De l’intelligence à la conscience artificielle

S.A.R.R.A.

Rarement un livre m’impressionne à ce point. Alors je fais une parenthèse sur le monde coloré du patchwork pour vous présenter cette effroyable histoire, premier roman de David Gruson.

Je n’ai lu que le tome 1, terminé cette nuit à vrai dire, le second va suivre très vite. Ce n’est sans doute pas une lecture pour tous, c’est pourquoi je me permets de vous donner quelques impressions pour que vous ne vous embarquiez pas dans cette lecture à l’aveugle. Cependant, je vous conserve, intacte, la jubilation de découvrir ce monde si proche, si probable…

Où, Quand, Comment

Dans le tome 1 nous sommes à Paris, dans une courte période de fin d’été 2025, à la fois dans les hautes sphères décisionnelles – jusqu’au Président de la République, qu’on peut imaginer être Macron en second mandat – et dans plusieurs familles du Sud-Est parisien. Il est question d’une mystérieuse résurgence du virus Ebola avec un premier cas, la mise en branle du principe de précaution prise, non par les élites, mais par une intelligence artificielle conçue pour cela. Le roman est le compte-rendu vif et chronologique de cet événement, et les imbrications découvertes au fil de la lecture sont époustouflantes.

Dans quel monde vit-on en 2025 ?

Je ne suis pas la seule à être ébahie par les intuitions de l’auteur qui écrivit ce livre avant 2018, date de sa parution. Impossible pour lui de s’être inspiré du Covid19 ! Qui dit virus dit mise en quarantaine et confinement, recherche de vaccin, centres de vaccination, télétravail, tout sonne tellement juste après l’avoir vécu.

2025, c’est aussi l’avancée de l’intelligence artificielle dans nos vies. Des problèmes sont résolus grâce aux robots : l’insécurité, le manque de personnel en milieu hospitalier… L’organisme qui intervient au quotidien s’appelle, je vous le donne en mille : PanGoLink, société au logo… de pangolin. Quand je vous dis que les écrivains ont bien souvent une intuition folle… D’ailleurs, l’auteur – ou plutôt son personnage principal – parle plusieurs fois du hasard, qui n’existe pas.

Vous appelez « hasard » ce que vous ne pouvez pas expliquer. Or, le hasard n’existe pas en soi. Ce n’est que la somme de zones d’ombre qui échappent à votre perception. Le hasard est le totem derrière lequel dissimuler la finitude de vos intelligences.
S.A.R.R.A. tome 1, David Gruson

Comme nous lisons un rapport militaire Confidentiel Défense, le monde décrit est froid et précis, faisant abstraction de tout ce qui rend un roman « vivant » : la météo, les couleurs… exception faite de la couleur flamboyante de la chevelure de l’héroïne et d’une mystérieuse allusion, à plusieurs reprises, de La Dame à la Licorne… Je suis sûre que nous retrouverons cette fresque aux Mille Fleurs dans le tome 2, le livre est trop bien construit pour que ce soit là par hasard…

Ce que l’auteur ne pouvait pas savoir…

Comme nous avons vécu une partie du temps entre 2017 – écriture finale du livre – et 2025, nous pouvons saluer la perspicacité de l’écrivain mais aussi sourire quand il n’a pas prévu l’incendie de Notre-Dame (avril 2019), ou, heureusement, qu’une série d’attentats n’a pas eu lieu en 2021…

Notons qu’une femme connue est Présidente des USA, sera-t-elle élue en 2024 pour être raccord avec cette fiction 🙃 ?… Non, je ne spoile pas !!

Diagramme de Pareto, Rasoir d’Ockham…

L’auteur nous distille une petite part de ses connaissances avec élégance, alors que le style semble sec et sans fioriture. Je lisais le livre avec mon smartphone tout près de moi, pour certaines notions qui ne me sont pas familières de premier abord.

Le diagramme de Pareto est lié à sa célèbre loi des 80/20 (80% des effets sont provoqués par 20% des causes) :

Sur 10 postes, les 2 premiers représentent la forte majorité (80%) des effets. Le reste en comparaison, est insignifiant.

Le moine philosophe anglais du XIVe siècle Guillaume d’Ockham établit le principe de parcimonie, très utilisé en sciences, mathématiques, connu sous le nom de rasoir d’Ockham, dont nous pouvons tirer profit dans la vie de tous les jours. Raser, en philosophie, c’est éliminer des explications improbables d’un phénomène. C’est se satisfaire des hypothèses les plus probables pour arriver plus rapidement à l’explication. Cela n’engendre pas une certitude de véracité, mais une probabilité. Quelques petites phrases pour l’illustration large de ce principe :

Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple (l’inverse est proclamé par les facétieux Shadoks : Pourquoi se compliquer la vie à faire simple quand il est si simple de faire compliqué ?)

La simplicité est la sophistication suprême. Leonard de Vinci

Si deux théories expliquent également bien un résultat, il convient de « trancher » en faveur de la plus simple. Hubert Reeves, Patience dans l’azur, 2014.

Guillaume d’Ockham est le modèle d’Umberto Eco pour le héros de Au Nom de la Rose, Guillaume de Baskerville.

Less is More, Moins c’est Plus, Mies van der Rohe (architecte)

Si l’auteur de S.A.R.R.A. cite ce principe, c’est qu’il l’a intégré pleinement dans son écriture. Tout autre écrivain aurait raconté cette histoire en 600 à 800 pages, lui nous l’offre en 320 pages. L’écriture ciselée nous oblige à lire avec grande attention : le foisonnement de personnages n’est pas fortuit, ni le moindre détail.

Il semble que la perfection soit atteinte non quand il n’y a plus rien à ajouter, mais quand il n’y a plus rien à retrancher.
Antoine de Saint-Exupéry, Terre des Hommes, 1939.

C’est bien ce que je devrais mettre en pratique.
Et comme il n’y a pas de hasard, je publie cet article le 2.2.22 dans le monde numérique fait de 0 et de 1.
Alors voilà, à bientôt et peut-être, bonne lecture de S.A.R.R.A. !
Katell

14 commentaires sur « De l’intelligence à la conscience artificielle »

    1. Je suis tombée dessus la semaine dernière « par hasard », c’est à dire qu’il fallait que cela se fasse ! Très étonnée du peu de publicité. On comprend pour le second tome, paru le 18 mars 2020, le lendemain du 1er confinement !

      J’aime

    1. Je transmets une parole de l’auteur en mai 2020 : « Avec le coronavirus, je m’engage à reverser tous mes droits d’auteur à l’association Médecins Sans Frontières. Mon éditeur, Beta publisher, reversera lui aussi la moitié de ses bénéfices à l’association ».
      Version papier, chaque tome coûte 14 et 16€, en version numérique 3,99€ chacun.
      Je crois bien que tu vas plonger dedans comme moi Anik !

      J’aime

  1. Bonjour.
    Ton article est époustouflant.
    J’ai très envie de lire ce livre
    Un grand merci pour tout :.
    Les posts patch et tous ces billets comme celui ci qui donnent à penser et à réfléchir.
    Le patchwork sur un autre plan fait aussi réfléchir…et il fait rêver.
    Je ne communique pas souvent mais j’aime ce que tu fais.
    A bientôt.
    Andrée.

    J’aime

  2. Et voilà…Je suis trop tentée par cette lecture!!! Mais il ne faut pas que tout nous propose de telle tentations tous les jours car il va falloir que je diminue encore mon temps de sommeil!!!
    Merci à toi!

    J’aime

  3. Il me semble bien avoir entendu parler de ce livre il y a quelques temps dans une émission télé, mais je ne sais plus du tout laquelle. La personne qui le présentait insistait sur sa date d’écriture, et sur cette prémonition de l’auteur par rapport à ce que nous vivons actuellement.
    Ta présentation donne vraiment envie de s’y plonger. Merci de ce nouveau partage Katell.

    J’aime

    1. J’étais complètement passée à côté ! En effet, lors du premier confinement, on a parlé de divers livres prémonitoires sur les pandémies, ressorti par la même occasion le livre décrivant le Titanic 20 ans avant… Mais SARRA, non, je ne l’ai pas vu, alors qu’il a sûrement eu son exposition médiatique.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.