Broderie, Curiosité, Evènement, Histoire d'un tissu

Voyages textiles avec les Jeux Olympiques

J’admire les athlètes qui trouvent la motivation pour aller plus vite, plus loin, d’autant plus que je n’ai jamais senti en moi cet esprit de compétition qui pousse à l’exploit sportif. Je n’ai pas la fibre marathonienne de mon mari, ni celle du triathlon d’une de mes filles… Cependant, j’ai suivi les actualités JO 2020, qui changeaient des aventures de Pass & Delta 🙄. J’en ai retenu quelques pépites hors performances sportives, pour notre plaisir.

Haïti à l’honneur

Celle qui alluma la Flamme olympique, la championne de tennis Naomi Osaka, n’est pas que Japonaise. Son père est Haïtien et s’appelle Leonard François ; sa mère, Tamiki Osaka, est Japonaise. L’amour a vaincu les montagnes de la tradition nipponne mais la pression sociale a poussé le couple mixte à quitter le Japon pour aller vivre aux États-Unis alors que Naomi n’avait que avait 3 ans. Garder le patronyme de la mère n’avait pas suffi pour s’intégrer au Pays du Soleil Levant.

Naomi Osaka en 2020, avec sa coupe de l’US Open, vêtue et coiffée en hommage à ses racines haïtiennes.

Naomi est aussi une héroïne dans le pays de son père, son nouveau projet est d’y créer une Académie de tennis. Souhaitons-lui bonne chance !

🎾

Ce petit pays s’est distingué aussi par ses costumes lors de la cérémonie d’inauguration des JO. Déjà, c’était le cas en 2016 :

Aux Jeux de Rio, les sportifs haïtiens portaient déjà des costumes signés Maëlle David, inspirés des costumes traditionnels haïtiens.

En Haïti, le tissu traditionnel n’est autre que le chambray. C’est un tissu en fibres végétales, de lin, puis de coton, d’aspect bleu ciel, avec un fil de chaîne indigo et un fil de trame blanc. A l’instar du tissu de jean (de Gênes) ou denim (de Nimes), on doit le chambray à la ville de… Cambray, où on ne fait pas que des bêtises ! Dans les caraïbes francophones, le mot est déformé en karabela. Les photos suivantes sont de rares témoignages de vêtements des années 1940-60 (Tumblr ARTDREAM)

C’est devenu le tissu typique pour les costumes folkloriques d’Haïti, tout comme le madras dans d’autres îles. Ce tissu est également exploité par des stylistes comme des talents locaux :

Beauté haïtienne, à la robe embellie de croquets.

Maëlle Figaro David a récidivé pour Tokyo 2021, avec des costumes bleu chambray pour les hommes et de splendides robes rappelant celles des temps anciens, quand les servantes récupéraient toutes les chutes des maisons où elles travaillaient : l’esprit du patchwork à l’état pur !

Chaque robe est bien évidemment unique !

L’admiration du monde entier pour ces costumes a mis du baume au cœur du peuple haïtien, dont le président vient de se faire assassiner, une épreuve de plus.

 Nous sommes tellement tristes ces derniers temps.
J’ai joué avec les couleurs pour envoyer un message d’amour et d’espoir.
Maëlle Figaro David

Maëlle Figaro David

La délégation mexicaine

Les athlètes mexicains ont été acclamés pour leur élégance, leurs tailleurs marine hyper sobres au tissu infroissable et anti-transpirant étant illuminés de broderies traditionnelles, celles que Frida Kahlo affectionnait tant. Chaque broderie a été faite à la main par des artisanes de la région d’Oaxaca.

(photos Facebook et Instagram High Life)

Voici une scène de rue dans cette région mexicaine :

Voyez aussi ce joli reportage d’une femme vêtue d’un costume tehuantepec de la région d’Oaxaca :

https://imagesfrommyworld.com/en/2017/01/30/typical-costume-from-tehuantepec-oaxaca-mexico/

Bien d’autres pays montraient des costumes vibrants de couleurs, riches de leurs traditions textiles… Malheureusement, notre délégation ressemblait plus à une manifestation de blouses blanches… Sans doute le contexte et les masques qui dévoient mon impression. Ou pas.

Le champion tricoteur

Comme souvent, il faut aller en Grande-Bretagne pour vivre pleinement l’excentricité !

Déjà star chez lui, le plongeur Tom Daley est devenu inoubliable en tricotant en pleine épreuve sportive, attendant son tour dans la tribune… Comme lui, nous savons bien qu’occuper ses mains ainsi diminue le stress ! Il a même confectionné une pochette pour protéger sa médaille d’or :

Tom inonde son compte Instagram de ses créations, certaines délibérément décalées, nous rappelant les années 100 Idées :

Mais d’autres créations sont à mes yeux particulièrement réussies :

Ce gilet est fait de deux hexagones, avec des manches ajoutées.
Même modèle pour son fiston Robbie.

Et que dire de son slip de bain en crochet ? Par le biais de l’originalité dans la bonne humeur et les performances sportives, Tom fait peu à peu accepter, dans le monde sportif si dur, le droit d’être gay.

Tout comme nous faisons des quilts-souvenirs, Tom a tricoté un cardigan à Tokyo, en souvenir de cet évènement :

OR🥇OR

Des kimonos pour les J.O.

Pendant quatre ans, des dizaines d’artisans ont conçu les motifs, tissé et taillé de 213 kimonos célébrant la diversité du monde. Capture d’écran YouTube / compte Imagine One World KIMONO PROJECT

Malheureusement occultés pendant les cérémonies, 213 kimonos ont été créés aux couleurs de chaque pays participant ! Sous l’égide du designer Yoshimasa Takakura le collectif Imagine One World Organization a travaillé pendant 4 ans pour véhiculer un message de paix et d’unité mondiale par un des emblèmes du Japon, le kimono et sa ceinture large nommée obi. 213 kimonos pour 206 nations, car, par exemple, la France est représentée par deux kimonos :

L’Hexagone est sobrement figuré par des brassées de fleurs de lys, symbole de la royauté, dans des bouquets d’inspiration impressionniste. Capture d’écran YouTube / compte Imagine One World KIMONO PROJECT
La Polynésie française a droit à son propre kimono avec ceinture aux motifs mélanésien. Capture d’écran YouTube / compte Imagine One World KIMONO PROJECT

Les photos et informations de ci-dessus sont de cette page du Figaro.

L‘ONG à l’initiative de ce superbe projet s’inspire au quotidien de Imagine :

‘You may say I’m a dreamer
But I’m not the only one
I hope someday you’ll join us
And the world will be as one’
JOHN LENNON

Les kimonos gracieusement portés (photo de la page Facebook de Imagine One World)

Y aura-t-il une initiative à la hauteur dans le monde textile pour les J.O. de Paris 2024 ?
Seriez-vous partantes pour vous mobiliser ?
Auriez-vous des idées ?…
Puisque notre pays a une forme hexagonale, l’hexagone pourrait être une base de réflexion pour célébrer une mosaïque mondiale unie par l’art et le sport ?
Mais nous sommes si riches culturellement que d’autres idées peuvent émerger…
Avoir des projets, ça entretient le moral !

Décidément, les Jeux Olympiques m’inspirent bien plus que je n’aurais pensé !
Déjà pour Sotchi...

.
A très bientôt, toujours dans notre monde de couleurs, de création et de joie, malgré tout !
Katell

Vous avez peut-être lu cet article samedi dernier : j’avais fait une fausse manip’ alors que je programmais cet article et je l’ai publié par erreur ! Toutes mes excuses. Cette fois-ci, il ne disparaîtra plus !

10 réflexions au sujet de “Voyages textiles avec les Jeux Olympiques”

  1. Aujourd’hui sale temps en Ardèche et oui ça peut arriver,alors la lecture de ce reportage à été bien réconfortante et intéressante, Merci Katell

    J'aime

  2. En ce qui concerne le kimono français, je viens de trouver le texte explicatif du designer lui-même, Michiko Kasugai, je copie la traduction automatique :
    « Le concept est l’intégrité française. La fleur choisie dans le langage des fleurs est un lys blanc. Il y a un dicton au Japon qui compare une belle femme. C’est une pivoine en position debout, une pivoine en position assise et une fleur de lys en marchant. C’est une fleur qui mérite de représenter une femme française active. Il a été noté ici que les armoiries de la dynastie royale des Louis étaient confondues avec l’iris. L’œuvre, d’une beauté libre, décontractée et jolie, est devenue un chef-d’œuvre qui exprime l’image de la France noble et pure.
    La ceinture Obi : en me concentrant sur les tapisseries Millefleurs du Musée de Cluny à Paris, j’ai conçu ce motif tricolore. L’apparence exprime parfaitement la sensibilité française à la mode et élégante. »

    J'aime

  3. merci Katell pour cet article très intéressant ; ancienne membre d’un groupe de danses traditionnelles , je suis toujours émerveillée par les costumes traditionnels des pays, je découvre Haïti; un projet pour les prochains JO…une belle idée à suivre; bon mois d’aout à toi

    J'aime

    1. J’ai été moi aussi séduite par la diversité des costumes, surtout ceux qui ont un lien avec leur patrimoine textile traditionnel ! J’aurais pu montrer ceux de plusieurs pays d’Afrique, vibrants de couleurs…
      On verra bien si un projet se monte pour les JO de Paris : j’ai bon espoir !
      Je t’embrasse

      J'aime

  4. Comme toujours, article passionnant. J’adore le chambray, mais ne savais pas qu’il était si important en Haïti. Je n’ai pas eu le courage de faire la traduction automatique du texte sur le kimono français, et sa ceinture millefiori. Merci beaucoup Katell. Et je suis partante pour un grand projet textile pour les JO. N’ayant pas la télé, je n’ai rien vu du défilé (j’aurais pu regarder sur mon ordi mais ne suis pas fan de sport). Et finalement j’ai raté quelques beaux tableaux, en particulier les belles robes haïtiennes. Nous avons assez de créativité pour imaginer quelque chose, mais dépasser l’arrogance de certains sera plus compliqué: bien des projets restent réalisés par de tout petits groupes, quitte à sous-traiter à bas prix auprès d’associations sociales, tout en se gardant la gloire, la reconnaissance … et les fonds importants alloués aux projets. Expériences vécue et observées de multiples fois à Paris dans plusieurs domaines, en particulier le textile. A voir quel lobby sera le plus fort…

    J'aime

    1. Merci pour toutes ces précisions. Oui pour se lancer dans un projet d’envergure, il faut être les deux pieds ancrés dans la réalité, le cœur bien accroché et tout de même l’esprit rêveur…
      Si cela se fait, je ressortirai une de mes phrases fétiche : on va faire simple !

      J'aime

  5. Sur la bannière de Sotchi, l’un des motifs qui compose ce patchwork est une dentelle russe. Et à la cérémonie d’ouverture de Rio, il y a eu quelques minutes d’une dentellière au travail.
    Mais oui je suis partante pour agir auprès du comité pour que les jeux de Paris fassent honneur à nos traditions textiles.

    J'aime

  6. merci pour cet article! j’avais beaucoup aimé les panneaux de Sotchi et regarder la cérémonie d’ouverture pour les costumes est toujours un vrai plaisir! espérons que Paris sera à la hauteur!

    J'aime

    1. Nous allons sans doute faire notre part ! J’espère une grande mobilisation autour des J.O. avec France Patchwork et nous toutes, car nous avons besoin de grands projets enthousiasmants !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.