Morning Sunrise, le top n’est pas la fin…

Quelle joie de voir des photos de ce modèle sur divers réseaux sociaux ! Merci Agnès Bolzer (le 2e en cours !), @catimini6, @grande_Ourse_quilt… Le modèle d’Alexandra Bordallo vous inspire, et vous êtes nombreuses à avoir commandé des tissus chez Alice !

Les finitions

La semaine dernière, vous étiez conviées à assembler vos pièces de tissus et vos blocs. Si vous l’avez terminé, vous avez le top, prêt à être quilté. Pour cela, l’étape mal-aimée de la plupart des quilteuses, c’est la mise en sandwich. Mal-aimée, car cela ne se fait pas sur le pouce, mais souvent à quatre-pattes, si l’ouvrage est grand… On parle de sandwich parce qu’on va solidariser le top (dessus) au dos, avec le molleton entre les deux. Alice en parle dans son livre page 49, et moi dans mon livre page 140.

Pour apprendre des techniques fiables, rien ne vaut d’avoir quelques Bibles sous la main… En voici deux, pas du tout au hasard, éditées en 2019 🧵🌞 BeeBook est épuisé mais se trouve chez la plupart des quilteuses francophones modernes, et Patchwork Moderne d’Alice Kreyder est toujours en vente.

Faire le sandwich se fait traditionnellement en faufilant à la main (voir les multiples vidéos ou articles sur internet), ou en utilisant de petites épingles à nourrice, ou encore des agrafes (Microstich). A vrai dire, j’alterne…

Vient le moment du quilting, du matelassage. Traditionnellement, il se fait à la main, au fil à quilter en coton (mon favori, marque YLI, lire ici). J’ai pris des cours avec une ambassadrice de la regrettée Esther Miller, Patricia Valentini, qui avait eu la gentillesse d’écrire de nombreux détails de cette précieuse connaissance dans deux articles pour ce blog, ce sont des conseils intemporels. Articles de Patricia Valentini :

https://quilteuseforever.com/2012/01/03/quilting-selon-la-technique-amish-premiere-partie/ puis https://quilteuseforever.com/2012/01/26/quilting-selon-la-technique-amish-seconde-partie/ .

Plus tard a été écrit par Florence, après un stage similaire avec Alexia Rosfelder chez David : https://quilteuseforever.com/2016/11/10/un-stage-de-reve/ Bonnes lectures !

On peut vouloir quilter à la main, sans y passer un temps infini. Mon alternative est le quilting au coton perlé (BeeBook page 142), c’est ce que j’ai fait pour le Baby quilt avec les carrés de 15 cm (je n’ai pas encore le prénom à broder, la naissance est pour ces jours-ci et ce quilt partira alors dans le Var). Cela prend quelques heures bien sûr, mais le résultat est visiblement artisanal, coloré, j’aime autant le processus que le résultat. J’invente les motifs au fur et à mesure !

Pour le quilting improvisé, j’utilise bien souvent mon hera marker pour marquer des lignes qui ne suivent pas les coutures. J’ai plusieurs coloris assortis, toujours du coton perlé n°8. Le quilting, sans cadre, me permet de faire de longs points, avec une aiguille Sharp de Bohin.

Pour ce Baby quilt, j’ai quilté au point avant long, au coton perlé, et j’ai ajouté quelques points de nœud pour la texture.

Puis il y a le quilting machine. Honni par bien des quilteuses il y a 20 ans, il a pris une place justifiée dans notre monde du patchwork. Tout d’abord, c’est joli si c’est bien fait, c’est rapide si c’est maîtrisé. Mais que personne ne me dise que c’est un quilting bien plus facile qu’à la main, un sous-quilt où on aurait succombé à la facilité !! Je n’ai jamais raté un matelassage à la main, à la machine, si. C’est bien plus technique, surtout si on le fait sur nos machines domestiques… mais c’est un apprentissage, comme le reste, et c’est très gratifiant de réussir à quilter en quelques heures ce qui nous aurait pris, à la main, des semaines… Rappel : sur votre machine, vous pouvez choisir de quilter avec des droites ou courbes souples en modifiant la pression du fait de l’épaisseur (ajoutez le double entraînement si votre machine le permet), ou bien au piqué libre (BeeBook page 141, Patchwork Moderne d’Alice pages 50-51). Et bien sûr, vous pouvez faire appel à une quilteuse professionnelle. Mieux vaut un quilt terminé qu’un top en déshérence !

Une fois le quilting terminé, on ferme tout avec une bordure. Là encore, plusieurs possibilités… Ici, j’ai fini le mien avec la bordure la plus connue, dont les Américaines nous attribuent l’origine (French fold binding!).

Dans la rougeur automnale des amélanchiers du Canada, Morning Sunrise flamboie…

J’ai donc terminé le baby quilt aux blocs de 15 cm, le grand sera quilté également au coton perlé, prochainement !

Tourisme en Occitanie

Samedi, nous avons fait un tour dans le Lauragais, là où poussait naguère l’Isatis tinctoria, la fameuse plante qui donnait ce si beau bleu européen qui fit la fortune de Toulouse, Albi, Carcassonne. Une halte dans un des beaux villages du coin : Saint-Félix-du-Lauragais (31), m’a permis de faire quelques photos du quilt Morning Sunrise version baby et replonger dans l’histoire de ce pays vallonné où j’ai des attaches familiales.

J’y ai aimé la maison natale de Déodat de Séverac (1872-1921), chantre de la musique régionale, dont le nom est connu de tous les Toulousains, par le lycée Déodat-de-Séverac, ou le boulevard du même nom…

Né à Saint-Félix (31) et mort à Céret (66), photographié ici vers 1910, D. de Séverac a toujours préféré notre région à Paris !

La maison natale de Déodat de Séverac en 2009. Il y vécu une bonne partie de sa vie et ses descendants y vivent toujours. Elle est à présent restaurée et plus belle que jamais, gardant un beau vert émeraude pour les volets.
J’ai trouvé un écrin à Morning Sunrise sur la partie gauche de la maison récemment rénovée !

J’y ai bien moins aimé l’évocation de Guillaume de Nogaret (1260-1313), né bien plus tôt dans ce même village… Juriste et Catholique fanatique, il ne fit que du mal dans sa vie, au nom de son ambition, de la religion et du Roi Philippe le Bel… Comment un petit-fils de Cathares a-t-il pu aussi mal tourner ? Si vous connaissez Les Rois Maudits, vous vous souvenez de cet homme retors qui mit fin aux Templiers, en torturant les malheureux… et ce ne fut pas son seul méfait. Moi qui sors du dernier livre de Bernard Werber, La Prophétie des Abeilles, cela a ravivé mon antipathie envers cet homme maléfique, pourtant né dans un lieu magnifique. Quel bel endroit, quelle vue sur les collines avoisinantes et la chaîne des Pyrénées, si imposante et majestueuse… Mais chuuut, c’est un secret ! Il ne faut pas trop de monde par ici…

De l’autre côté de la grande place (Place Guillaume de Nogaret…), j’ai été attirée par cette maison pleine de fantaisie… Et encore, le petit quilt y a trouvé une place.
Entre ombre & lumière, la maison d’à côté a elle aussi un seuil accueillant !
Saint-Félix, au cœur du Pays de Cocagne, vaut bien un détour… (photo AM Stock Nature)

Voulez-vous gagner un livre d’Alice ?

Pour finir en beauté ces semaines de QAL Morning Sunrise, nous avons décidé de vous offrir un beau cadeau : un exemplaire du livre d’Alice, extrêmement bien fait, qui aidera toutes les quilteuses à s’habituer au patchwork avec machine à coudre et cutter, avec de précieux conseils techniques et d’organisation… Nos livres sont parfaitement complémentaires, nous ne faisons pas du tout double emploi.

Riche sommaire ! Patchwork moderne, initiation et projets, Alice Kreyder chez éditions Eyrolles

Pour gagner le livre 🎁, c’est facile : vous laissez un commentaire à cet article et un numéro, correspondant à l’ordre du commentaire, sera tiré au sort jeudi matin. Vous pouvez donc laisser un commentaire (un seul par personne !) pour participer, jusqu’à mercredi 27 octobre minuit. La gagnante ne le regrettera pas, je vous l’assure 🌞 !

Quand vos ouvrages seront quiltés (début décembre ??), nous pourrons faire ici une galerie de photos de vos ouvrages… En attendant, bonne chance 🍀 et à jeudi pour dévoiler le nom du gagnant !

Katell

Morning Sunrise, détails de couture

Il y a maintes manières de faire du patchwork ! Couture main ou machine, coupe en série ou par gabarit…

Il est évident que Morning Sunrise est facile à faire à la machine, mais que les blocs Diamant peuvent poser quelques problèmes d’exactitude. Et il n’est beau que s’il est bien fait ! Revenons donc sur les possibilités pour le réussir sans crise de nerf !

Bloc diamant, issu du module voilier

Alexandra et Alice préconisent de préparer d’abord des modules « voilier » pour faire le bloc « diamant », puis 2 carrés bicolores, faits précédemment en suivant le déroulé du PDF (en alternative, on peut faire un module « Vol d’oie »). Voici le visuel d’Alice pour expliquer ce processus du bloc voilier, qui contient plus de coutures que ma façon de faire, mais elle est simple (mesures en inch dans le PDF) :

Tissu marine = tissu E, tissu prune = tissu A et tissu blanc = tissu B du modèle Morning Sunrise
Carrés bicolores faits de 2 carrés de tissus A et B coupés à 13,5 cm (voir article précédent, en tissus jaune et blanc), à équerrer précisément à 12,5 cm. Le tissu E est un carré de 12,5 cm. Suivre les instructions visuelles !
Ici, par rapport au modèle d’Alexandra, la couleur gris moyen est en tissu E, le petit triangle blanc en tissu B et le petit triangle foncé en tissu A.

Le diamant sera reconstitué avec la couture suivante (juste au-dessus, c’est la couleur la plus claire). Ce module sera complété par 2 carrés bicolores, comme expliqué sur le PDF, ou bien un vol d’oie de 20 cm de base. Comme il en faut 4 (un pour chaque bloc), on peut utiliser cette méthode « vol d’oie 4 par 4 ». J’avais fait une fiche sur cette technique il y a 17 ans, pour mon club d’alors ! Explications anciennes donc, mais toujours bien pratiques :

Si vous avez déjà coupé mes tissus comme moi, avec moins de petites pièces, il faut ajuster les coupes pour avoir des triangles pas trop grands. J’ai l’habitude de recouper en visuel, avec ma règle, en ménageant exactement 7 mm tout autour. Si vous n’y arrivez pas, rien de vaut de revenir aux fondamentaux et découper vos gabarits, juste pour ce bloc, avec le schéma, sachant que la base du bloc est de 20 cm :

Le schéma est fait à 50%, un carré imprimé figure 1 cm !

Assemblage central

Pour une naissance, je fais le même modèle, mais avec des carrés de 15 cm au lieu de 20 cm. Cela donnera une couverture de 105 cm, ce que je trouve pratique pour un bébé ! Comme je ne connais pas le sexe, ces couleurs vives compensent le manque d’information !

Bébé ne va pas tarder, je dois me hâter de le finir ! Bloc central différent, il aura le prénom du bébé brodé au centre J’étais impatiente de voir ce que cela allait donner….

La logique veut qu’on assemble 4 fois bloc diamant + les deux carrés unis, selon votre charte de couleurs. On assemble d’abord les deux quarts du haut, avec le bloc diamant en haut, puis les deux quarts du bas avec le bloc diamant en bas, et enfin la bande horizontale centrale, avec le bloc du milieu. Mais l’important est d’arriver à faire le top, selon votre logique !

La semaine prochaine, il sera temps de parler des méthodes de sandwich et de quilting. Je ne vous garantis pas les dates, car j’ai du monde à la maison et un beau déplacement prévu… Si je n’y arrive pas, nous prolongerons les explications en novembre.
Et vous aurez AUSSI une belle surprise, en accord avec Alice de Blossom Quilt & Craft !
Katell

Morning Sunrise, coupons nos tissus/2

Nous avons encore les pièces du blog « diamant » à couper. Voici son schéma, avec les noms des tissus :

La styliste Alexandra Bordallo propose une couture de ce bloc en faisant 1 vol d’oie + un sous-bloc, voir page 6 du PDF. La coupe sera donc différente de celle que je propose.

J’ai pour ma part préféré utiliser ma formule magique : si on veut 4 triangles coupés en forme de sablier, on ajoute 4 cm à la dimension de la pièce voulue cousue. Cette coupe est intéressante quand on veut avoir le droit-fil (qui se déforme moins) à la base du triangle.

Il faut couper de cette manière :

Voici la coupe en sablier. Si, par exemple, on veut un triangle à la base de 20 cm cousus, on ajoute 4 cm, on coupe donc un carré de 24 cm, puis on coupe les deux diagonales. On obtient 4 triangles identiques qui ont des marges de couture de 7 mm tout autour.

Couper :

Tissu A : 2 carrés de 14 cm (coupés sur les 2 diagonales, en croix) et 1 carré de 24 cm (idem)

Tissu E (kits AB, 2, 3, 4) ou tissu F (kit 1) : 2 carrés de 24 cm

Il faudra, de plus, 4 carrés de 8,5 cm (non recoupés !) en tissu B, pour chaque modèle : c’est le diamant !

Tout ceci n’est pas forcément évident à comprendre immédiatement. J’espère que vous vous en sortirez malgré tout ! Veuillez excuser ce post vite fait, mais je suis toute la journée ou presque au :

Un grand plaisir partagé de nous rencontrer !

Mille excuses à Nadine que je n’ai pas attendu aujourd’hui et que je vais recontacter…

A lundi, ou peut-être mardi seulement, pour des conseils de couture des blocs !
J’ai eu des messages que vous aimez vos tissus reçus, j’en suis ravie mais pas étonnée !

Patchamicalement,
Katell

Morning Sunrise, le choix des couleurs

Choisir des couleurs pour un nouveau projet, j’aime ça ! On me dit parfois que j’ai le sens des couleurs, et pourtant je suis loin d’être sûre de moi, je tâtonne souvent, je change d’avis. Cela fait partie du processus et il ne faut surtout pas se juger négativement, c’est juste comme ça, je laisse circuler le fameux flow, l’énergie créatrice. Avoir le sens des couleurs, c’est sans doute avoir engrangé suffisamment de souvenirs visuels, picturaux, pour avoir des automatismes. Cela fait partie de notre culture, c’est pourquoi, d’un pays à l’autre, parfois d’une région à l’autre, nous ne favorisons pas les mêmes harmonies.

Cela s’acquiert aussi en passant par la théorie des couleurs. Dans le domaine du patchwork, Cosabeth Parriaud propose un stage formidable à ce sujet : vous comprendrez mieux pourquoi certaines harmonies fonctionnent, vous décèlerez ce qui est perfectible. Entre le noir et le blanc, que de possibilités ! J’avais consacré un article à ce sujet, NOIR, dans Les Nouvelles n°130, le magazine de France Patchwork.

Pour autant, choisir des couleurs reste un stress pour beaucoup d’entre vous ! En répondant à la proposition d’Alice de Blossom Quilt de participer à un QAL (Quilt ALong, ou « Quiltons ensemble »), j’ai fait ce que j’aime : j’ai choisi des gammes de couleurs pour colorer différemment le très beau modèle d’Alexandra Bordallo, Morning Sunrise, dans la riche gamme de couleurs des tissus AGF. J’ai acheté le nuancier, plein de petits tissus, pour ne pas être trompée par mon écran :

J’ai saturé les couleurs pour avoir les couleurs très proches de la réalité sur mon écran, mais j’ignore ce que cela donnera sur le vôtre. Les couleurs sont extrêmement vives ! A Sainte-Marie-aux-Mines, j’ai trouvé les cotons perlés n°8 aux couleurs correspondantes de la marque Wonderfil, pour mon quilting.

Ainsi, pour faire Morning Sunrise ensemble, vous pouvez choisir les couleurs de la créatrice du modèle, ou bien varier les plaisirs avec 4 propositions supplémentaires.

Morning Sunrise, un quilt d’Alexandra Bordallo, une harmonie très réussie, à la fois douce et pétillante ! Le fond est d’un splendide rose clair, qui lui donne un style raffiné.

Quand j’ai préparé ces projets, nous étions en plein été et pourtant il pleuvait… Le soleil en pays lointain m’a donc largement inspirée !

Un des tissus unis du nuancier AGF s’appelle Cozumel ; qu’est-ce ? Cozumel, c’est ça, une eau turquoise, un ciel cobalt… Une île au large de la péninsule du Yucatán (Mexique).

Je me laisse toujours porter par mes idées vagabondes ; le jour où j’ai reçu le nuancier avec le tissu Cozumel qui m’attirait, j’avais vu dans l’excellente émission L’Invitation au Voyage (Arte) un reportage sur les abeilles qui ne piquent pas, dans le Yucatán. Et donc Cozumel, cette petite île toute proche de la péninsule, serait mon point de départ.

Voici donc les quatre harmonies que je vous propose, deux par deux :

Plage à Cozumel et Plongée sous-marine

Yucatan est la presqu’île mexicaine où se trouvent les vestiges de l’ancienne civilisation maya, à l’histoire pleine de soubresauts. Il en reste quelques impressionnantes pyramides, érigées d’après l’observation du ciel et des étoiles. Comme les autres Peuples Premiers, les Mayas savaient qu’ils faisaient partie de la Nature. Difficile de refaire l’Histoire d’une civilisation disparue ! Actuellement, on estime son existence entre 2 600 avant J.C. jusqu’à 1520 après J.C.. A leur apogée, leurs connaissances mathématiques, architecturales, artistiques, agricoles, astronomiques étaient très avancées… Même si on la dit disparue, cette civilisation survit avec 28 dialectes mayas toujours parlés par leurs descendants qui vivent toujours dans le Yucatán. Ce sont eux qui protègent les abeilles maya…

Tout le monde a entendu parler de Maya l’Abeille ! Les vraies abeilles mayas (Melipona beecheii) sont des trésors : sans dard, elles ne piquent pas, elles font leur « maisons » dans des troncs d’arbres creux, elles font des constructions arrondies au lieu des alvéoles hexagonales produites par nos abeilles (Apis Mellifera)… et leur miel, rare, a un goût floral unique, avec des propriétés médicinales reconnues pour soigner la peau et la rétine.

Cozumel (Terre des Hirondelles, en langue maya yucatèque), à 19 km de la péninsule du Yucatán, était pour les Mayas l’Île de la Lune, et donc l’île où allaient les femmes qui souhaitaient avoir des enfants. C’est à présent un lieu touristique grâce à son climat chaud et ensoleillé, ses belles plages et sa biodiversité sous-marine.

Voici mon top Playa de Cozumel, avec en son centre une broderie afghane dont le thème et les couleurs vont si bien ensemble… Ce sera un souvenir de l’été 2021, contrasté et intense.

Le kit Plage de Cozumel est le seul à être composé de 6 couleurs, des couleurs crues qui claquent au soleil ! Plongée sous-marine lui ressemble, mais le tissu Tile Blue est sans doute plus consensuel que le cobalt plus agressif, il s’harmonise parfaitement avec le tissu Cozumel : la mer filtre les rayons du soleil et on apprécie pleinement le jardin sous-marin extraordinaire.

Voici l’harmonie du kit ! Site dédié à la plongée sous-marine à Cozumel : https://ultramarina.com/voyage-plongee-ameriques/mexique/le-yucatan/cozumel

Les couleurs de Plongée sous-marine à Cozumel sont dans un visuel plus bas.

Grand-Bassam et Comoé

On change de continent ! J’ai passé quelques années en Côte d’Ivoire, à Abidjan, au tournant des années 70-80, et nous passions presque tous les dimanches à Grand-Bassam, au bord de la mer.

Située entre mer et lagune, la ville fut un centre économique des échanges entre Européens et Africains pendant plusieurs siècles (ici, le commerce des esclaves était minoritaire, il se faisait surtout au Nigeria, au Bénin, au Sénégal) d’abord les Portugais pendant un siècle, déjà avant la découverte de l’Amérique, puis les autres Européens. Cette ville fut longtemps le cœur économique du Golfe de Guinée, puis l’éphémère capitale de la Côte d’Ivoire (1893-1900), éphémère car une épidémie de fièvre jaune fit déguerpir les Français survivants et la capitale changea de lieu.

Maison du Gouverneur de la jeune colonie en 1893, devenue le Musée du Costume en 1981. © Mickaël T.
Grand-Bassam fut construite selon un plan moderne rationalisé, avec toutes les administrations françaises. C’était une belle architecture du XIXe siècle, mais la nature reprend vite sa place… © Maxence
Quel travail pour sauver ces bâtiments qui s’abiment encore plus vite sous le climat tropical… Photo d’ici

Splendeur déchue du quartier français… La ville est à présent protégée par la distinction du Patrimoine Mondial de l’UNESCO et on essaie de rénover ce qu’on peut. Le coin reste très touristique, avec sa proximité avec Abidjan, sa longue plage aux paillottes qu’on loue à la journée ou à l’année, son immense centre artisanal…

Tout près de l’océan turquoise, les couleurs claquent au marché artisanal !

En remontant le fleuve de la Comoé qui se jette dans la lagune de Grand-Bassam, on est dans la savane, avec une forêt-galerie presque tout au long, riche réservoir de biodiversité. Je me souviens de ma visite du Parc National de la Comoé, l’émotion de voir en liberté de majestueux animaux. Hélas, il n’y aurait plus que 250 éléphants, victimes du braconnage (toujours pour les défenses d’ivoire, malgré l’interdiction de vente), et surtout en raison du défrichage intense pour exploiter le bois et récolter du cacao, du café, des ananas, des bananes, des noix de cajou… tout ce dont nous sommes friands ici aussi.

Mes souvenirs sont multicolores, avec tant de contrastes ! Grand-Bassam, comme Comoé, sont des kits qui vous transporteront vers ces contrées où, je l’atteste, les sourires de la population, leur gentillesse, valent tout l’or du monde ! Grand-Bassam, au bord de l’océan, a les deux tissus de fond communs avec Plongée sous-marine ; Comoé reprend l’harmonie de Grand-Bassam, mais l’ambiance marine est remplacée par les couleurs des pierres et de la terre noire des régions boisées tropicales. Il fait sans doute plus masculin.

Voulez-vous prolonger le voyage ? Ces kits vous y invitent ! Les tissus sont coupés par Alice et vous recevrez le patron d’Alexandra gratuitement. Quand vous le recevrez, pas de panique ! Alice et moi vous aiderons à le suivre, car des explications « à l’américaine » n’ont rien de commun avec ceux dont vous avez l’habitude dans nos magazines français.

La semaine prochaine, nous couperons ensemble les pièces d’une manière simple et logique, avec peut-être déjà quelques coutures, si vous êtes impatientes…

A défaut d’avoir pleinement le droit de voyager, rêvons encore… Avez-vous choisi votre kit préféré ? Récapitulons, il y en a 5 : le kit d’Alexandra, pour faire votre quilt à l’identique du modèle d’origine, ou les kits Plage à Cozumel, Plongée sous-marine, Grand-Bassam et Comoé.

Pour une commande chez Alice, il faut votre écran favori (ordinateur, tablette, téléphone), votre téléphone pour recevoir un code de vérification (variable selon votre banque) et votre carte bleue. Je sais que beaucoup d’entre vous avez peur de payer en ligne, car vous ne savez pas ce qui est normal et ce qui ne l’est pas.

Allez sur le site du magasin Blossom Quilt et Craft, cliquez sur la rubrique Les kits pour patrons. Vous avez les 5 harmonies. Choisissez la vôtre et suivez les indications. Quand vous faites votre fiche d’identité, veillez à ne pas perdre votre mot de passe ! En cas de problème technique, vous pouvez écrire un petit mot à Alice ici, elle règlera votre petit problème dans les meilleurs délais.

Les Conditions Générales de Vente sont ici. Peu de personnes les lisent vraiment, mais elles peuvent répondre à vos questions. Par exemple, si vous préférez payer par chèque.

Le paiement s’effectue généralement à l’aide de votre carte habituelle de paiement. Le magasin d’Alice est sûr, n’ayez crainte d’écrire votre numéro de carte, ainsi que les renseignements complémentaires habituels (date de validité de la carte, nom du titulaire, et le code au verso de la carte). Il est possible que vous ayez une vérification de votre banque avec un code envoyé par SMS. En règle générale, n’achetez QUE sur un site que vous connaissez qui a, comme on dit, « pignon sur rue » !

Vous recevrez votre commande très vite, ainsi que le patron en PDF gratuitement sur votre boîte mail. Il est en anglais et en inch, mais je suis là pour vous aider, nous continuerons lundi prochain.

Vive chaque lundi d’octobre, nous avons rendez-vous avec Morning Sunrise !
Katell


Le centre de mon top Morning Sunrise : toujours, gardez votre liberté de modifier un modèle, même modestement !