voici les deux dernières strophes d’un autre poème de Paul Éluard qu’on aimerait tellement voir coller à l’actualité de ce mois de mai :

[…]

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluard

Malgré notre fragilité, ayons de l’audace pour créer un meilleur avenir que celui qu’on nous promet.

Avec confiance, allons de l’avant, ensemble malgré tout,
Katell