Lady Quilteuse

Je ne peux pas respirer

Au cœur de ce week-end prolongé et ensoleillé, on a envie de respirer profondément et accorder son souffle à la nature.

Canopée dans les Pyrénées où je respire à fond !

 I can’t breathe, je ne peux pas respirer, répéta George Floyd, filmé pendant 7 interminables minutes. Le 25 mai dernier, il fut maintenu allongé, non armé, menotté, complètement inoffensif, pour l’utilisation supposée d’un faux billet de 20 dollars. Il ne pouvait plus respirer parce que le genou du policier appuyait sur sa gorge. Il en est mort lentement, devant témoins, devant caméra. Cette tragédie n’a d’autre origine que le racisme ordinaire et crasse de certains Blancs, toujours persuadés de leur supériorité sur un territoire gagné en massacrant inutilement les indigènes. Quant à la venue des Noirs, on sait qu’on ne leur a pas demandé leur avis. Il manque cruellement d’éducation et simplement d’humanité dans certaines cervelles. Un article rapide à lire ici peut vous aider à mieux connaître ce tragique événement, si vous n’avez pas suivi pourquoi les émeutes se succèdent depuis quelques jours aux USA.

A maintes reprises, on a cru que plus jamais ça, les Noirs, les Indiens, les Latinos et autres gagneraient une place digne dans leur société multicolore, le fameux melting pot dont s’enorgueillissent les Américains. Hélas, Rosa Parks, Martin Luther King ou Obama, prônant des actions pacifiques, n’ont toujours pas réussi à faire changer les mentalités de certains irréductibles, encore bien trop nombreux.

L’espoir est la conviction que le destin ne sera pas écrit
pour nous mais par nous,
par les hommes et les femmes
qui ne se contentent pas du monde tel qu’il est,
mais qui ont le courage
de refaire le monde tel qu’il devrait être.

Barack Obama

On n’y est pas encore… Des « bavures » se succèdent au fil des ans et ces faits divers font l’histoire.

I can’t breathe, je ne peux pas respirer, c’était déjà le symbole d’une autre tragédie du même genre, ci-dessous des photos de 2014 après la mort d’Eric Garner :

Malheureusement, on peut ressortir les tee-shirts…

Pour revenir un peu dans le passé, l’assassinat de Martin Luther King dans le Tennessee par un ségrégationniste blanc (sans doute n’a-t-il pas agi seul) en avril 1968, mit le feu aux poudres dans les quartiers noirs de nombreuses villes américaines. Quelques jours après à Chicago, onze morts (tous noirs) et des milliers de blessés furent déplorés, les policiers ayant été chauffés à blanc par l’injonction terrible du Maire, Shoot to kill, tirer pour tuer. Ensuite, il y eut mai 68… Ce terrible épisode est raconté en détails dans le nouveau livre de Gaëlle Nohant, La Femme révélée.

 

Chawne Kimber est prof de maths, mais aussi quilteuse, brodeuse, tricoteuse… C’est une des voix les plus fortes dans le monde artistique des arts textiles et je suis son blog depuis des années, séduite par ses couleurs, ses maquettes, et aussi ses messages. Elle créa son quilt le plus puissant après cet autre drame de 2015 (un parmi bien d’autres), tellement proche de celui de la semaine dernière à Minneapolis, que cette répétition donne envie de pleurer. Eric Garner était un petit délinquant de 44 ans, en charge de 6 enfants, connu pour vendre des cigarettes à la sauvette. Un jour funeste de 2014, alors qu’il était assis tranquillement sur un banc, il a été reconnu et pris à partie par des policiers qui l’ont immobilisé par une technique d’étranglement interdite et il en est mort, après avoir répété « I can’t breathe ». Inutile d’ajouter que Eric Garner était noir et les policiers blancs.

C’est l’expression très forte de Chawne Kimber, The One for Eric G., 2015. Photos de The Plaid Portico.
Ce quilt a été acheté par le Michigan State University Museum en 2016.

Chawne utilise souvent des mots, des phrases qui donnent du sens à ses quilts.

Il me manque de l’espoir. Photo de son blog Completely Cauchy
Je ne suis toujours pas libre, photo Completely Cauchy
Love is Love is Love, photo de son blog Completely Cauchy
Manifeste féministe/humaniste, photo de son blog.
Cacophony, photo de son blog

Shawne aime par-dessus tout la récupération de tissus, le quilting improvisé, héritage du quilting de ses ancêtres. Et chaque bout de tissu trouve sa place un jour. Et Gwen Marston tout comme les quilteuses de Gee’s Bend l’inspirent. Et toutes ces lettres piécées sont inspirées du livre Word Play Quilt de Tonya Ricucci. Je me sens de cette famille, toute petite parmi les grandes !

Chawne est une participante régulière du QuiltCon, le grand festival de quilts modernes. Ici en 2016, photo d’ici.

 

25125040362_805669a9b1
Le quilt I can’t Breathe a marqué les esprits en 2016 au QuiltCon, à juste titre, les projecteurs du Los Angeles Times se sont dirigés sur Chawne.

Une autre particularité de cette artiste, c’est qu’elle a fait son autoportrait à plusieurs reprises, tout comme Frida Kahlo, mais en textile ou en broderie. Une démarche résolument différente des selfies à la mode ! C’est bien plus une recherche de sa propre identité, et pour Chawne c’est sans doute un questionnement sans fin sur la place de la femme et le racisme. Elle dit répondre, en plusieurs facettes, à qui je crois que tu crois que je suis…

Self Study #1, Completely Cauchy
Self Study #6 – Son frère était « le petit génie », sa sœur était « la toute mignonne », et elle… Tout le questionnement de l’identité de l’enfant dans la fratrie… Article ici.

Ce ne sont que quelques facettes de cette artiste, visitez sa galerie de quilts ici sur Flickr, lisez son blog Completely Cauchy.

En te levant le matin, rappelle-toi combien précieux est
le privilège de vivre, de respirer, d’être heureux.
Marc Aurèle

Respirons. Les anciens malades les plus graves du COVID19 semblent garder des séquelles irréversibles aux poumons. D’autre part, de nombreuses pathologies contemporaines sont dues au stress, au manque d’activation de notre nerf vague, c’est pourquoi je viens de m’acheter ce livre pour redevenir ZEN :

41dtoAS-BtL._SY346_

Portez-vous bien, respirez !
Avec toute mon amitié,
Katell

 

 

43 réflexions au sujet de “Je ne peux pas respirer”

  1. Je respire, tu respire , nous respirons mais George Floyd ne respirera plus …Il faut quand même essayer d’éduquer nos enfants pour que le présent et l’avenir soit meilleur … Merci encore une fois pour cet article …

    J'aime

    1. Et tant de réactions en boule de neige à présent avec les émeutes, tout ça à cause d’un gars qui ne méritait pas d’être policier. Pas assez éduqué. Mais la violence des émeutes n’est pas une solution.

      J'aime

  2. Extraordinaire article Katell! Tu es ma journaliste préférée…. Je découvre cette formidable artiste grâce à toi et te remercie d’avoir traité cette abominable évènement qu’est le meurtre en direct de George Floyd !
    La police française est en train de copier la violence des policiers racistes américains, ça fait très peur et il ne faut pas accepter ça… Notre artisanat nous guérit de notre propre violence… Merci encore.

    J'aime

    1. Le racisme est un manque d’éducation et il est si dangereux de nommer policiers des gens biberonnés au créationnisme ou toute autre fadaise ou extrémisme. Faire monter le niveau des flics, leur éthique, renforcer aussi la diversité des origines, est la seule solution pour un changement de mentalité. Il y a de bons flics mais trop de mauvais.
      Les émeutes chaque jour plus violentes, cela ne mène à rien de bon. Chawne Kimber a été bien plus efficace et intelligente pour manifester son opposition, les basketteurs aussi, c’est ainsi qu’il faudrait manifester, pas en brûlant n’importe quoi… Le quilt, exposé en musée, témoignera longtemps de ces drames. Il faudrait le mettre à la Une de tous les journaux !

      J'aime

  3. Merci katell de faire le parallèle entre tous ces événements troublants et insupportables. Les victoires de Martin Luther King ou Obama semblent si loin parfois.
    Tu me donnes envie de lire le livre de Gaëlle Nohant. Quant à toi, je te souhaite une bonne lecture du second et je sais que tu sauras y puiser l’énergie nécessaire… pour respirer à fond!

    J'aime

  4. Je lis vos articles régulièrement car les trouve tellement réfléchis et bien fondés, si proches de ma pensée, si proches de ma ligne de vie… J’interviens rarement en postant un commentaire cependant, aujourd’hui, j’éprouve le besoin de vous dire combien j’ai aimé lire votre publication ; j’y retrouve mes ressentis, ma ligne de conduite, ma tristesse et ma colère face à ce monde d’intolérance et d’irrespect alors que tolérance et respect sont mes maîtres mots, ceux là même que j’ai enseigné à mes enfants et que je m’efforce d’apprendre et d’expliquer à mes petits enfants…. Je fais un rêve… que ces enseignements puissent faire tache d’huile et se répendre sans cesse pour faire un monde où chacun à sa place…. Merci pour votre sagesse et vos écrits Claudine

    J'aime

  5. merci Katell de nous faire connaitre cette artiste, hélas dans des circonstances tellement horribles. Quelle honte que des hommes puissent en arriver à tuer juste parce que la couleur de leur peau n’est pas la même que celles des personnes auxquelles ils s’en prennent. Comme le disait Nougaro:  » Au-delà de nos oripeaux
    Noir et Blanc sont ressemblants
    Comme deux gouttes d’eau » Et comme le dit Violaine, hélas, on a l’impression qu’ici, en France, nos policiers les imitent de plus en plus et surtout sans peur des conséquences…

    J'aime

    1. Merci Marie Christine.
      Pour détendre l’atmosphère, voici une citation de Guy Bedos : Qu’il soit noir, juif ou arabe, un type bien est un type bien et un enfoiré sera toujours un enfoiré.

      J'aime

  6. Merci Katell pour ce vibrant hommage à cette artiste , (- je suis immédiatement allée à sa rencontre sur d’autres blogs ou sites -,) et surtout à cet homme assassiné en direct par un policier primaire, sauvage, inhumain, intolérant.
    Je partage cette indignation qui parcourt le monde et rêve d’une humanité sans haine et sans préjugés.
    Katell, tu trouves toujours les sites ou sujets qui suscitent notre intérêt, et réveillent notre conscience.
    Annie 92

    J'aime

    1. Dès que j’ai entendu comment s’est passé ce drame, j’ai tout de suite pensé à ce quilt…
      Nous sommes encore loin d’une humanité telle qu’on la rêve, mais chaque personne gagnée, chaque enfant bien éduqué est une victoire.
      Continuons de témoigner.

      J'aime

  7. J’ai toujours aimé les lettres sur les quilts, les broderies, même les lettres imaginaires; cet article est très fort.
    J’ai vécu en Algérie, en Afrique (où je suis née) en Inde; le racisme existe malheureusement partout. En Guyane, les infirmières noires refusaient de soigner les indiens venus de forêt………Après les guerres , on a écrit sur les monuments « Plus jamais ça »………..Mais l’homme est ainsi fait…Et les situations si difficiles que les gens prennent des boucs émissaires……….Pour moi, le changement ne peut se faire que si chacun ouvre son cœur, montre l’exemple; cela fera tache d’huile…………

    J'aime

    1. Le racisme se trouve partout, mais je crois qu’une conscience positive, riche en gratitude, fait son chemin. Lentement, bien trop lentement. Les émeutes actuelles se calmeront bien un jour, sans résoudre quoi que ce soit (avec Trump, c’est ce qui va se passer), mais espérons que quelques esprits éclairés vont finalement se faire entendre…

      J'aime

  8. Bel article rempli d’émotions…. Comme beaucoup d’entre nous j’ai été choquée par ce drame (un de plus !!) cette semaine… combien d’années, de décennies faudra-t’il encore pour faire comprendre et accepter que sous notre peau, nous sommes tous les mêmes…. l’être humain est un animal avant toute chose, ne l’oublions pas ! (Harari).

    J'aime

    1. Un animal intelligent et qui sait s’adapter… Alors pourquoi pas s’adapter à une vie plus saine, douce et empathique ?… J’en demande trop sans doute…

      J'aime

  9. Ne plus respirer lors des annonces des morts du Covid ou des exactions humaines …. Respirer , au rythme des mots de ton bel article, C’est l’art qui dénonce, c’est l’artiste qui s’engage, c’est la cause défendue qui devrait être universelle. En 2016 , au musée des arts textiles à Clermont Ferrand,, une expo formidable, bouleversante, criante d’émotions, REBELLES , est restée en ma mémoire à jamais. Quand le textile parle, dénonce, soupire , respire ….

    J'aime

    1. Je viens de chercher cette expo sur internet… Oui j’en avais entendu parler, mais pas assez…
      Je comprends qu’elle t’ait secouée avec tous ces exemples de sentiments forts exprimés par le textile et le fil…
      Dans cette même catégorie de Rebelle, Chawne y est à l’aise. Elle a fait des quilts avec des « gros mots », des mots communs comme de plus rares, qu’on n’entend que rarement. Pourquoi ? Parce que justement elle aime les mots, et justement elle est rebelle.
      Voir par ici, quilt fait en commun : https://cauchycomplete.wordpress.com/2012/11/04/fckin-done/
      et ici, les « 7 gros mots » à ne pas utiliser : https://cauchycomplete.wordpress.com/2011/03/23/lenny-for-george-likely-nsfw/
      Très ancré dans la culture américaine et hilarant !

      J'aime

  10. Merci de nous faire connaître cette artiste et pour rappeler que toutes les vies se valent. Respirer semble si naturel. Et pourtant la pollution peut nous en empêcher aussi.

    J'aime

  11. Ne jamais s’habituer à la violence, y répondre pacifiquement , c’est ce que chaque humain devrait faire. Hélas , certains s’y habituent, en font leur quotidien et pire, s’en servent sur les réseaux sociaux pour manipuler les esprits faibles et/ou non éduqués. Ne perdons pas espoir Katell même si c’est difficile par moment. Heureusement nous avons nos passions pour respirer.
    😘

    J'aime

    1. Tu as entièrement raison, et partager sur ce blog me permet de lever la tête, même quand certains jours sont plus difficiles. Faire du patch, lire, écrire ou jardiner, cuisiner, faire du sport… Tout cela vide la tête et nous aide à vivre malgré tout.

      J'aime

  12. Partout dans le monde, le racisme et le manque d’éducation sont liés et partout dans le monde, on assiste, pratiquement impuissants au crétinisme de nombre d’individus, dont on voudrait « botter » le c… et aux USA quand on pense qu’ils ont un président pire que tout.
    Mais merci Katell pour le reportage sur cette créatrice qui met son art au service de ses révoltes.

    J'aime

  13. « Magnifique » article , géant, que de haine dans ce monde de certains hommes ! Mais que d’espoir aussi dans la lutte de tous les autres . Merci et bravo . Amitiés

    J'aime

    1. On ne peut laisser gagner les cro-magnons de l’humanité… et je crois que je suis en train d’insulter nos ancêtres communs ! J’espère, comme nous toutes, que c’est la dernière génération de racistes. Malheureusement, j’en doute.

      J'aime

  14. Je suis moi aussi les événements américains et c’est affreux. Pour moi je suis résidente en Ehpad mais notre premier ministre ayant annoncé que la règle était la liberté, nous en sommes exclus. Personne ou presque ne sait que nous en sommes exclus, Surtout ne pas parler de toutes ces personnes âgées, c’est gênant, oublions-les….
    De l’article de Katell j’ai retenu

    l’ouvrage « je ne suis pas libre ».

    J’ai toute ma tête, deux fils médecins « sur le front », je suis très en colère et pour me remettre le moral il a bien fallu les 8 carrés du challenge patchwork que je vais légèrement modifier et assembler afin de l’offrir à mon 2ème fils (quand nous pourrons nous revoir afin de fêter les anniversaires) en souvenir de cette guerre contre le virus, Il a choisi de mettre l’ouvrage terminé dans sa nouvelle maison (pas encore signée chez le notaire !) en souvenir.mais pas dans son cabinet.

    Savez-vous, lectrices du blog de Katell que les résident’es) des Ehpads déjà privé(e)s de liberté, elles le seront aussi de la fête des mères. J’ai donc écrit un peu partout pour que toutes ces maltraitances institutionnelles décidées dans les hautes sphères, même faites pour nous protéger, deviennent intolérables. Certains ont le syndrome du « glissement ». et se laisseront mourir sans avoir été contaminés. Lisez le blog « 6bisruedemessine » qui n’a rien à voir avec le patchwork même si pour mes 80 ans, 81 ans en 2018-2019 l’auteur du blog a utilisé mes photos ! Précision : née en 1938 j’ai connu l’occupation.

    VIVE la liberté !

    J'aime

    1. Après deux jours de pause, je lis ce message Rose, et j’en ai plein de frissons. Vous êtes effectivement en EHPAD, vous avez d’autant plus besoin du soutien extérieur, de l’affection de vos proches…
      J’espère très fort que vous recevrez de la visite pour la Fête des Mères ; ai-je entendu hier que finalement vous aurez droit à la visite de deux personnes en même temps seulement ? C’est plutôt chiche, quand on sait qu’on aime tant se réunir en famille…
      Bravo d’avoir fait le challenge FP ! Votre fils chérira longtemps ce quilt-souvenir aux couleurs de la vie.
      Vous avez un an de moins que ma maman… Un peu en avance, puis-je vous souhaiter une bonne fête pour dimanche ?
      Je vous embrasse, portez-vous bien.

      J'aime

      1. Merci de votre réponse. Eh bien non, malgré tout ceux auxquels j’ai écrit, malgré une réponse des hautes sphères, tout est entre les mains des chefs d’établissement. malgré ce qu’on appelle l’assouplissement, les visites seront soumises à rendez-vous, 1/2 heure pas plus, ici dehors à raison de trois résidents et deux personnes pour chacun… prise de température pour les visiteurs, inscription sur un registre etc… et cela ne débutera que demain, lendemain de la fête des mères ! Pour moi, ce n’est pas grave car même mon fils médecin qui fut « au front » évite d’éventuellement de me porter ses miasmes.
        La maman de mes petits-enfants est directrice d’une école privée en Bretagne et leurs responsabilités importantes. Je vous raconte ce qu’elle m a appris hier : deux petites filles cherchaient genre quelle bêtise elles pouvaient faire… Or, elles avaient envie de se cacher pour se faire une bise. Alors c’est à la fois presque drôle et aussi triste mais c’est interdit ! Elle me précise que tous les parents sont remarquablement gentils et compréhensifs même si les enfants ne sont à l’école que partiellement. Toutefois, deux à trois enfants manifestent des peurs importantes… On peut se demander si ces trois mois n’auront pas entraîner des phobies scolaires.
        Merci encore de me permettre de m’exprimer au travers de votre blog, mais le patchwork aide à passer les mauvais moments !

        J'aime

  15. C’est un très bel article, très émouvant. On se sent tellement impuissant face à cette haine et cette cruauté. Je trouve remarquable le travail de ces artistes textiles, qui utilisent leur art pour crier leur colère et exprimer leur envie d’une vie emplie de gratitude et d’amour…Merci de partager vos recherches avec nous !

    J'aime

  16. Merci, Katell, pour tes billets toujours si bien documentés, en lien avec l’actualité et leurs correspondants textiles !
    Belle journée !

    J'aime

  17. Tu sais combien je partage ton point de vue Katell sur cette ignominie de certains qui, sous prétexte d’être policiers, ou tout simplement blancs, se croient au-dessus des lois ou au-dessus du respect de son prochain, quel qu’il soit! Merci pour ce bel article! Je t’embrasse et bonne lecture! Natacha

    J'aime

  18. je me suis souvenu aussi de ce quilt « I can’t breathe » quand j’ai vu les images de l’interpellation… Encore un événement où le président n’est pas à la hauteur, mais les images nous montrent une plus forte proportion de blancs qui s’interposent et soutiennent leur voisins noirs;..il me semble qu’il y a là un vrai progrès…espérons que cela change en profondeur…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.