Sur ma table de nuit/3

Demain, je partirai vers l’Alsace ! Je rencontrerai certaines d’entre vous avec bonheur ❤ et, bien sûr, je vous donnerai plus tard quelques impressions des expositions sur le thème majeur des quilts hispanophones. Je voyagerai avec mon amie LeeAnn de l’Etat de Washington, sœur de cœur, sister by heart. L’amitié et les arts textiles seront au programme en continu, pas de temps pour la lecture alors que cet été, sans doute pour éloigner mon esprit des visions terribles de l’Ukraine, j’avais un peu forcé sur les thrillers.

L’Institut, Stephen King (2020 en français – Albin Michel)

J’ai sans doute vu plus de films issus des romans de Stephen King que je n’ai lu de livres, ce qui chez moi est en général l’inverse. Ma sœur m’a offert ce roman (nous faisons circuler inlassablement nos livres), une chance sinon je ne l’aurais sans doute jamais lu. Je me suis laissée porter par l’histoire, parce qu’elle concerne des enfants sans doute. Plus précisément, des enfants doués de pouvoirs, télékinésistes ou télépathiques.

Cette minorité d’enfants sélectionnés, capturés, étudiés, torturés, le sont pour une cause dévoilée à la fin de ce long livre. On entre peu à peu dans l’univers imaginé par l’auteur, on fait connaissance avec de nombreux personnages secondaires, on découvre peu à peu tous les aspects de l’histoire, c’est long, mais c’est la touche de King. J’y ai trouvé une forte résonnance avec ce que dénonçait le Projet 70273, ces personnes sélectionnées selon un critère x pour faire telle ou telle expérience. Une minorité sacrifiée pour des expériences visant un but, ignoble dans le cas des Nazis, éminemment contestable dans l’histoire de l’Institut car la fin ne justifie pas les moyens. Les enfants sont comme souvent les beaux héros de S. King, il les décrit avec la justesse de celui qui n’a pas oublié d’où il vient.

J’ai voulu savoir comment les enfants pourraient sortir de cet enfer… et bien sûr Luke, 12 ans, héros débrouillard à la Mark Twain, ne m’a pas déçue !

De nombreuses connexions peuvent se faire avec d’autres romans du King. Le huis-clos étouffant et incompréhensible me rappelle Under the Dome, lu en anglais à sa sortie, où une immense bulle isole une petite ville (et l’ambiance de la série Stranger Things !), les dons spéciaux chez des enfants me rappellent Carrie, l’amitié entre enfants qui aide à tout endurer comme dans Ça… Si vous êtes fan de Stephen King, vous ferez sans doute d’autres rapprochements !

Selon le Centre national pour les enfants disparus et exploités,
environ 800 000 enfants disparaissaient chaque année aux États-Unis.
La plupart sont retrouvés.
Des milliers ne le sont pas.
L’Institut, Stephen King

Le Syndrome [E], de Frank Thilliez (2010, éditions Fleuve Noir)

C’est quand on s’éloigne des choses les plus simples
qu’on se rend compte qu’en définitive, elles ne sont pas si moches.
Le syndrome E, Franck Thilliez

C’est l’histoire où Sharko et Henebelle -héros récurrents de l’auteur- se rencontrent, ces êtres si semblables qu’ils ne peuvent que se comprendre.

Un homme seul terriblement seul. Et blessé. Comme elle.
Le syndrome E, Franck Thilliez

Dans ce roman extrêmement bien construit, on s’affole de la violence des meurtres, on s’étonne de la puissance possiblement maléfique d’un film canadien… et tout s’imbrique habilement, dévoilant un grand scandale nord-américain réel jusque dans les années 1960 (un de plus…) et la capacité de manipulation mentale de vous et moi par l’audiovisuel.

Le septième art est celui de la magie, de l’illusion, du trompe-l’œil…
Rien n’est réel.
Le syndrome E, Franck Thilliez

Glaçant, intriguant, j’ai vraiment aimé m’immerger dans cette histoire où l’on voyage sur 3 continents pour résoudre l’affaire. On frémit de savoir que des enfants ont été utilisés pendant des décennies pour de sombres expériences. Surdoués, handicapés ou dans la norme, les enfants ont été victimes de tant d’expérimentations, tant de sacrifices pour des raisons injustifiables…

Les mômes existent pour nous rappeler
que les priorités ne sont pas toujours celles qu’on croit.
Même si c’est parfois difficile,
ils remettent de l’ordre dans nos existences.
Le syndrome E, Franck Thilliez

Lu juste après L’Institut, je ne me doutais pas qu’il y aurait tant de correspondances entre les deux livres… A découvrir ! Un autre hasard veut qu’on parle justement de ce roman en ce moment, adapté en série avec un brillant casting.

Déjà sur SALTO, bientôt sur TF1. Je ne sais pas si je regarderai…

Si je devais vous en conseiller un seul, ma préférence irait au roman français. Nous n’avons pas l’ambiance de huis-clos qui va crescendo dans l’Institut, mais j’ai aimé l’habile imbrication des deux sujets qui trouvent une racine commune, son ancrage dans la vie, ses descriptions réalistes… Au moment où les propagandes font rage, où les visions du monde se heurtent avec violence, Le Syndrome E, paru 10 ans avant l’Institut, me semble plus actuel que celui de Stephen King.

Ils étaient allés au bout.
Au bout de l’horreur, dans un voyage sans retour qui avait dévoilé toutes les folies imaginables.
Celle des hommes, des pays, du monde.
Un monde qui vivait dans le chaos, asservi par le règne de l’image violente.

Le syndrome E, Franck Thilliez

💙💛

Ces atrocités, tant qu’elles sont dans les livres, nous font trembler, sursauter, réfléchir. Je reviendrai un jour sur l’envie de lire des polars, des thrillers. Quand il s’agit d’atrocités passées, il faut en parler, pour que plus jamais ça… Mais que faire, quand elles sont actuelles ?

Selon les informations reçues, le 19 mars 2022, les forces d’occupation russes ont illégalement emmené 2389 enfants sur le territoire de la Fédération de Russie, qui se trouvaient dans les zones temporairement occupées des régions de Donetsk et Louhansk. Le déplacement forcé de la population civile vers le territoire de l’État agresseur, en particulier des enfants, présente des signes d’enlèvement. De telles actions constituent une violation flagrante du droit international, en particulier du droit international humanitaire.

Le Ministère des Affaires Étrangères d’Ukraine, 20 mars 2022

Les mois s’écoulent, nous avons dépassé 200 jours d’invasion russe en Ukraine. Les derniers chiffres, non actualisés depuis plusieurs semaines, font état de 300 000 enfants ukrainiens déportés. On fait disparaître leur nom de naissance, leur nationalité, leur origine, leur identité, on les fait adopter, on les rééduque, on les « russifie ». Il sera impossible de les retrouver. Est-ce une infox, une fake news ? Pas du tout, cela fait partie du programme d’éradication de l’Ukraine par le Kremlin, tout en se faisant passer pour les « sauveurs » de ces enfants, et par la même occasion redonner du sang neuf à des régions éloignées de Russie. Comme au temps du tsarisme, du stalinisme.

 Les décrets, signés par Vladimir Poutine le 25 mai et le 11 juillet simplifiant l’obtention de la nationalité russe pour les Ukrainiens – y compris pour les enfants – facilitent même leur adoption. 

Journal Le Monde, 1er août 2022

Le sort des adultes déportés est absolument dramatique, mais celui des enfants m’est encore plus insupportable. Et cela se passe en ce moment. Des ONG et lanceurs d’alerte font leur travail. L’ONU enquête. Ce sont aux instances internationales d’agir. J’enrage de ne pouvoir rien faire.

Alors comme vous le devinez, plus que jamais,
un grand bol d’air alsacien me fera le plus grand bien,
avec la joie de nager dans les couleurs et la beauté !

L’art sauvera le monde.
Fiodor Dostoïevski

Bonne(s) lecture(s) et à très bientôt,
Katell

¡Vamos a divertirnos en el Encuentro Europeo de Patchwork!

16 commentaires sur « Sur ma table de nuit/3 »

  1. Lu L’Institut il y a quelques temps..et oui cela fait froid dans le dos car il est facile d’imaginer que cela puisse réellement exister
    Et notre impuissance à aider ces enfants Ukrainiens est difficile à vivre..faire de petits patchs c’est bien mais pas vraiment suffisant

    J’aime

    1. Le drame est au-dessus de ce que nous pouvons faire. Mais localement, je suis certaine que des quilts feront plaisir, même si c’est en effet dérisoire par rapport au problème. Et ce sont les gens « qui s’en sortent » que nous toucherons, pas les enfants déportés…

      J’aime

  2. Bonjour Katel,
    Je vous suis depuis un petit moment et c’est toujours un plaisir de vous lire. Entre les lignes se dessine une belle personne , beaucoup d’empathie et surtout une grande bienveillance . Peut-être vous rencontrerai-je , à Ste Marie aux Mines, ainsi que Mrs LeeAnn , ce serait un immense plaisir . Je l’espère sincèrement. Je vous souhaite un excellent séjour en Alsace , de jolies rencontres et de belles découvertes. a très bientôt .
    Bénédicte de Bordeaux

    J’aime

    1. Bonjour Bénédicte, merci infiniment… et j’espère aussi une rencontre ! Je sais que Nadine a organisé un voyage, en faites-vous partie ? Nous avons alors des chances de nous rencontrer vendredi !

      J’aime

      1. Je m’envole aujourd’hui pour l’Alsace avec une amie qui va découvrir, pour la première fois, cet incroyable et incontournable temple du Patchwork . Nous sommes très impatientes . Nous y serons jusqu’à Dimanche, je vous guetterai donc le long de nos balades créatives , les yeux émerveillés et la tête remplie de couleurs et de projets. Que du bonheur! une bulle d’oxygène dans ce monde de folie . 🙂

        J’aime

  3. Merci Katell de partager vos lectures d’autant plus qu’elles font ressurgir des problèmes actuels dont peu de personnes parlent. L’enlèvement des enfants est un problème vieux comme le monde, je dirais… Quand j’étais en République centrafricaine en 1969, on parlait déjà de la disparition de milliers d’enfants …

    J’aime

    1. Les enfants, cela signifie l’avenir. Cela signifie aussi l’amour. En s’attaquant aux enfants, les ennemis touchent le plus sacré… et c’est vieux comme le monde. La civilisation n’efface pas la barbarie embusquée…

      J’aime

  4. Bonjour Katell, merci pour tes comptes rendu de lecture , nous vivons un monde horrible sous la dictature de l’ho C’ Un vrai cauchemar. Alors faisons du patchwork pour tenter d’oubl. Bon séjour à SMM.

    J’aime

  5. Merci Katell pour cet article … encore un passionnant !
    Je ne pourrai pas accompagner cette année mon amie Renée à Sainte Marie aux Mines mais je vous souhaite un très bon voyage et beau séjour au milieu de ces merveilles !
    Je me permettrai de t’écrire à ton retour pour te demander des conseils pour quilter mon Diabolical Jane … A très vite !

    J’aime

    1. Le voyage fera un bien fou !!
      Avec plaisir je te guiderai pour le Diabolical Jane. Tous les quilting finis sont réussis, aussi bien à la main qu’à la machine. Nous en reparlerons !

      J’aime

  6. Ce que je retiendrai de ton post, ce sont les enfants ukrainiens kidnappés… quelle honte et quelle tristesse pour leur famille. Je te laisse les livres, car pour moi, ils sont trop violents … mon idéal est avant tout de trouver dans la lecture un repos et un apaisement cérébral… ici j’ai comme l’impression qu’on en ai loin !! hihi ! Bon salon avec Lee-Ann ! Profite bien !
    Gros xoxo

    J’aime

    1. Je comprends très bien ta réaction, car j’ai du mal à comprendre moi-même pourquoi j’apprécie cette littérature ! C’est souvent la psychologie fouillée des personnages qui agissent contre vents et marées qui m’attirent je crois…

      J’aime

  7. Bonjour Katell
    Je vais pour la première fois à SMM.
    Je fais partie du voyage organisé par Nadine. J’ai vraiment hâte d’y être et en effet je trouve le programme alléchant. Je serai vendredi à la remise des prix pour le concours sur le conte puisque je fais partie des finalistes… j’espère vraiment vous rencontrer.
    A +
    Danièle (du club de Cestas) 🙂

    J’aime

    1. Oh, un grand bravo !! Ce concours donne toujours des expositions remarquables, je viens de voir que c’est à 14:30, j’y serai sauf imprévu ! J’aurai un grand sac turquoise 💙 et sans doute mon nom sur mon badge😁
      A après-demain, avec grande joie !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.