Encore plus beau…

Maïté a immédiatement réagi à mon article sur la fêlure réparée qui rend plus fort, plus beau, sur la résilience… L’art du Kintsugi, vous en souvenez-vous ? Vous pouvez le retrouver par ici.

Le malheur n’est jamais pur, pas plus que le bonheur.
Un mot permet d’organiser une autre manière
de comprendre le mystère de ceux qui s’en sont sortis :
la résilience, qui désigne la capacité à réussir,
à vivre, à se développer en dépit d’adversité.
Boris Cyrulnik

Nous avons chacun nos forces vitales, nos fêlures aussi, nos bonheurs et nos malheurs. Cette année 2020 est une épreuve pour beaucoup. S’exprimer par l’art est une aide inestimable !

Passez une bonne journée,
merci à Maïté de partager ici ce magnifique quilt symbolique,

Katell

Dès que j’ai lu l’article sur le Kintsugi, j’ai su que j’allais en faire un quilt : la symbolique du bol tout simple, réparé et plus beau encore, résonne en moi. Le bol est un compagnon de vie pour boire et manger de la manière la plus simple possible, comme le préconise la tradition japonaise, où chaque personne possède sa tasse à thé et son bol à riz correspondant à son âge, sa taille et son sexe (d’après Dominique Loreau, L’Art de le Frugalité et de la Volupté, Éditions Robert Laffont, 2009). Immédiatement, j’ai senti qu’était venu le moment de faire un quilt de bols, encore d’après Kaffe Fassett, qui décidément ne me quitte pas en ce moment (voir l’article précédent).

Rice Bowls, Kaffe Fassett

Je suis folle du BLEU. J’ai immédiatement imaginé tous mes bols japonais bleus, et je me suis à nouveau plongée avec délice dans mes chutes où j’ai déniché les bleus souhaités sans difficulté. J’avais même l’embarras du choix.

Chaque bol appliqué est souligné d’un point de tige gris à un fil.
Je me suis amusée à matelasser machine la silhouette du bol sur le pourtour après avoir cousu un faux passepoil rouge qui souligne tous mes bleus :

La symbolique de la résilience est dans le titre brodé :

Encore plus beau… Encore plus résistant… Encore plus précieux… Encore là !

Le bol central bleu uni réparé avec de la poudre d’or (kintsugi) représente ma fille. 

N’est-ce pas le plus beau ?

La fêlure laisse passer la lumière !

Maïté

100 000 Chemises…

Maïté est au clavier pour cet article et le prochain !

100 000 chemises… 50 ans de bonheur

Avez-vous le souvenir de la marque 100 000 Chemises ? C’est que vous n’êtes plus toute jeune, comme moi ! C’était la qualité à la française appliquée aux chemises d’homme.  Une marque, un savoir-faire, un patrimoine que nous avons laissé filer. Un de plus. 

Pendant plus d’un siècle, des femmes ont coupé, cousu, repassé, plié bien plus que 100 100 chemises !
Yvan Bernaer, Nous, les 100 000 chemises (Éditions La Bouinotte)

Sur cette carte postale ancienne, c’est la sortie des ouvrières de 100 000 Chemises à Châteauroux (Indre). L’usine fut ouverte de 1891 à 2004. Les premiers ateliers de 100.000 Chemises se situaient à Paris, puis la grande usine ouvrit à Châteauroux, puis une blanchisserie à Creil.

 

Le fondateur de ce petit empire du textile est Moïse Schwob (1838-1914), un Alsacien ayant choisi la naturalisation française en 1870 et le prénom de Maurice. Ici avec son épouse, Anna. Dès la fin du XIXe siècle, il avait créé le début de prêt-à-porter et le fameux Satisfait ou Remboursé.

 

M. Schwob créa une encyclopédie des chemises et l’acheteur remplissait une fiche avec toutes ses mesures et choix de finitions. Cela évolua vers les chemises avec diverses tailles et caractéristiques préparées d’avance (tour de cou, longueur de manches, forme du col…)

 

Salle de repassage à Creil (Oise). Le travail était rude, mais Maurice Schwob se fit aussi remarquer par les innovations sociales envers ses ouvrières (forme de sécurité sociale).

 

La coupe du tissu, c’est du sérieux !! Ici sont employés des hommes – Manufacture 100 000 Chemises de Châteauroux

Naguère, dans la plupart des villes françaises, il y avait un magasin 100.000 Chemises et les produits s’exportaient très bien. Les 30 dernières années, les chemises de Châteauroux étaient destinées à la marque britannique Burberry.

Vous allez vite comprendre le titre de mon quilt : j’ai hérité une belle quantité de chemises de mon amie Marie-Hélène qui sait que j’accepte tout textile recyclable. C’est elle qui m’avait offert le rouleau d’exercices que j’ai eu le plaisir de vous présenter après rénovation. En même temps, j’avais reçu quantité de chemises venant de son papa décédé à 101 ans.

J’ai sélectionné les rayures les plus colorées pour interpréter le modèle tiré du livre de Kaffe Fassett, devenu un grand classique : 

C’est ce modèle qui me fascine !

Ce fut une jubilation de jouer et jongler avec toutes ces rayures et ces couleurs, tant et si bien que l’assemblage du top fut plus rapide que prévu (« avantage » du confinement !).
J’ai matelassé en suivant dans 95 % des cas la ligne des rayures (parfois la diagonale des petits carrés). Tout est quilté à la machine, maintenant que l’arthrose m’empêche de le faire à la main.


Je compte offrir ce patchwork à mon amie Marie-Hélène pour ses 50 ans de mariage le 27 février 2021. En attendant, CHUUUT !!


Je suis fière de ce deuxième recyclage des dons de mon amie. En ces temps oh combien difficiles, rien ne vaut de remuer ses doigts et ses méninges.

Une Abeille de la Ruche des Quilteuses,
Beebee Maïté

Brodeurs bretons et autres artistes celtiques

Si on vous parle de brodeur breton, vous penserez peut-être à Pascal Jaouen, une des personnes qui renouvelle la broderie bretonne et sait intéresser les nouvelles générations. A partir des matières premières, des couleurs, des points traditionnels, il fait des tableaux innovants dont s’inspirent de nombreuses brodeuses actuelles.

broderie bretonne

Pascal Jaouen fait aussi des robes absolument remarquables pour les fées celtiques comme Nolwenn Leroy (beau prénom !)… J’ai trouvé un bon article d’introduction ici, ainsi qu’un article sur son magasin de prêt-à-porter de Quimper, géré par sa fille Katell (autre beau prénom ;-)). Ce que j’y ai vu l’été dernier n’avait aucune broderie, mais les formes étaient réellement innovantes et les matières nobles. Ces vêtements sont originaux et made in France, à soutenir donc ! Une nouvelle collection est en préparation pour 2014.

brodeur-bleu

Le Brodeur Bleu, ce titre fait écho au « pays glazig » du côté de Quimper. C’est un livre qui présente tout l’art innovant de Pascal Jaouen. Le mot breton « glaz » ou « glazig », traduit par bleu et petit bleu, souvent signifie plutôt une couleur de la Nature indéfinie, qui va du bleu au vert plus ou moins grisé, couleurs du paysage et surtout de la mer sous le soleil ou les embruns… Le Breton est une langue poétique ! Cette même imprécision existe avec le mot glas en gallois et autres langues celtiques, ce qui m’a été confirmé par la peintre Valériane Leblond qui habite dans le Pays de Galles.

tableau glazig v leblond

Palette glazig pour ce tableau  en cours de Valériane Leblond (photo FB)

couple de pêcheurs gallois

Couple gallois dans un décor glazig ; homme et femme tirent l’aiguille !
Peinture sur bois de Valériane Leblond.

Dans le passé breton, le kemener, tailleur-brodeur, avait un statut bien étonnant. Avant la Révolution Française, seuls les Nobles et les plus riches avaient accès aux dentelles et broderies, mais au cours du XIXe siècle, ces artisans tailleurs brodeurs itinérants ont développé leur art de bourg en bourg, particularisé les costumes par région… Méprisé par les autres hommes, le brodeur souffrait d’une place inférieure dans la société ; parfois un problème physique quelconque l’empêchait de participer aux durs travaux des champs ou de la pêche. Par nécessité donc, il apprenait à tailler et broder… puis passait beaucoup de temps à discuter avec les femmes du foyer en l’absence des hommes !… Alors, vous imaginez les soupçons, d’autant plus que le brodeur, plus raffiné, plaisait bien aux femmes… C’était lui aussi qui colportait les nouvelles de famille en famille, il était également habile négociateur et entremetteur pour les mariages !* Puis, avec l’arrivée de la machine à coudre, les brodeurs se sont sédentarisés,  certains sont devenus des entrepreneurs respectés… Croissance qui s’achèvera avec le prêt-à-porter de la 2e moitié du XXe siècle.

Un des points de broderie spécifiquement bretons que j’aime est le point de Neudé, un point issu du point de chaînette. On ne le trouve nulle part dans les encyclopédies françaises anciennes, mais il apparaît ailleurs dans le monde, on l’appelle alors souvent le point de chaînette-échelle. Un livret vient d’être édité sur ce point en particulier**  et je suis fan de leurs explications, à la fois pour droitiers et pour gauchers ! Je me sens moins rejetée (pour rire). Le Neud en breton est simplement le fil, la fibre. De façon générale on « neudait » quand on brodait ! Ce point de Cornouailles figure surtout brodé en blanc (ou jaune safran) sur les coiffes de deuil. Qu’elles sont belles et sobres ! Alors, pour offrir un kit original en Journée de l’Amitié de France-Patchwork 31 hier, Christine l’Abeille s’en est inspirée pour créer ce porte-aiguilles :

CT Ruche Quilteuses

Coeur brodé en point de chaînette avec passé plat, branche en point de tige et feuilles en point de neudé.
Perles de rocailles autour de l’ouverture. On dirait presque un coquillage !

coiffe neudé

Coiffe à plat aux broderies traditionnelles en neudé (toutes les longues feuilles allongées), passé plat (pois) et feston (roues).

Même en Bretagne, ce point n’existe pas partout, il est typique de la broderie bigoudène, en particulier sur les coiffes de deuil brodées par les femmes, en ton sur ton blanc ou safran.

*Le statut du brodeur est développé dans le livre « Broderies en Bretagne » de Hélène Cario et Viviane Helias (Coop Breizh), excellent livre riche en histoire et en technique !

** Cahier de broderie n°1,Le Neudé, OdileLe Goïc-Le Guyader – Confédération War’l Leur

-=-

Actualité de Pascal Jaouen : cet artiste-enseignant sera à « L’Aiguille en Fête » pour notre plus grand plaisir !

kit broderie pascal jaouen

Pascal Jaouen a créé cette Bretonne à la manière du peintre Mik Jegou, son ami.

Actualité de Valériane Leblond : elle peint sans relâche afin de proposer de nombreux tableaux au Centre du Quilt Gallois à Lampeter, parallèlement à la grande exposition de Kaffe Fassett, autre homme dans ce monde féminin… Je rêve de trouver un moment pour y aller !…

exhibition-kaffe

Affiche de l’évènement

valeriane leblond campagne galloise

« Dans le jardin de Mrs. Jones », au coeur du Pays de Galles… Peinture de Valériane Leblond.

-=-=-=-=-