Couleurs, Curiosité

Quel est l’art pictural le plus bénéfique pour notre santé ?

Hier une lumière a clignoté en moi quand j’ai commencé à lire cet article d’une coach Feng Shui et de remise en forme des intérieurs, pour le bien-être de ses habitants, naturellement. L’article de Karen Kingston développe une idée simple : les œuvres d’art montrant de la nature sont bien plus rassurantes et apaisantes que les œuvres d’art abstraites, elles peuvent même contribuer à la guérison. Tiens, intéressant !

D’autre part, on a longtemps peint les hôpitaux exclusivement en blanc, couleur de l’hygiène, avec des décorations absentes ou affligeantes. Une étude très poussée a conclu la même chose que Florence Nightingale, avec son simple bon sens, il y a bien longtemps :

Aussi peu que nous sachions la manière dont nous sommes affectés par les formes, les couleurs et la lumière, nous savons pourtant qu’elles ont un effet physique et sont des moyens réels d’aide au rétablissement des malades. Florence Nightingale (1820-1910)

Dans le même article, on voit le tableau d’un peintre français qui montre les arrières de la 1ère Guerre Mondiale. Sous les auspices de la Croix-Rouge, la Duchesse de Sutherland s’y dévouait pour soigner les blessés français et prenait le soin de mettre un bouquet de fleurs au chevet des blessés. Décidément, bravo aux Anglaises !

hospital-in-the-oatfield.jpg
Victor Tardieu, alors ambulancier, peignait les scènes et écrivait des lettres décrivant les horreurs de la guerre et le dévouement des femmes… Tableau du musée Florence Nightingale, St-Thomas’ Hospital, Londres.

Rappelons que le 12 mai, c’est la Journée Internationale des Infirmières, à la date de naissance de la remarquable Florence Nightingale, qui révolutionna les soins au XIXe siècle et tellement plus encore. Vous souhaiterez peut-être lire ou relire la belle histoire du Rajah Quilt, lié à Elizabeth Fry, autre personnalité emblématique du care for women, l’attention portée au bien-être et la dignité des femmes…

Pour les personnes qui travaillent en hôpital tout comme pour ceux qui s’y font soigner, celui de Florence en Italie (ville de naissance de Florence Nightingale, d’où son prénom !), montre l’exemple :

Photo Elaine Poggi, qui a créé une Fondation, Healing Photo Art, une photothèque pour les hôpitaux du monde entier, pour mettre l’art là où il est le plus nécessaire. Des photos de la nature apaisante, d’animaux mignons, de visages souriants, de villages paisibles, tout ce qui est harmonieusement coloré attire le sourire et aide à guérir.
Hôpital de St-Louis dans le Missouri (USA) : des photos de la même Fondation ornent les couloirs, ainsi que dans des dizaines de lieux de soins de par le monde (y compris en France). Bien sûr, un effort général est fait depuis quelques années avec d’autres initiatives tout aussi méritantes.
Elaine Poggi et une de ses nouvelles photos, achetée ici par un centre de traitement du cancer dans l’Illinois (USA).

Pourtant, certains thérapeutes utilisent bien des images abstraites pour que les patients y interprètent leurs soucis, leurs névroses… Que voit-on dans les taches de Rorschach ? Je n’ai absolument aucune imagination, je ne vois que des papillons, non madame-monsieur, cela ne me dit rien d’autre. Ah il faut donc que je me soigne.

En réalité, ce qui gêne dans l’art abstrait d’après l’étude récemment publiée, c’est que les peintres y ont mis leur propres névroses et que cela ne peut reposer l’esprit ! Ou même, l’abstraction rend l’esprit occupé par la recherche de la signification, au lieu de lui apporter réconfort et apaisement. Je n’avais jamais pensé à ça ! La conclusion de la coach est donc d’éviter l’art abstrait chez soi, de préférer les images harmonieuses de la nature, tout comme le préconise indirectement le Feng Shui.

Home sweet home, le confort et l’harmonie de son intérieur, c’est bien dans l’esprit du patchwork. On sait que la plupart des blocs, même d’une abstraite géométrie, ont des noms bien concrets, certains évoquant même des objets du quotidien (la clé à molette et la baratte à beurre, j’adore !!). Les quilts figuratifs sont-ils plus chaleureux et rassurants ? Dans un sens, je suis d’accord, par exemple la palme du cozy revient aux quilts country, avec leurs maisons, leurs étoiles, leurs fleurs et leurs moutons (n’est-ce pas Patchpascale ❤ ?).Cela veut-il dire que nous devons renoncer aux quilts abstraits ? J’y réfléchirai un autre jour ! Je n’en suis pas certaine…

ob_1da9b3_img-20190305-115553
Un quilt récent de Pascale, alias Jubama. Son nom ? Home sweet Home, le bien nommé !

En attendant, voici un florilège de quilts picturaux, parfois à la limite de l’abstrait, d’une femme que j’admire beaucoup, Béatrice Bueche. Je verrais si bien ses œuvres pour calmer, soigner, redonner goût à la vie dans des maisons de soins ! Curieusement mes choix se portent sur des tableaux textiles où le noir est parfois très présent. Pourtant, ils vibrent et me rendent joyeuse !

EDIT : je l’ignorais, mes deux amies cachottières, Béatrice Bueche et Michelle Braun, exposent des œuvres en ce moment-même au Palais Gourmand, un très bon restaurant au nord de l’Alsace ! Voici les deux artistes, le jour du vernissage :

Exposition jusqu’au 6 juillet 2019, 220 rue du Moulin à GOERSDORF. Tel. 03 88 09 42 74.

Merci Annie de m’avoir alertée !

14 réflexions au sujet de “Quel est l’art pictural le plus bénéfique pour notre santé ?”

  1. Je suis en accord avec l’article , mais concernant l’abstrait il faut se laisser aller , suivre son instinct . Il y a certainement une dose de névrose dans certaines œuvres abstraites mais je crois qu’elles ne dérivent pas toujours d’une névrose , mais simplement par exemple ,envie de poser des couleurs qui rappellent inconsciemment un moment heureux ! Et c’est comme la musique ,il y a des morceaux que je ne peux pas écouter ils me mettent mal à l’aise ; cependant certaines compositions de sons abstraits me réjouissent . De toute façon quelle que soit l’oeuvre , celle qui nous réjouit le cœur , avec laquelle on se sent en harmonie est bonne pour nous ! Quant au noir il n’est pas triste s’il est bien accompagné . Le sujet est vaste …!
    Belle journée à toutes

    J'aime

    1. C’est bien mon ressenti, même si j’applaudis à l’action de la Fondation avec ses superbes photos, je n’étais pas d’accord avec la conclusion sur l’art abstrait en général. Il y a tant de tableaux – et de quilts – joyeusement abstraits qui me réjouissent !
      Le mot-clé est l’harmonie, tu as raison. C’est ainsi que je vois les quilts, aussi bien de Jubama que de Bea Bueche, pourtant fort éloignés, ils réjouissent car ils sont harmonieux !

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Katell,
    Merci pour cet article formidablement documenté comme toujours.
    Néanmoins, je m’étonne que tu voies des papillons partout dans les taches noires des psy, parce que celle que tu as choisie ressemble furieusement à une chauve-souris (j’adore ces bestioles avec leur mignonne bouille de chien)
    Personnellement, je travaille depuis toujours dans des établissements de soins et je me félicite d’avoir aujourd’hui des murs blancs : dans mon premier poste, c’était un rose qui laissait penser qu’on avait tapissé au papier hygiénique ! Les murs blancs mettent bien mieux en valeur le quilt suspendu dans mon bureau. Actuellement c’est un ABCdaire, mais le prochain sera fleuri d’hexagones.
    Bon dimanche
    Muriel

    J'aime

    1. Pour le test des taches, j’ai effectivement forcé le trait 😉 et plus que jamais on a besoin de chauve-souris pour tempérer l’ardeur des terribles moustiques !
      Les couleurs au mur sont difficiles à manier, il y a eu des tentatives de couleurs dans les hôpitaux, comme dans les salles de classe, assez hasardeuses. Le blanc est un écrin parfait pour mettre en valeur tous les meubles et objets (chez moi, presque toutes les pièces sont de nouveau peintes en blanc, après d’autres aventures…) mais c’est le 100 % blanc que je trouve angoissant, aussi bien en moderne qu’en shabby chic… qui semble avoir disparu !
      Bon dimanche à toi également chère Muriel !

      J'aime

      1. Chez les quilteuses qui m’inspirent dans le moderne, j’adore les arrière-plans en faible volume, mais je manque de stock pour m’y essayer. J’aime aussi beaucoup l’utilisation de certaines teintes neutres comme le gris clair ou le beige lin, je trouve que c’est souvent plus flatteur qu’un blanc trop tranché.

        J'aime

  3. Très intéressant ! j ai beaucoup aimé cette article! au plaisir de vous lire ! merci pour tout ce que vous nous apportez !

    J'aime

  4. Bonjour.Article intéressant,je pense que le patch fait du bien au dessus de mon lit j’ai un patch multicolore fait avec des tissus qui viennent de toutes mes amies et famille,je peux y retrouver toute leur affection.amicalement huguette

    J'aime

    1. Merci Huguette pour la photo de ce quilt, je comprends qu’il soit tellement précieux… Les quilts sont des témoignages incroyablement touchants. Me permets-tu de l’ajouter dans les commentaires par ici ?

      J'aime

  5. Bonjour,
    Depuis que je lis assidûment tous vos articles je me permets pour la première fois de poster car vous avez mis des mots sur ce qui me gênent dans le patchwork dit « moderne ».
    Les effets déstructurés, les lignes brisées, l’abstrait, ce que j’appelle le pas fini, le décousu, tout (ou presque tout) ce qui fait l’inverse du patchwork traditionnel me déplait parce que je reprends vos mots « l’abstraction rend l’esprit occupé par la recherche de la signification, au lieu de lui apporter réconfort et apaisement. ».
    C’est sans aucun doute pour cela que je n’aime pas non plus l’art textile qui me frustre trop 🙂
    Et dire qu’il faut se laisser aller n’aide pas à aimer 😉 Ce n’est pas aussi simple 🙂
    J’en profite pour vous féliciter de tous vos articles, si bien documentés et si intéressants.

    J'aime

    1. Nathalie, merci d’avoir écrit votre sentiment. Le monde du patchwork et des arts textiles est si vaste qu’il serait ennuyeux que tout le monde aime la même chose bien sûr.
      Le patchwork dit moderne est également très vaste. S’y côtoient à la fois des quilts déstructurés, plus ou moins tourmentés, ce que, personnellement j’aime beaucoup, et d’autres très épurés, minimalistes, abstraits eux aussi mais extrêmement apaisants ou dynamiques, c’est selon.
      Les quilts déstructurés, improvisés peuvent être une thérapie pour l’artiste, cela m’est arrivé ! Il arrive aussi que ce soit tout de même beau, au moins aux yeux de certains. Pour d’autres, cela dérange et je le comprends bien.
      Le sujet reste passionnant !
      Bonne continuation Nathalie, merci encore d’avoir franchi le pas !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.