Fil noir, Occitanie

Drôles de signes : les écritures

Il y a quelque temps, j’avais écrit une petite série appelée Drôles de Signes. En voici une suite, où l’on parle de nos lettres mais aussi des hiéroglyphes de l’ancienne Égypte.

Comme le sujet est passionnant, j’aurais aimé savoir vous faire un long article sur la naissance et le développement des écritures dans le monde, tout simplement parce que je suis ressortie éblouie du Musée des Écritures à Figeac (Lot). Mais ouf, cela a déjà été formidablement fait :

Je me contente donc de vous dire : allez baguenauder dans les ruelles de Figeac, une des plus belles villes d’Occitanie. Entrez dans une arrière-cour où s’équilibrent miraculeusement un cadre médiéval et la reproduction géante d’une des pierres les plus connues du monde. Visitez la maison attenante à cette cour, lieu de naissance d’un de nos brillants intellectuels du 19e siècle… J’arrête les énigmes, voyez les photos !

Trois marches pour l’interprétation du même texte en trois langues…
Sur la Place des Écritures s’étale la géante reproduction de la pierre de Rosette, cette pierre gravée du même texte en trois langues (en grec, en démotique et en hiéroglyphes), qui a permis au tenace et brillant Jean-François Champollion (1790-1832) de déduire la compréhension des hiéroglyphes égyptiens. Et pourtant, il manque la plus grande partie du texte en égyptien !
Sa représentation en granite noir du Zimbabwe sur 14 m x 7 m, faite par Joseph Kosuth en1990 et devenue dalle fixée au sol, est une complète réussite. L’été, c’est la foule, une mer de baskets sur les écritures !
Le Musée des Écritures du Monde, un bijou dans l’écrin de la maison natale de Champollion, vue de l’arrière, Place des Écritures.

La pierre de Rosette originale (1,12 x 0,75 m) fut découverte lors d’une campagne napoléonienne à Rosette en Égypte, en 1799. Mais en raison de la défaite de la France, elle est dès 1801 la propriété des Anglais. Depuis lors, on peut l’admirer au British Museum de Londres. Elle date de 196 avant JC.

Le 14 septembre 1822, il y a 198 ans tout juste, Champollion s’exclama :

Je tiens mon affaire !

C’était son Eurêka à lui, il avait enfin percé les mystères de l’écriture des Égyptiens anciens.

Figeac est pleine de bonnes ondes, grâce à ses habitants d’hier comme d’aujourd’hui. C’est dans chaque boutique un accueil authentique. J’ai eu du plaisir à discuter en particulier avec une dame qui aime tant les tentures du Caire qu’elle en vend quelques-unes dans son magasin. Bien sûr, ça crée des liens. Un autre est né à Figeac mais a passé une vingtaine d’années en Amazonie, à Manaus notamment. Il en a conservé la jovialité brésilienne, l’amour de l’artisanat des Amérindiens (qu’il vend) et voilà, après avoir vécu ailleurs, sa vie est de nouveau à Figeac, en toute sérénité. 

La ville est sereine, belle par nature, authentique sans esbroufe.

Un seul exemple : cette maison est solidement construite et entretenue, mais une rénovation du 20e siècle a fait percer d’autres fenêtres. On n’a pas cherché à cacher ce changement, on lit sur la façade l’histoire du bâtiment… C’est un peu la philosophie du Kintsugi, réparer, améliorer (ici intérieurement) sans chercher à cacher…

Certaines d’entre vous connaissent Michel, un de mes 3 amis quilteurs français. Jeudi dernier, nous ne nous sommes pas croisés, mais il est à Figeac, se reposant d’une blessure qui l’empêche momentanément de continuer son Chemin de Compostelle. Il n’aurait pas pu mieux tomber, rester une semaine dans cette ville est une récompense quelque part ! Il raconte sur Facebook l’ambiance sympa au son du flamenco, le soir venu…

J’avais déjà visité Figeac au mois d’août, mais un lundi, jour de fermeture du Musée des Écritures. Sa visite aurait pu attendre quelques mois, mais je voulais absolument y voir l’expo temporaire de Rieko Koga !

Initialement jusqu’au 27 septembre, l’exposition de Rieko Koga continue jusqu’au 1er novembre 2020, en raison de la fermeture temporaire due au coronavirus. Vous avez encore le temps d’aller y faire un tour.

J’ai eu un grand plaisir à découvrir, en même temps que les origines des écritures, des œuvres de cette artiste déjà admirée l’année dernière à Toulouse. Ses ouvrages sont ici répartis dans chaque pièce du musée, les œuvres se dévoilent bien différemment, presque toujours protégées par une vitre.

Présentation en 3D de l’exposition par l’artiste 
Ce tableau s’intitule Lettre d’amour.

J’ai retrouvé, dans l’escalier, le mantra Peace que j’avais tant aimé à Toulouse, mais aussi son frère en français :

Ne laissez pas le comportement des autres détruire votre paix intérieure.
Le Dalaï Lama

Les belles photos sont difficiles à réussir en raison des vitrines et éclairages forts. On constate bien cependant l’infinie patience de l’artiste, on imagine son état méditatif en faisant danser son aiguille, se souvenant sans doute de sa maman qui pratiquait le sashiko pendant son enfance.

La structure octogonale de Toulouse n’étant pas pratique à Figeac, les 600 vœux déjà lus attentivement à Toulouse sont cette fois disposés en accordéon :

On voit en arrière-plan la magnifique façade secondaire en cuivre, percée de signes d’écritures, de ce musée décidément magnifique.

L’artiste des petites lettres en bâtons en noir sur fond blanc a occupé l’espace qu’on lui a octroyé avec finesse et poésie. Le 21e siècle côtoie les origines de l’Histoire de l’humanité, un grand écart où la soif d’exprimer et de transmettre par l’écriture reste intact.

Broder, quilter, tricoter, crocheter… Ce sont des gestes qui nous mènent au lâcher prise, au retrait de notre vie bruyante et impatiente, à la concentration, à la méditation… Que du bonheur !

Katell

18 réflexions au sujet de “Drôles de signes : les écritures”

  1. Je suis toujours éblouie par votre culture et votre générosité à la partager.
    Je suis loin de Figeac cependant j’admire Champollion
    Un très grand merci. Cordialement Michele

    J'aime

    1. Merci Katell ! Tu m’a donné envie d’aller faire un tour à Figeac .
      J’adore les lettres et l’écriture et Champollion me fait rêver .
      Maïté-Beebee

      J'aime

    1. Nous avons tellement besoin d’échapper un peu à notre vie quotidienne, ses contraintes… Je m’offre de longs répits en écrivant et tant mieux si ça plaît ❤️ merci de rester fidèle !

      J'aime

  2. Bonjour Katell,
    Ah, la délicieuse madeleine que tu m’offres avec ce reportage sur l’écriture dans ce décor de vieilles pierres: enfant, j’avais visité le département égyptien du Louvre où était exposée ce que je croyais l’original de la pierre de Rosette. J’avais été fascinée par cette pierre ainsi que par le scribe qui trônait dans une vitrine. L’écriture a toujours été, pour moi aussi, l’objet de fascination, notamment la calligraphie. Alors merci pour cette invitation à aller faire un tour à Figeac.

    J'aime

    1. L’Égypte fascine, et j’imagine bien les découvreurs du 19e siècle, fascinés, se poser mille questions sur ce peuple et leur civilisation. A présent se pose le problème des demandes de récupération de ces trophées, bien conservés chez nous après avoir été sauvés et étudiés. Que faire ? Ce sont des biens de l’humanité au-delà des frontières, qui en toute logique devraient se trouver dans les pays d’origine. Mais est-on prêts à vider nos musées et risquer que ces oeuvres soient moins bien conservées ? Et bien d’autres considérations politiques, financières, idéologiques…
      Ravie de t’avoir offert cette madeleine au petit-déjeuner, je t’embrasse bien amicalement 😊

      J'aime

    1. Mes articles restent sur le blog à disposition de tous, mais j’ai eu la chance d’éditer un livre l’année dernière : BeeBook, sur le patchwork créatif. Pas de deuxième livre en vue pour le moment !

      J'aime

  3. Merci, grâce à votre article, nous sommes parties visiter Figeac et ce merveilleux musée, l’exposition de Reims est magnifique. Une journée magique. Dommage que les informations sur ces expositions non parisiennes ne circulent pas plus. Encore merci

    J'aime

    1. J’en suis ravie ! Toutes les semaines, je fais un petit tour quelque part en Occitanie. Tant de choses à découvrir, toujours ! Pas le temps d’écrire sur tout, je le fais quand il y a un rapport avec le textile…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.