Château de Sable

Dans mon livre BeeBook, j’ai écrit une fiche sur une astuce de Bonnie Hunter que, depuis des années, je préconise : les leaders & enders, que j’appelle les fins utiles (Petit Secret entre amies n°5, page 134). Avec un minimum de préparation, on résout le problème des départs de couture à la machine parfois calamiteux. Au lieu de faire son départ sur un petit bout de tissu qu’on finira par jeter, on met à profit ce petit geste pour effectuer un assemblage utile. Ici, j’ai fait un quilt rapidement grâce à mes petits assemblages au fil du temps. En voici la petite histoire.

Depuis 12 ans, Bonnie Hunter fait un challenge annuel de Leaders & Enders ; allez voir le récapitulatif des projets (liste dans le texte de l’article) et celui de 2022/23 Triple Treat, vous serez conquise !

J’avais fait un quilt fort similaire en avril 2021, Les Chemins de Traverse, pour célébrer les 10 ans de Neelam :

Mes carrés clairs sont, chez Bonnie, remplacés par des 4-patchs !

Je ne suis pas aussi organisée que j’aimerais – et certainement pas comme Bonnie – mais j’ai des boîtes de chutes de carrés de différentes dimensions et de bandes diverses. Lundi dernier, je me suis avisée que j’avais besoin d’offrir un cadeau dans 2 semaines à une tante à qui je vais rendre visite. J’ai donc pris mes paires de carrés déjà assemblés par les fins utiles et ce top a été très vite monté.

Je coupe des carrés de 6,5 cm ou des rectangles de 13 x 6,5 cm, en réserve pour un top vite fait. Je les assemble à chaque fois que j’y pense🙃 , avec le système des fins utiles.

Que sont les fins utiles ? Imaginez que vous avez une boîte de carrés de 6,5 cm prédécoupés près de votre machine et, dès que vous finissez une couture (ou une série de coutures à la chaîne), au lieu de couper le fil vous prenez 2 carrés, vous commencez à les coudre, mais vous vous arrêtez avant la fin de cette couture ; vous pouvez récupérez votre ouvrage derrière d’un coup de ciseaux et les deux carrés restent en attente sous le pied presseur. A la prochaine couture, cette couture en cours lancera sans encombre votre travail : plus de tissu qui grigne ou qui s’enfonce dans la machine… Vous voyez ce que je veux dire ? 🤣😂

En attente pour une nouvelle couture sans stress !

Cela se fait sans douleur et sans y penser si, quand vous arrivez à la fin d’un coupon de tissu, vous le découpez en quelques carrés de la dimension choisie, à mettre en réserve dans une boîte et… vous les utilisez par paire à chaque fin de couture ! Pour être honnête, il existe des alternatives, si votre tissu fin risque de plonger dans la grille :

  • commencer à plusieurs millimètres du bord de votre tissu, faire des points arrière et revenir
  • utiliser une plaque avec un trou (comme les toutes premières machines à coudre, qui n’autorisaient pas de point zig-zag ni rien d’autre que le point droit)

Certaines machines s’en sortent bien sans fin utile, pour d’autres ce départ aidé est indispensable. L’avantage est que la seconde boîte recueillant des carrés assemblés deux à deux se remplit vite, tandis que l’autre aux carrés se vide ! Avantage supplémentaire : on économise beaucoup de fil. Et cette petite contrainte deviendra un beau quilt, quelle récompense !!

Un jour donc, est venu le temps d’utiliser ces duos de carrés. Ils peuvent, comme chez moi, avoir été assemblés au hasard (ou plutôt à l’œil, choisis rapidement), ou bien associés systématiquement à un carré blanc ou très clair (comme le challenge en cours de Bonnie). Les four-patch font de magnifiques quilts, mais j’ai préféré choisir le bloc de Stepping Stones, simplissime.

Un bloc vu de dos : le centre est un rectangle coupé à 21,5 x 11,5 et les carrés à 6,5 cm.

Le bloc est constitué d’un rectangle central de 10 x 20 cm, avec 2 rangées de 4 carrés de 5 cm, pour un bloc cousu et fini de 20 cm (dimensions hors marges de couture). J’ai choisi, pour le centre, un coupon que je venais de retrouver au fond d’un carton, qui a bien 15 ou 20 ans ; au tout début des années 2000, j’étais fan de ce mélange lin-coton, puis je me suis lassée. Il est couleur sable… et cela m’a rappelé des jours heureux.

Quand j’étais toute petite, j’adorais jouer sur la plage, faire des pâtés et même des galettes sur des ardoises (c’était en Bretagne !). Parfois, mon père et mon petit frère décidaient de faire un grand château. J’étais chargée de leur fournir la matière première et je creusais donc des fossés concentriques de douves, de canaux, qui devenaient des réseaux labyrinthiques… Visitant Amsterdam plus de 10 ans après, je me souviendrai de ces jeux de plage avec mes réseaux de canaux, qui se rempliraient à marée montante… J’avais appris que la Lune était responsable de ce mouvement régulier de marées, cela me fascinait et, en pelletant le sable, j’imaginais des milliers rayons invisibles de la Lune munis, comme mes petits bras, de pelles poussant l’océan vers notre plage… C’étaient des jours heureux, mais nous ne savions pas à quel point. Mon petit frère est mort dans un accident de voiture, à l’âge de 5 ans. En commençant ce top, j’ai repensé, Dieu sait pourquoi, à mes labyrinthes de sable, pour la construction du château. C’est venu avec une forte émotion, puis un apaisement. On a beau être inconsolable, la vie est d’une énergie qui permet de survivre à l’horreur et honorer la chance d’être vivant, nous.

Deux blocs pour mon Château de Sable, pas encore repassés, « presque » prêts à être assemblés donc.

J’ai terminé le top en quelques heures, puisque la moitié des assemblages de carrés était déjà faite. Dans la foulée, je le quilte à grands points, au coton perlé de diverses nuances de bleus. Il n’est pas fini, je l’ai montré vendredi dernier à mes amies et nous l’aimons tant que La Ruche en fera certainement quelques BBquilts avec 16 blocs vite-faits bien-faits !

Quilting en plusieurs nuances de bleus en coton perlé n°8

J’espère vous avoir convaincues d’essayer la technique des fins utiles. Les possibilités sont infinies, allez voir les exemples de Bonnie Hunter !
Réfléchissez…
Vous n’aurez plus l’occasion de râler quand le tissu est mangé par votre grille de machine !
Katell

Château de Sable sur mon tambour à quilter, à offrir bientôt !…

Annonce :

Si vous êtes dans la région toulousaine, ne manquez pas aujourd’hui, à Léguevin, l’exposition du club Patch & Tchatche de Léguevin, avec également plusieurs quilts du Club de Toulouse-Lardenne :

Les membres du club, parmi lesquelles mes amies de longue date, Marie-Claude Bosi, la Présidente, et Florence Bismuth, l’animatrice toujours pleine d’idées, vous accueilleront chaleureusement et vous commenteront les oeuvres présentées… Beaucoup de quilts magnifiques !

33 commentaires sur « Château de Sable »

  1. Ton article m enchante moi qui aime tant les scrap quilts. Les copines se moquent souvent gentiment de mes boites de chutes car des qu elles s amoncellement, je les coupe en carrés, rectangles, des. Rangées dans des boîtes, elles servent toujours pour d autres projets plus ou moins importants. Pour moi c est ça l esprit du patch.
    En attendant en route vers Toulouse , ce matin aux puces des créateurs et couturières de Fontaine Lestang et l expo de Leguevin au programme de l après-midi
    Belle journée Katell
    A bientot

    J’aime

    1. Tu es une des quilteuses les plus organisées que je connaisse ! Je reste persuadée qu’avec des systèmes de rangement, on va ensuite bien plus vite (je viens de l’expérimenter ici).
      Passe une bonne journée, et vive les belles rencontres !

      J’aime

      1. Bonjour Katell
        C’est génial. J’y avais pensé mais j’ai tendance à oublier. Quand le tissu grigne, ça m’énerve. Quant aux boîtes de chutes, ça fait marrer la famille autour de moi.
        – une pour les tous petits bouts que j’appelle « bioubiou »
        – une pour les moyens sans forme précises
        – une pour les formes triangulaires
        – une pour les carrés, rectangles petits et grand
        Et un lieu où je laisse prendre les longues bandes 😂😂

        J’aime

  2. Toujours la bonne idée pour aider les copines quilteuses Katell. J’aime beaucoup ce quilt avec ces espaces clairs qui relèvent les carrés colorés. Et je regrette de ne pas être disponible pour aller voir l’expo que tu nous proposes.

    J’aime

  3. Ma MAC ne nécessite pas ce système de fins utiles mais j’avoue que le provoquer serait une excellente idée… ton exemple me séduit une fois de plus! Quant à ta réflexion émotionnelle, elle prouve encore une fois combien le patch est une activité thérapeutique.

    J’aime

    1. J’avoue avoir maintenant 3 machines ( une vieille toujours performante, une « récente » de 12 ans avec coupe-fil, plein de facilités et surtout 25 cm de libre pour le quilting machine, et enfin une toute petite et légère pour les stages), aucune ne le nécessite vraiment, mais c’est un vrai confort, une fois que le geste est devenu un réflexe !

      J’aime

  4. I’ve always used what I call thread savers, it’s a great idea. I intend to do this now. Thank you Katell. Much love. Xx

    J’aime

  5. Merci katell pour ton article sur notre exposition, j’ai été heureuse de te voir, cela m’a fait plaisir
    Bises
    Florence

    J’aime

  6. Bonjour Katell. Merci encore pour cet article . J ai encore plein de choses à prendre. J ai relu l article dans le livre . En effet avec tous les tissus de mon sac à chutes. Je pourrai utiliser cette pratique. 👍🏼
    Bonne fin de journée
    Fatna

    J’aime

  7. article qui m’a beaucoup intéressée , car bien que non-quilteuse , à l’occasion de petits ouvrages de couture ( doudous , sachets de lavande….) j’ai souvent ce problème de démarrage et de perte de fil
    c’est une astuce dont je vais me servir
    merci pour ce partage
    bonne journée

    J’aime

  8. Oh grand merci pour ce généreux partage. Que d’informations inspirante.
    Ma machine n’est en effet pas toujours très coopérante! Je devrais suivre vos conseils. Il est vrai que je garde facilement les chutes pour un jardin de Grand Mère ou….peut être un jour une passacaglia…humm.
    Votre souvenir est très émouvant. Oui, heureusement que l’être humain a la faculté de se relever sinon le voilà condamné à mourir de chagrin..
    Merci encore pour tout.
    Belle semaine

    J’aime

    1. Préparez des petits carrés, vous ne le regretterez pas !
      Le temps soigne bien sûr, heureusement. Cela m’a rendue plus vulnérable et empathique sans doute, mais c’est moi, avec mon histoire. Et j’ai eu ensuite le bonheur d’avoir trois petites sœurs, des amours !

      J’aime

  9. On se pose un jour ou l’autre des questions sur nos petits morceaux de tissu et voilà la solution.Toujours de belles idées par ici, merci Katell. Très émouvant ces souvenirs, je suis très touchée de te lire. Je te prends dans mes bras, un grand calin.

    J’aime

  10. Merci Katell pour cette astuce!!
    Par contre je ne suis pas, mais pas du tout, organisée concernant mes tissus!!!
    Je devrais pourtant trouver un moment (plusieurs jours…) pour mettre de l’ordre dans toutes mes chutes qui s’entremêlent dans dans grandes boites!!!!
    Et merci d’avoir partagés tes souvenirs!!

    J’aime

  11. Merci pour ces idées bien pratiques et judicieuses. Les émotions réapparaissent à la vue ou au toucher d’un vêtement… Je garde dans le tiroir de ma commode le premier slip de bain de mon fils… qui a aujourd’hui 32 ans et lorsque le moral est en berne je sais comment me soigner.
    Merci pour ce partage.

    J’aime

    1. Nous avons sans doute chacune des textiles fétiches, moi j’ai gardé la brassière que j’ai tricoté (modèle traditionnel bicolore en rond) que mes trois bébés ont porté ! Le reste, j’ai tout donné.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.