Lucie sur le chemin…

En septembre dernier en Alsace, j’ai eu la chance de discuter avec Lucie, une lectrice assidue de ce blog. Après avoir partagé maintes impressions et nouvelles, je l’ai incitée à vous présenter un de ses récents quilts, un de ceux qui racontent une histoire… Installez-vous, lisez… et si l’envie vous prend, n’hésitez pas à mettre vos chaussures de marche tout de suite après !
Katell

Existe-t-il un point commun entre le patchwork et le Chemin de Compostelle ?

Non me direz-vous : pourtant ce sont mes deux passions et j’ai voulu fixer mes souvenirs à travers un quilt.

J’ai commencé par faire une coquille Saint-Jacques qui est l’emblème des pèlerins de Compostelle, puis à partir de photos que j’avais prises lors de mes différents périples, j’ai continué pour arriver à un ouvrage de 104 cm x 76 cm comportant 18 blocs.

1 – Tout d’abord un peu d’histoire

Jacques Le Majeur (✞ vers 44) fut décapité à Jérusalem sur l’ordre d’Hérode Agrippa. Son corps fut ensuite transporté à Compostelle. (1)

La légende rapporte que Jacques évangélisa l’Espagne. Sa sépulture est située en Galice, à Saint Jacques de Compostelle (Santiago de Compostela). A partir de l’an 1000, le sanctuaire de Saint Jacques de Compostelle devient l’un des lieux de pèlerinage d’Occident le plus populaire. Jacques est alors représenté régulièrement en pèlerin et porte les attributs du pèlerin : un  long manteau, un chapeau large à coquille, une panetière et un bâton de pèlerin. (1)

C’est en l’an 950 que l’Evêque du Puy-en-Velay est le premier en France à prendre le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. (2)

Il y avait des femmes aussi sur les chemins de Compostelle. Elles étaient beaucoup moins nombreuses que les hommes, et elles voyageaient de préférence en famille sans doute à cause des dangers de la route. (2)

Le pèlerin de Saint-Jacques était appelé « jacquet ou jacobite » et plus péjorativement « le coquillard ». (2)

(1) Reconnaître les saints de Christophe Renault – Editions Jean-Paul Gisserot
(2) Topos guides de la Fédération Française de Randonnée

2 – Pourquoi partir sur le Chemin de Compostelle ?

La première année en 2003 ce fut comme un « appel » irrésistible :
– Tout d’abord parce que j’aime marcher et j’aime la nature,
– Puis le désir de faire ce chemin mythique,
– Mettre  à l’épreuve mes capacités physiques,
– M’éloigner de tout, quitter mes proches, mon travail, mes habitudes.

Depuis 2003 j’ai parcouru environ 3900 km sur les différents chemins de Compostelle, en France, au Portugal et en Espagne.

Les autres années, forte de mon expérience je savais ce qui m’attendait :
– Devenir un étranger, quitter son monde familier, perdre son statut social (tous les pèlerins sont égaux, se saluent et se parlent, même les langues étrangères ne sont pas un obstacle).
– Se dépouiller, se déformater, lâcher-prise.
– Le dépassement de soi.
– Se ressourcer.
– Vivre avec l’essentiel, pas de télévision, pas d’informations, ni de journaux, on fuit même les lieux trop bruyants.
– Ne pas savoir de quoi demain sera fait, quel temps ? quelles rencontres ? quelles difficultés ? etc.
– Admirer de magnifiques paysages qui sont chaque jour différents. Respirer à pleins poumons. Ecouter les oiseaux chanter. Voir des troupeaux dans un champ. Admirer les fleurs et les arbres.
– Découvrir des chefs d’œuvre de l’art (églises, chapelles, cathédrales, ponts, fontaines, etc.).
– Rencontrer des gens extraordinaires et parfois des profiteurs mais cela reste très rare
– Etre libre, perdre son identité pour n’être qu’un pèlerin dont les principaux soucis sont : ne pas avoir d’ampoules aux pieds, ne pas se blesser, manger à notre faim et trouver un gîte pour dormir.
– Etre seul avec soi-même : lorsqu’on est débarrassé des futilités cela  permet de réfléchir à la vie, à notre vie et nous aide à prendre des décisions.

3 – Ce que cela apporte

Le chemin de Compostelle est un chemin de rencontre, de tolérance, de spiritualité. C’est une très belle aventure à la portée de tous, si vous êtes tenté, faites-le, vous ne reviendrez pas déçu, mais différent et plus à l’écoute des autres et de vous-même.

Quelques citations « pour le chemin » :

Si tu n’arrives pas à penser, marche ; si tu penses trop, marche ; si tu penses mal, marche encore.
Jean Giono

Seules les pensées que l’on a en marchant ont de la valeur.
Nietzsche, Crépuscule des idoles

 

4 – Le Patchwork réalisé

Après cette longue expérience, j’ai donc voulu interpréter quelques-unes de mes photos en textiles, et voici le résultat :

Le Chemin de Compostelle, Lucie Gondran, 104 x 76 cm.

Quelques précisions concernant les techniques employées : il s’agit en grande partie d’appliqué, un peu de piécé, quelques broderies, mais j’ai aussi utilisé l’impression sur tissu, quand c’était trop difficile à réaliser autrement (technique signalée par un * dans les descriptions).

Voici l’explication de chacun des blocs en partant de la gauche et en descendant :

Un pèlerin d’autrefois réalisé en feutrine
Un bâton de pèlerin en bois avec une coquille accrochée (il a été réalisé par mon frère avec qui j’ai marché plusieurs années). * Entièrement imprimé sur tissu.
La chapelle de Rochegude en Haute-Loire
La carte de France et le nord de l’Espagne avec le  tracé de tous les Chemins de Compostelle au départ de la France. * La carte a été imprimée.
Le balisage du chemin en Espagne
Un pont sur le chemin d’Arles
À Ostabat dans les Pyrénées-Atlantiques, une stèle discoïdale, implantée en 1964 au carrefour de Gibraltar, signale le point de rencontre entre les chemins de Tours, de Vézelay et du Puy-en-Velay. * La stèle a été imprimée.
La coquille Saint-Jacques
Le balisage du chemin en France
Sur le chemin, des coquelicots et du colza quelque part en Espagne
La silhouette d’un pèlerin (bloc entièrement imaginé, non issu d’une photo)
La partition du chant des pèlerins. * Le centre du bloc a été imprimé.
Un banc rouge sur le chemin d’Arles avec nos bâtons
Une compagne de chemin assise face à l’Océan sur le Camino Del Norte en Espagne
Un pèlerin arrivant à Compostelle (peinture réalisée sur un mur de Revinga dos Campos, village traversé par le chemin de Compostelle). * Le pèlerin a été imprimé.
Un vitrail avec St Jacques le majeur.
* Saint-Jacques a été imprimé.
La chaussure du pèlerin d’après une photo réalisée à l’extrémité Nord /Ouest de l’Espagne à Fisterra. Cap Finistère, fin du chemin pour les pèlerins (fin du bout du monde pour les Celtes et au moyen âge !).
Pour finir la croix de Galice qui est beaucoup représentée en Galice en Espagne. * La stèle a été imprimée.

J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser ce quilt qui m’a fait voyager, évoquant de beaux et nombreux souvenirs inoubliables.

Merci pour votre indulgence, il est loin de la perfection mais c’est « mon chemin ».

Lucie GONDRAN – Décembre 2021

Merci infiniment Lucie de m’avoir confié le soin de publier tes impressions de Pèlerine et de Quilteuse ! Ton chemin concrétisé doublement me touche beaucoup, Ktl

Bientôt les quilts-météo en Alsace !

Aujourd’hui lundi 6 septembre, c’est J – 10 !

2020, avec son élégante parure de chiffres joliment agencés, fut une année que personne n’oubliera, pour une raison que nous n’aurions jamais imaginée : une pandémie mondiale, digne des plus fous scénarios hollywoodiens ou des écrivains les plus originaux – ce dont nous nous serions bien passé.

2020 en patchwork appliqué, vu par Kristine

Dans ce contexte, mon idée de prendre date du dérèglement climatique en faisant un quilt-météo 2020 est passée au second plan. Et pourtant, en France, nous avons effectivement souffert de la chaleur et de la sécheresse l’année dernière : cela se voit bien avec des records enregistrés en couleurs sur nos quilts ! A vrai dire, celles qui le font à leur tour, jour après jour, cette année, n’ont pas du tout le même résultat estival : pas de température exceptionnelle à l’horizon 2021. Ce sont les aléas de la météo justement, le temps qu’il fait peut s’éloigner ponctuellement des rails de la moyenne, dans un sens ou un autre. Quand on observe le climat, il faut plus qu’un exemple, plus qu’une année.

Le climat est ce à quoi on peut s’attendre, le temps est ce que nous avons.
Mark Twain.

La météo est une science qui permet de connaître le temps qu’il aurait dû faire.🙃
 Philippe Bouvard

Je reviendrai un jour sur ce sujet qui me préoccupe tellement.

La Terre est bleue comme une Orange

Pendant le premier confinement, j’avais suivi le challenge France Patchwork Ensemble malgré tout. La couleur orange m’avait rappelé le célèbre vers d’Éluard et inspiré les mots Fragile et Audace, vous pouvez relire l’article ici.

Rencontre poétique entre Paul Éluard et Antonio Machado.

Ce que je n’avais pas dit, c’est que Bee Évelyne avait aussi brodé ce vers de Paul Éluard sur son projet de quilt-météo ! Il accompagne une strophe d’Antonio Machado. Ces deux poètes illustrent la double culture de mon amie. Je me permets d’ajouter ici ma traduction de ce magnifique poème espagnol, qui évoque les longues marches qu’Évelyne affectionne tant mais aussi le chemin de la vie que chacun se crée :

Toi qui marches, ce sont tes traces
qui forment le chemin, et rien d’autre.
Toi qui marches, il n’y a pas de chemin,
le chemin, on le trace en marchant.
En marchant on trace des chemins,
et lorsqu’on regarde en arrière,
on aperçoit un sentier sur lequel jamais plus
on ne marchera de nouveau.
Toi qui marches, il n’y a pas de chemin,
Juste des sillages sur la mer.

Antonio Machado,
extrait de Proverbios y cantares, Campos de Castilla, 1917

Il existe probablement de meilleures traductions que la mienne… On peut traduire Caminante par Voyageur, Marcheur ou bien Cheminant… J’ai opté pour Toi qui marches.

Sous la sphère poétique, des expressions françaises multicolores…

Évelyne est une personne souriante, piquante, ne se prenant pas au sérieux et pourtant toujours si juste, si sensitive, si pertinente. Son quilt est comme elle, original, personnel, unique ! Elle a suivi les tendances des températures mais a privilégié la météo de sa vie au fil des jours, en parallèle avec les phases de la Lune, comme un hommage à la féminité. Sa carrière au service de la santé des femmes et leurs bébés – en maternité en milieu hospitalier – n’est pas un hasard non plus…

Si vous voyez des jours en tissus imprimés d’abeilles, c’est que c’est une journée de Ruche des Quilteuses, mais certaines broderies sont des jalons du chemin de sa vie, et nous n’en saurons guère plus…

Ce quilt a été sélectionné pour sa beauté et son originalité, comme les 29 autres quilts-météo 2020 que vous découvrirez dans une dizaine de jours au Val d’Argent !

L’étiquette au dos résume tout !

Val d’Argent…

Ce si joli nom désigne une des plus longues vallées des Vosges côté alsacien ; l’exploitation des mines depuis le Xe siècle (argent, cuivre, arsenic, cobalt, plomb…) a profondément marqué la vie locale. La vallée est aussi une des régions les plus boisées de France, atout majeur pour le tourisme. Et, au hasard des balades, on peut approcher des sites naguère consacrés à des pratiques druidiques…

Mais ce qui fait que le Carrefour Européen du Patchwork existe au Val d’Argent, c’est la célébration des 300 ans du mouvement religieux Amish à Sainte-Marie-aux-Mines en 1993, avec l’exposition de la collection de quilts amish du collectionneur Jacques Légeret. Les Amish, communauté chrétienne issue d’Anabaptistes suisses et alsaciens, vivaient dans des fermes de cette vallée, avant de décider d’émigrer vers le Nouveau Monde, pour y jouir d’une plus grande liberté d’exercer leur religion. C’est en Amérique que les femmes commenceront à créer des quilts au cours du XIXe siècle à partir des tissus de laines teints, les mêmes que pour leurs vêtements. Ce sujet passionnant est longuement traité dans les livres de Jacques Légeret, que je vous recommande chaleureusement. Un dossier sur les Amish se trouve également sur le site du CEP.

Après le succès planétaire de cette exposition en 1993, le Carrefour Européen du Patchwork s’est développé et accueille chaque année une sélection de ce qui se fait de mieux dans le monde des Arts Textiles. Vous pouvez trouver le programme complet 2021 sur le site du CEP : expositions, conférences, cours, espace commercial bien sûr aussi…

C’est pourquoi je suis tellement honorée de présenter la première exposition mondiale de Temperature quilts, rebaptisés quilts-météo en français ! Elle vous séduira par sa créativité et la qualité de ses réalisations.

Les quilts-météo de 29 quilteuses et un quilteur seront exposés lors du Carrefour Européen du Patchwork à Rombach-le-Franc, du 16 au 19 septembre – 9h30-18h.

J’assurerai une visite guidée tous les matins à 10 heures en français, avec la possibilité d’un dialogue questions-réponses en anglais et en allemand. Solidarité du groupe : les visiteurs feront connaissance avec plusieurs exposantes qui offriront de leur temps pour me permettre d’aller aussi visiter les autres expositions… Merci à chacune 🥰

J – 10 !

Inévitablement se pose la question des conditions sanitaires. Vous pourrez entrer dans les salles d’expositions avec votre ticket d’entrée ainsi que votre pass sanitaire (tous les détails sur internet). Nous veillerons à ce que, malgré ces contraintes, la bonne humeur soit au rendez-vous ! Nous avons tant besoin de nous rencontrer de nouveau et d’admirer des choses qui nous font vibrer ! Et franchement il me tarde de retrouver l’Alsace avec mes amies qui y vivent… et toutes celles qui se déplaceront 🌞

Bien sûr, nous passerons en revue d’autres quilts-météo dans les prochaines semaines !
Mais vous le savez, rien ne vaut de LES VOIR EN VRAI !!
A bientôt, Katell

Les Chemins de Traverse avec Neelam

Bonjour ! Vous souvenez-vous du mois d’avril avec la célébration des 10 ans de Neelam et de la Ruche des Quilteuses ?

Si j’avais pu alors vous montrer le quilt My Happy Place terminé en 4e semaine des festivités, celui de 2e semaine était resté non fini.

Les 49 blocs rendaient bien ensemble, mais j’ai aimé agrandir ce beau bébé avec, toujours, mes chutes de tissus Neelam. D’un top carré de 7 blocs, je suis passée à 10 blocs, donc 100 blocs en tout. J’ai même hésité à continuer, mais 145 cm de côté c’est parfait ! Le voici, alangui dans un amélanchier du Canada dont je veille, jour après jour, la maturation des fruits. Cette année, ils ont été bien abîmés par les gels tardifs…

Je l’ai quilté très simplement à la machine et j’ai ajouté une petite bordure de tissus clairs. Le dos est une housse de couette dont j’ai profité pendant plus d’un an, et avant la lassitude et l’usure du tissu, je l’utilise pour plusieurs dos de quilts ! Le rapport qualité/prix est imbattable, le coton est toujours beau et lavé plusieurs fois. Quant à la bordure de finition, j’ai opté pour la variante invisible (expliquée dans BeeBook !).

Fin mai, une balade dans le Lot nous a conduits vers un charmant jardin clos à la médiévale. J’y ai trouvé l’écrin pour photographier My Happy Place et Les Chemins de Traverse :

Les vieilles pierres accueillent si bien ces quilts en tissus Neelam ! Vous pouvez commander des tissus, des kits et bien d’autres articles sur leur site.

Et pour ne pas que des fous nous renversent,
On prenait les chemins de traverse
Même s’ils ne sont jamais les plus courts…

Sous la pleine Lune immobile…

Francis Cabrel

Avec le recul, je me rends compte que ces deux titres de quilts dévoilent mes préoccupations actuelles – et les vôtres aussi peut-être. J’ai la sensation que le monde va vers du « moins bien », l’optimisme n’est plus une composante de la vision de l’avenir. Nous n’avons plus le sentiment exaltant que nos enfants auront une meilleure vie que nous, que leur bonne voie est de bien travailler, avoir de bons diplômes pour être en situation confortable, même si intimement, j’ai toujours préféré que mes enfants réussissent LEUR vie plutôt que réussissent DANS leur vie. Le temps est fini où nous nous réjouissions du progrès (un mot disparu des discours et de nos conversations). A la place, nous mettons en avant les innovations, pour réparer ou remplacer ce qui ne va plus. Le progrès n’est plus enviable, il est devenu source de nos soucis. Alors l’envie d’une Happy Place, un refuge comme ce petit village de tipis, exprime cette inquiétude. De même, Les Chemins de Traverse -outre l’hommage à Francis Cabrel, Gascon tranquille hors de l’agitation médiatique- montre encore l’envie de vivre en marge des grandes routes actuelles. Je garde en mémoire divers récits de Sylvain Tesson, ainsi que le livre que je suis en train de lire, Le Chemin des Estives de Charles Wright, extrêmement bien écrit.
Arthur Rimbaud, l’homme aux semelles de vent, accompagne ces deux écrivains.

Faut-il donc succomber à la nostalgie et la peur de l’avenir ? C’est un réflexe que je n’avais pas, mais je le sens pointer du nez, ce ne sont pourtant pas de bonnes compagnes. Je crois qu’il faut entretenir régulièrement son enthousiasme de l’instant présent, son émerveillement des choses simples pour se préserver des peurs. Pour moi c’est faire des balades dans la nature, lire, quilter… et rencontrer des personnes avec qui communiquer sincèrement, joyeusement et positivement si possible, amis ou inconnus !

Sous le vent d’autan…

Je les aime beaucoup, mes chemins de traverse. Ce quilt me rappelle de très bons souvenirs avec Émilie, la créatrice de Neelam, et aussi l’envie de prendre la route ou simplement le chemin, ce qui est de nouveau permis ! Un quilt en tissus artisanaux comme ici mérite de finir en plaid, car la fibre au toucher est, comment dire… authentique. Une vraie sensation de bien-être. Je n’ai pas encore cousu de vêtements avec ces tissus, mais j’ai déjà plusieurs écharpes et on les oublie, leur contact à la peau est si naturel !

Dans un magnolia persistant où la première fleur vient de s’épanouir… Quel parfum !

Nous sommes très heureuses de pouvoir vous confirmer que la fête aura bien lieu à Lacaze dimanche 27 juin dans le Tarn ! Vous y verrez nos dernières créations, ainsi qu’une exposition France Patchwork sur le thème des Jardins à laquelle nous prenons part également, une exposition des Filles du Rouvray, des broderies d’Afghanistan et des surprises !…

La joie de nous retrouver va nous aider à reprendre espoir !

Nous présenterons nos quilts les plus récents, plutôt que les quilts de BeeBook (expo prévue l’année dernière…) mais notre joie de vous revoir est intacte !

Ne manquez pas ces retrouvailles ! La Ruche des Quilteuses sera presque au complet, nous vous y retrouverons avec tant de plaisir !