Modernité, Portrait d'un quilt

Un quilt très zen d’Esther

A la suite d’un commentaire de l’article sur la pleine Lune, j’ai eu un échange de mails avec Edissa, Esther du Québec. Elle m’a présenté le quilt qu’elle a fait pour sa sœur qui habite non loin de Boston (Massachusetts).  Avant de le lui offrir, elle avait fait des photos. J’ai trouvé sa lettre charmante et son quilt japonisant magnifique ! J’ai son autorisation pour le partager avec vous. Il ne deviendra jamais un modèle avec toutes les mesures, mais vous pouvez vous en inspirer pour en faire un dans le même esprit !

Cette courtepointe est une création pour ma sœur.

Voici donc sa photo. Pas ce qui est le mieux comme décor, le but de la photo était de la présenter toute entière. Ou presque… Il manque un petit morceau de la courtepointe à gauche où se trouve la 5e petite bande rouge. On peut la voir sur la seconde photo qui a été prise avant l’assemblage.

Le gris en dominante était demandé par ma sœur de même que le petit soupçon de rouge. Elle désirait aussi quelque chose de très sobre et calme, autant par les motifs des quelques imprimés (uniquement du non-figuratif), les teintes et le mouvement proposé avec l’assemblage des diverses pièces. Le piquage (quilting) est réduit au minimum, uniquement « in the ditch », même si cela laisse de vastes espaces sans aucun point. Chez ma sœur il est posé sur un lit japonais une place en bois.

Travailler ainsi était tout nouveau pour moi, tellement plus habituée au « scrappy » et aux imprimés variés. Et le gris est une couleur pas facile à mélanger/accorder avec elle-même ! Gris-bleu, gris-rose, gris-beige, gris-vert… Toute une école !

Bien amicalement,
Esther

J’adore son utilisation du mot courtepointe, typiquement québécoise !
Merci Esther pour le partage 🙂

22 réflexions au sujet de “Un quilt très zen d’Esther”

  1. Waouh ! Sobre et raffiné ! Ce mélange de gris, du clair au plus foncé, semblent être inspiré par les ciels d’ hiver . Le soupçon de rouge, savamment dosé ajoute des vibrations à cette magnifique courtepointe. Elle est apaisante de « dénuement ». Merci Katell pour ce partage

    Aimé par 1 personne

    1. Comme toi je lui trouve une affinité avec la saison ! Les courtepointes ont des styles et des histoires qui leur sont propres, celle-ci illustre bien notre ciel hivernal mais avec une touche gaie qui empêche la morosité !

      J'aime

  2. Le jeu des gris, des ronds, demi-ronds quart de ronds, le seul tissu à motifs avec des ronds, la touche de rouge, quelle courtepointe magnifique! Et cette lune blanche sur fond presque noir! Esther, j’admire beaucoup votre courtepointe et votre travail de composition.

    Aimé par 2 personnes

  3. cette courtepointe est magnifique, classe, élégante….trop sobre pour moi mais superbe! j’aime l’utilisation du mot courtepointe, c’est plus parlant que « quilt » pour les novices (kilt????) ai-je tort?

    Aimé par 1 personne

    1. Eternel problème ! Si une Québécoise avait introduit cet art en France, nous ferions toutes des courtepointes, mais dans les années 70-80 ce fut une Américaine, Sophie Campbell, alors on a fait tant bien que mal avec les termes patchwork, quilting, quilt…

      J'aime

  4. « Courte pointe », un beau mot pour désigner cet ouvrage magnifique de sobriété et de créativité que nous devrions conserver dans notre français de France ! J’aime énormément .

    Aimé par 1 personne

  5. J’aime pourtant beaucoup les couleurs dynamisantes, mais cette déclinaison de gris avec un soupçon de rouge et de blanc la rende très épurée et zen, bravo

    Aimé par 1 personne

    1. C’est reposant effectivement. Cette courtepointe aurait pu être très dynamique avec des couleurs vives, des imprimés exubérants, mais cette « zénitude » séduit peut-être plus, justement grâce à sa singularité !

      J'aime

  6. Merci merci pour tous vos commentaires… 🙂 Je dois dire que le processus « création de A à Z » n’est pas du tout dans mes habitudes et « l’accouchement » a pris des mois ! Plusieurs dessins mis de côté avant d’arriver au schéma actuel… J’ai dû ensuite épurer, élaguer, restreindre le nombre des tissus… Tout un processus mental, une démarche que je ne pense pas refaire de sitôt ! Même si je suis fière du résultat et que ma sœur Rébecca en est ravie.

    J'aime

  7. merci pour ce partage fort sympatique . Une idée facile à mettre en oeuvre .
    Bonne fin de semaine
    Annick

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s