Curiosité

Un peu d’Art Vaudou

Le vaudou, voilà un mot qui évoque bien vite des poupées criblées d’épingles pour jeter un sort, et pourtant… les poupées à l’effigie d’une personne, les poupées d’envoûtement, existent bien dans la sorcellerie… occidentale, depuis bien plus longtemps ! Nous avons transféré nos peurs sur les pratiques vaudou qui, effectivement, tentent parfois de jeter un sort (bon ou mauvais, par exemple attirer l’amour ou l’échec à distance, sans toutefois souhaiter la mort…) à l’aide d’un petit paquet ficelé à la morphologie d’une personne… parfois piqué d’épingles, mauvais signe pour la personne visée 🤔
Le vaudou, c’est, à Haïti principalement (mais aussi sporadiquement dans le monde entier), une assimilation de rites et croyances venant d’Afrique de l’Ouest à ce que les Blancs ont inculqué à leurs esclaves, à savoir la religion catholique. Ainsi des Esprits africains portent-ils des noms de Saints catholiques, et inversement. La pratique du vaudou fascine bien au-delà de son influence, en raison des Zombis, ou morts-vivants, qui cristallisent les fantasmes sur le thème de la résurrection… Les Chrétiens ont tout fait pour diaboliser le vaudou, l’assimiler au satanisme et la sorcellerie, car il « parlait » trop bien aux âmes africaines, empêchant la parfaite christianisation de ce peuple déplacé de force.
C’est d’abord pour des raisons esthétiques que Betty Ford-Smith s’est intéressée à des ouvrages vaudou. Je lui ai demandé de nous écrire sur le sujet, en voici la traduction.

Drapeaux de perles et sequins de Haïti, collection de Betty Ford-Smith 

J’ai commencé à collectionner les drapeaux et bouteilles vaudou à la fin des années 1970, lors d’un séjour dans les Îles Vierges, à Saint-Thomas. Jamais je n’avais vu d’objets aussi fascinants au cours de mes voyages précédents ! J’adore tout ce qui brille, les paillettes et les strass,  et c’était le summum du brillant dans le monde des arts ! Autant que je le sache, cette forme d’art est unique, à Haïti. Attention à ne pas tenter de les copier, Haïti a établi un copyright mondial sur cet art.

Des bouteilles vides transformées en œuvres d’art qui brillent !

20191108_164239[2]

Les drapeaux – appelés drapos localement – viennent directement de la religion Vaudou, où ils étaient disposés sur les murs des temples. Le Vaudou est un mélange de croyances africaines arrivées à Haïti avec les esclaves et du Catholicisme enseigné par les Missionnaires, avec l’addition discrète mais réelle de croyances du Nouveau Monde (des Amérindiens). Au fil du temps, les touristes visitant les temples ont souhaité acquérir des drapeaux. Quelques Hougans (des prêtres vaudou) acceptèrent, car le besoin d’argent pour aider la communauté était criant. Ils firent d’autres drapeaux pour leurs temples, puis directement pour le marché touristique.

Green quilt II and Haitian Flags Exhibit 008[2]

Au-delà des couleurs et de la signification religieuse derrière les images, ce sont les bordures décoratives qui attirèrent mon regard parce qu’ils me rappelaient les quilts des USA. Les perles et sequins sont cousus sur du coton ou de la récupération de sacs texturés en plastique ayant contenu du riz ou des haricots, puis doublés de beau satin, encadrant le tableau d’un surplus de brillance. Chaque scène est faite de perles et sequins fixés à la main avec du fil et une aiguille, l’un après l’autre ; de une à quatre personnes peuvent y travailler en même temps.

Ces drapeaux sont d’incroyables œuvres d’art, scintillantes et hypnotiques. On trouve tout un monde de symbolismes, aussi bien les symboles des cartes à jouer (Cœur, Carreau Trèfle et Pique) que ceux des Francs-Maçons, librement utilisés, mais aussi des bougies, des têtes de mort, des visages de Saints, etc. dans le design de ces tableaux uniques.

74620894_2824344230922709_6488090099710951424_n[1] (1)

Les Haïtiens échangent avec les Esprits – ou Loas, du mot français Loi – dans un système de croyances et rituels fortement codifiés, ce qu’ils savent décoder dans les représentations des drapos. La plupart des collectionneurs sont comme hypnotisés par les couleurs, la brillance et la qualité de l’artisanat de chaque ouvrage. Parfois, le nom de l’Esprit invoqué est marqué dessus, sur d’autres il y a un indice appelé vévé, un symbole graphique :

De plus en plus, les noms sont écrits pour faciliter la compréhension et l’identification de l’Esprit du drapo.

Les drapeaux étaient traditionnellement cousus par les hommes, mais à présent quelques femmes ont rejoint les rangs des experts. J’ai lu quelque part que les sequins et perles furent découverts dans les manufactures de confection tenues par des Français installés à Haïti. A la fin de la journée, tout ce qui était tombé par terre était balayé… Au lieu de les jeter, les Haïtiens ont inventé comment les utiliser d’une autre manière. Ils avaient reçu l’enseignement très pointu de couturières et tailleurs français, leur imagination, leur foi ont fait le reste : les drapos vaudou étaient nés…

De nos jours, certains touristes sont devenus amis avec des fabricants de drapeaux : ils leur envoient des perles du monde entier, pour aider ce peuple si pauvre à continuer d’exercer leur art.

Betty Ford-Smith

 

Betty est donc à la tête d’une grande collection d’art vaudou, de drapeaux qui forment une exposition itinérante en Floride, où vivent de nombreux Haïtiens. Mais l’intérêt est général, sa dernière expo a remporté un franc succès ! Soixante-quatre drapos de sa collection furent exposés dans le Highland Museum of the Arts de Sebring (Floride) en fin d’année dernière :

Highlands Art League Museum of the Arts 018[2].jpgGreen quilt II and Haitian Flags Exhibit 037[2].jpg

Highlands Art League Museum of the Arts 032[2]

Je vous en avais déjà parlé par ici en 2014, mais je voulais compléter ce sujet que Betty m’a fait découvrir et qu’elle continue de faire connaître au grand public, tout comme les Pine cone quilts !

Take care, dear Betty💜

15 réflexions au sujet de “Un peu d’Art Vaudou”

  1. J’aime beaucoup cet article qui nous permet de nous documenter sur les « drapo » … J’apprends beaucoup de choses… Merci…

    J'aime

  2. je lis régulièrement vos rubriques que j’apprécie – Votre amitié envers Betty est sans faille et merci de nous faire partager et connaître sa passion et la vôtre !
    et je suis de son avis, les objets ont une âme !
    « objets inanimés avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer »

    J'aime

  3. Merci chère Katell pour cet angle d’approche du « vaudou ». Nous avons la chance en France d’accueillir le seul musée européen dédié à cet art. Il est privé et propose sur trois étages d’une étrange bâtisse de briques, située près de la gare de Strasbourg , une collection remarquable reprenant les origines et les voyages de ces courants spirituels. Fondé par un couple passionné, il est porté par un brasseur mondialement connu. Il y a notamment des costumes éblouissants.

    J'aime

  4. Très bel article sur le L’art Vaudou. Mon mari, en mission en Guyane en 1969 a rencontré des gendarmes ayant eu à subir quelques très légers inconvénients dus à ces pratiques et ont d’ailleurs écrit un livre que j’ai lu en Guyane et malheureusement je ne me souviens plus du titre.

    J'aime

    1. Les pratiques vaudou, et tant d’autres, ne sont pas innocentes et convoquent des puissances énergétiques que nous ne savons pas encore bien expliquer, mais elles existent… Les utiliser à bon ou mauvais escient est de la responsabilité individuelle…
      Je viens de commencer de lire un livre de Natacha Calestrémé, La Clé de votre Énergie, sujet qui paraît fort éloigné des pratiques de « magie » ou « sorcellerie », mais cela se rejoint finalement…

      J'aime

    1. C’est vrai que plusieurs d’entre eux pourraient être reproduits en quilt ! Mais il faudrait plutôt inventer d’autres tableaux, sans dénaturer l’esprit vaudou… Bien difficile je crois, de mener à bien un tel projet…

      J'aime

  5. Merci ! Très intéressant votre documentaire sur des drapos Vaudous ! Magnifiques !
    La brillance , nous la devinons ! Est ce pour faire fuir ou attirer ? Comme dans les jardins ou flottent des CD pour chasser les prédateurs de graines !
    Ce devait être une très belle exposition !
    De très belles réalisations !
    Merci beaucoup !

    J'aime

  6. Merci Katell pour cet article passionnant !
    J’aimerais tellement que la collection de Betty puisse être exposée en France…. 😉
    C’est une grande source d’inspiration !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.