Amitié, Chanson & musique, Histoire, Lecture

Rencontres en Corrèze

Martine m’a invitée à partager une journée avec des quilteuses de son entourage ; ce fut l’occasion de visiter une toute petite partie de la Corrèze que je connais bien trop peu.

En rencontrant plusieurs personnes du village de Martine, j’ai eu la douce impression de vivre dans la seconde partie d’un roman lu l’année dernière.

Souvent, ce livre d’Ève Gabrielle revient dans mes conversations, il m’a marquée… Voir ici aussi.

Dans ce roman, la France est coupée en deux, la partie Nord étant dirigée par une multinationale, surveillant la population par des puces électroniques, gérant très mal les ravages de notre vie dégradée par la surconsommation passée… Une vie désespérante. En contraste, dans le Sud, on s’est organisé, on vit simplement, à la fois à l’écoute de la Nature et des gens autour de soi ; chacun apporte ses talents pour le bénéfice de tous. Cela rappelle des projets de communautés comme l’île d’Utopie de Thomas More à l’époque de la Renaissance –berceau de nouvelles idées à la recherche de l’harmonie, mais qui pêche beaucoup par la triste uniformisation de la vie de chacun, l’esclavage des coupables… — les espoirs des kibboutz d’Israël ou Auroville près de Pondichéry, le lieu d’une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités*, où vécut une de mes cousines pendant 12 ans dans les années 1970-80…

*Présentation d’Auroville par sa créatrice, une Française surnommée La Mère, Mirra Alfassa Richard (1878-1873)

Dans ce petit village de Corrèze, j’ai donc eu l’impression de vivre dans le fameux Sud de La Part cachée du Monde, sans les dogmes ou contraintes d’une communauté. A Brivezac, on se connaît, on s’apprécie, on s’entraide. On peut être d’ici depuis des générations, ou bien avoir emménagé l’année dernière. L’important est d’avoir le goût de la vie simple entourée de la nature et l’envie de s’intégrer, en respectant les personnes et le patrimoine.

Les deux monuments notoires du village sont l’église romane et la maison de Jeanne d’Albret, figure du protestantisme au XVIe siècle, Reine de Navarre, et duchesse, comtesse et vicomtesse de multiples lieux de France… On la connaît bien sûr pour être la mère d’Henri IV ! Elle aurait dormi une nuit ici, à Brivezac…

Ici, les gens ont trouvé leur raison de vivre. Les uns transforment une maison de village délabrée en coquette Maison d’hôtes, refaite et aménagée avec un maximum de matériaux et meubles récupérés ou recyclés (Carpe Diem). Un autre est musicien. Quant à Louis-Olivier Vitté, il écrit des romans dits « de terroir », 20 livres déjà, la plupart de ses histoires naissent de l’amour du pays et de ceux qui y vivent. Je viens d’acheter La Guérisseuse, évidemment attirée par le titre, ainsi que son dernier, un polar satirique aux accents de San Antonio ! Ils sont nombreux sur ces terres, comme Denis Tillinac, Christian Signol, Michel Peyramaure, Christine Machureau etc., à écrire sur l’histoire locale ou celle du monde. La région fourmille de châteaux, de maisons très anciennes, c’est un paradis d’historien ! Ici on ne peut qu’aimer l’Histoire, avec ces vestiges omniprésents de la vie d’antan, et on ne peut qu’aimer les gens… et cela ne veut pas dire qu’on est passéiste ! Les habitants fourmillent d’idées pour ouvrir des lieux conviviaux, librairie, épicerie… Ils sont riches d’idées innovantes, tout en se préoccupant de l’impact environnemental.

Martine et moi, ce sont de longs mails depuis des années, des confidences, les partages des joies et des peines, alors qu’objectivement nous nous connaissons peu. Mais c’est ainsi l’amitié ! Tout chez elle est souvenirs et artisanats. Voici quelques quilts de Martine, je n’en ai photographié que quelques-uns, trop occupée à discuter !!

Un modèle japonais transformé par des couleurs plus toniques
Un top ancien acheté à Sainte-Marie-aux-Mines, quilté avec amour et patience…
Des essais de teinture à l’indigo avec un kit de chez Emma et des bandes de mille tissus chinois, indiens, japonais, africains… L’artisanat à l’honneur, toujours !
Panneau fait à 4 mains avec une amie, avec le début d’un poème médiéval de Charles d’Orléans.

Ces vers ont inspiré à Michel Polnareff sa plus courte chanson :

Cette musique médiévale me rappelle les trois enfants de Martine que j’ai rencontrés, ils sont de ma génération, curieux de tout, de musique et d’instruments anciens, de photographie, d’écriture, de nature… Passionnés, actifs, souriants malgré tout… Quelle famille, riche de sa diversité !

Ce n’était pas une simple visite à Martine, puisque j’ai partagé lundi dernier avec une petite dizaine de quilteuses l’histoire de Betty Ford-Smith et de Miss Sue, le sauvetage de cette technique du Pine Cone quilt, et puis la transmission… Une journée qui fait du bien !

Des pine cone quilts et de la documentation offerte par Betty
En fin de journée, chacune se réjouit d’avoir appris cette technique !
Il manque Isabelle, la photographe que je remercie beaucoup, ainsi que Jacquotte, partie un peu plus tôt !

Et le même jour, de l’autre côté de l’Atlantique, Betty faisait de même, sous le soleil de Floride…

Une connexion entre quilteuses !

Profitons des bons moments passés ensemble,
Katell

Merci pour tout Martine, et à bientôt !

19 réflexions au sujet de “Rencontres en Corrèze”

  1. Merci Katell pour cet article qui apporte une bouffée de nature et de retour aux sources !
    Pourrais tu indiquer où se procurer le livre de Rachaeldaisy , pour mon association ?
    Un pas a pas si possible , merci
    Continue à nous faire part de tes belles expériences
    ( membre de FP 13)

    J’aime

    1. Bonjour ! Ah quelle belle JA nous avons vécue ensemble à La Barben !
      Le livre de Rachaeldaisy a été édité par Quiltmania, mais je crains qu’il ne soit épuisé… A vérifier !

      J’aime

    1. Merci Gene, et c’est vrai que les liens entre quilteuses sont forts ! Chaque participante était très heureuse de découvrir cette technique ancienne. Nous avons eu aussi le temps de discuter, de découvrir que nous avons des connaissances communes… Une journée très agréable qui rebooste !

      J’aime

  2. Je suis allée à Auroville , je n’ai pas trop aimé l’ambiance, mais j’ai vécu à Pondichéry que j’aime beaucoup. Auroville, certaines de mes amies adorent. (Il faut de tout pour faire un monde…) En tout cas, c’est un projet intéressant et CA MARCHE.
    J’aime la Corrèze voisine, il y a de superbes endroits!! (les tours de Merle, les ardoisières, Collonges- la-rouge, etc…) Bravo pour la transmission, les cone quilts, etc…………Merci!

    J’aime

    1. Quand ma cousine est partie d’Auroville vers 1985, l’ambiance avait déjà beaucoup changé par rapport aux débuts. Mais enfin le Matrimandir est terminé (commencé en 1972, terminé en… 2008) et l’expérience continue !

      J’aime

    1. Merci Jacqueline ! Je vais pouvoir défaire mes valises, mais je repartirai dans 11 jours vers…Nantes 😊
      Partout je me rends compte à quel point j’aime la France et ses multiples aspects, et les quilteuses et leurs multiples visages !

      J’aime

  3. Belle Corrèze que je connais un peu ayant habité des années à la limite de la Dordogne et du Lot et non loin de la Corrèze où réside toujours une de mes belle-sœurs .
    Souvenirs, souvenirs ….
    Maïté -BeeBee

    J’aime

  4. Je suis ravie que le hasard m’ait permis de découvrir votre blog. Je fais du parchemin,de France á Rép Tchéque et j’habite près de Prague, c’est sympa de pouvoir lire sur les patchworkers français. Je suis membre de fran c patchwork et ce blog est un bon complément d’information sur les mêmes « touchés » par patchworque! Merci pour cet blogu👍
    Salutations
    Renata

    J’aime

    1. Oh merci Renata! Nous faisons partie de la grande communauté des Quilteuses, et bien sûr je suis très heureuse de savoir que je suis lue aussi à l’extérieur de la France !

      J’aime

  5. It makes me very happy to see women learning this wonderful patchwork design we call pine cone, pine burr, cuckleburr, target, bull’s eye, prairie points and other names yet to be discovered. I am always amazed when someone tells me their grandmother use to make small pieces like this, as well. Thank you for keeping the tradition alive and sharing your wonderful stories with the world. Today, I watched an Elizabeth Taylor 1954 movie, the Last Time I saw Paris. It was wonderful and your pictures made me feel like my visit was only yesterday.
    Thank you

    Aimé par 1 personne

  6. un très bel article, de belles rencontres et une nouvelle technique apprise en commun. c’est un vrai bonheur de lire ces compte-rendus. Merci Katell pour ce partage

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.