Exposition

Trois Occitanes/2

Après le mois de février dans l’Aude à Pexiora, faisons un saut en début d’été dans le Tarn. C’est aussi un département privilégié pour la balade et le tourisme, ne serait-ce qu’Albi, joyau rénové qui a heureusement gardé son authenticité.

Plus secrète, hors des sentiers battus, la vallée du Gigou menant aux Monts de Lacaune est verdoyante même en plein été. Lacaze est sur le chemin, un village au brillant passé, partagé entre catholiques et protestants, avec son lot de gloires et de drames. Après de longues investigations, deux passionnés ont fait revivre le passé de cet endroit magnifique dans  un livre disponible au Château :

Dans cet écrin se succèdent toute l’année des manifestations autour des Arts et, grâce à Cécile, les Arts Textiles sont à l’honneur chaque été !

Cécile, c’est un sacré numéro, une femme qui ne laisse jamais indifférent, du vif-argent au caractère pur & dur qu’elle attribue à l’héritage cathare. C’est avant tout une femme libre, un brin insoumise. Je viens de lire une histoire des femmes accusées bien commodément de sorcellerie, je ne peux m’empêcher d’être heureuse de vivre au XXIe siècle, car à la Renaissance les empêcheuses de ronronner étaient bien vite écartées de la manière la plus brutale qui soit… Non, avant ce n’était pas toujours mieux !

J’admirais déjà ses quilts dans Les Nouvelles quand je vivais en Allemagne (il y a plus de 20 ans) sans la connaître, une affinité avec ses ouvrages qui ne s’explique pas, c’est juste une évidence. Cette affinité s’est confirmée quand nous nous sommes rencontrées il y a 10 ans et nous nous complétons bien quand on organise des choses ensemble. Et puis Cécile est fidèle en amitié et tellement généreuse !
Je sais qu’elle préfère s’exprimer autrement que par écrit, alors je la remercie de s’être prêtée au jeu malgré tout !

Cécile Milhau au milieu, à l’entrée du Temple, exposition du Projet 70273 (Jeanne à droite et moi à gauche)

Cécile à Lacaze (81)

J’ai fait mes premiers pas dans le patchwork avec Jocelyne Leroy, Lucile Moroni, Claude Fabre, alors que déjà je peignais, cousais et brodais depuis toute jeune. En 1993 j’ai créé mon premier atelier, La Courtepointe à Réalmont (81)avec la volonté de mélanger les générations, des grands-mères et des enfants placés que je côtoyais dans mon métier. Je suis entrée dans la délégation France Patchwork Tarn quand Hélène Cornu était déléguée, puis je lui ai succédé pendant 10 ans. Quand Patricia a créé La Fête du Fil à Labastide-Rouairoux, nous y avons participé plusieurs années, accompagnant cet élan formidable et le regain d’intérêt des arts textiles dans notre département.

Expo de Cécile à Labastide-Rouairoux le 15 août 2006. Au centre, la cathédrale Ste-Cécile d’Albi, à gauche des coquelicots, fleur préférée de Cécile

Lacaze. Pourquoi Lacaze ? Simplement ma famille maternelle est originaire de ce village, enfant j’y passais toutes mes vacances. Mon grand-père et mon oncle étaient tailleurs, ma grand-mère et des cousines couturières. Un grand meuble vitré contenant toutes les matières premières, fils & tissus, me fascinait. A l’époque de nombreuses familles possédaient encore un métier à tisser, travaillant à domicile, tandis qu’à Vabre, la petite ville voisine, une usine de tissus en laine embaucha jusqu’à 300 ouvriers pendant 200 ans (jusqu’en 1989). C’est dire l’importance des tissus dans ma vie.

J’ai connu le château du village tombant en ruine, envahi par la végétation, mais depuis 20 ans, la Mairie et l’Association des Amis du Château l’ont métamorphosé, lui rendant ses fastes d’antan. Ce petit bijou Renaissance revit !

costume lacaze.jpg

C’est maintenant un lieu de festivités et de culture, ainsi que le Temple du village, autre belle salle d’exposition. Ces deux lieux chargés d’histoire sont désormais dédiés aux Arts Textiles tous les étés, avec le dernier dimanche de juin comme point d’orgue des manifestations.

En 2013, j’ai pu exposer avec le sculpteur sur bois René Prestat, puis grâce aux nombreux bénévoles autour de moi, j’organise chaque année une nouvelle exposition : en 2014 Ina Statescu m’a fait l’honneur d’accepter mon invitation, puis en 2015 Pierre Milhau exposa des sculptures en bois flottés, accompagnées de quelques-uns de mes quilts, en 2016 nous accueillîmes l’exposition régionale France Patchwork Fibre Occitane et en 2017 Sophie Furbeyre, grande artiste textile, enchanta le château pendant que le Temple exposait le Projet 70273.

Les Estivales de Lacaze, c’est une expérience tellement enrichissante et une collaboration toujours fructueuse ! Au fil du temps ce rendez-vous festif met en valeur le patrimoine textile et les atouts de ce village. Mais surtout, il entretient un bien précieux que m’apporte le patchwork : l’amitié. C’est aussi ma manière de participer à la conservation d’un peu de vie dans ce petit coin du Tarn qui est dans mon cœur depuis toujours.

Le programme de cet été se profile :

  • au Château pendant trois semaines : Annsan, couple d’artistes issus du théâtre qui créent des tableaux textiles
  • dimanche 24 juin, grand défilé de mode concocté par Joëlle Vétillard : nous verrons l’aboutissement des ronds pour les robes de princesse et la fameuse robe de mariée en triangles.
    Des ronds et des couleurs… Nous étions seize vendredi dernier à travailler pour Joëlle au club de Colomiers, pour notre plus grand plaisir !

    Certains sont simples, d’autres très sophistiqués : en tout une quarantaine de ronds à adresser à Joëlle.
  • le 24 juin toujours, exposition France Patchwork de Charm quilts au Temple
  • Le 24 juin enfin, puces des couturières et espace de ventes !

Mon autre grand projet voit le jour : Le Grenier du Château, un lieu de conservation des arts textiles. En voici la présentation.

Mes amis réservez votre journée du 24 juin prochain pour passer une belle journée avec nous !

Bien amicalement,
Cécile
http://ma.vie.au.fil.et.aux.pinceaux.over-blog.fr/

8 réflexions au sujet de “Trois Occitanes/2”

  1. Une date que j’inscris de suite dans l’agenda au chapitre : , »incontournable » !
    Merci pour l’info 😊😉

    J'aime

  2. J’espère bien pouvoir y aller, nous sommes assez proches, profitons en ! Et je trouve l’idée du Grenier du chateau particulièrement intéressante. J’espère que les réponses seront nombreuses et intéressantes pour valoriser ce patrimoine du fil et des aiguilles. Bravo à Cécile pour toutes ces initiatives.
    Et ce chateau est vraiment magnifique.

    J'aime

    1. Le Grenier se monte pour répondre à diverses situations, comme les quilts faits par une collectivité, les ouvrages trop encombrants pour une descendance mais qu’on ne veut pas « bazarder », les trésors de grand-mère trouvés à 3 sous dans des vide-greniers, etc. En de multiples circonstances il est possible de faire un don au Grenier du Château !

      J'aime

  3. Cécile… lorsqu’on fait sa connaissance on ne peut pas rester indifférent! J’ai eu la chance de la côtoyer pendant mes années de délégation.
    Je ne pense malheureusement pas pouvoir venir à Lacaze cette année encore. Dommage!

    J'aime

  4. cela m’a rappelé ma grand mère pdt la guerre qui faisait lever ses brioches (qu’elle arrivait à faire) sous l’édredon et parlait tjrs de sa « marmite norvégienne ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.