EPP – La folie de la Passacaglia de Mr. Penrose

dscn1377 (1)En mai dernier, j’ai choisi de préparer un article sur le « piéçage sur papier à l’anglaise » pour le magazine France Patchwork. Il est paru en septembre (Les Nouvelles n° 126).

Je sentais bien que l’EPP prenait de la place chez les quilteuses ! EPP, mais qu’est-ce ? C’est l’élégante abréviation anglaise de notre « piéçage sur papier à l’anglaise », comme par exemple l’hexagone, faufilé sur papier puis assemblé au point glissé. EPP signifie English Paper Piecing. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette technique d’emballage de tissu sur papier n’est pas réservé aux hexagones, même s’ils gardent la vedette.

Justement, depuis la rédaction de cet article, cette technique ne cesse de prendre de l’ampleur. Non, pas pour sa facilité ou rapidité je vous assure ! A vrai dire, ce qui enthousiasme un nombre extraordinaire de quilteuses, c’est de faire d’époustouflantes mosaïques !

mille booksLes Millefiori Quilts de Willyne Hammerstein (quilteuse hollandaise présentée dans Quiltmania n°  69, puis édition de ses modèles de quilts en 2 tomes par la même maison d’édition) connaissent un engouement extraordinaire. Cette Juge au Conseil d’Etat découvrit le patchwork en 1986 mais c’est après plusieurs tentatives tous azimuts qu’elle a trouvé son bonheur dans le patchwork à la main, la détressant de son travail extrêmement prenant.

La-Passacaglia-Quilt
La quilteuse Willyne Hammerstein engendre un immense engouement pour le travail à la main !

Linda Franz, quilteuse canadienne qui a inventé l’Inklinko, utilisation de notre imprimante domestique pour éditer toutes sortes de gabarits, s’est investie dans l’aide à la réalisation d’un de ces quilts. Elle propose l’impression directe des gabarits d’un des quilts préférés, La Passacaglia with Mr. Penrose. Ils sont à utiliser comme on veut, en EPP ou en assemblage au point droit, c’est-à-dire à l’américaine. Voir son offre ici. Cela soulage la fabrication des multiples gabarits, surtout en EPP !

Car oui, la grande vedette de ces livres est le quilt le plus complexe, La Passacaglia !

Au lieu de faufiler chaque pièce sur papier, certaines quilteuses collent temporairement leur tissu sur papier. Un gain de temps sans doute, mais la beauté du geste traditionnel n’est plus ! A chacun de choisir son mode d’assemblage. Sur le blog Very Berry (UK), on peut voir les débuts et l’organisation de la quilteuse qui fait ce fameux quilt en tissus Liberty, of course !  Mais en Australie aussi, la fièvre de la Passacaglia fait de nombreuses victimes…

IMG_0907
Avancement du quilt en Australie chez Lilabelle Lane.

 Question subsidiaire : qui est Mr. Penrose ?

C’est un mathématicien et physicien britannique toujours vivant qui écrivit en 1974 un livre sur les pavages… Le lien entre les mosaïques de tissus, de dessins ou de carrelage est direct !

RogerPenroseTileTAMU2010
Roger Penrose sur un carrelage illustrant ses recherches, au Texas.

 Lasse du patchwork à la machine ? Pensez Millefiori Quilts ! Près de 4000 membres inscrits au groupe Facebook La Passacaglia

Addendum : après le commentaire de Pascale Genevée, j’ajoute avec plaisir le  groupe FB New Hexagon de plus de 7000 membres !!

Happy Bees dans Quiltmania !

Oui, ce sont d’heureuses Abeilles, abonnées à Quiltmania, qui peuvent d’ores et déjà lire le magazine avec quelques jours d’avance sur la parution officielle… Déjà le numéro 109 ! Chez moi les 108 précédents s’alignent bien sagement dans des boites en bois clair IKEA… quand je ne suis pas en train de les feuilleter et les éparpiller, à la recherche d’une info ou d’un modèle qui, je le sais bien, est quelque part… Et à chaque recherche, ce sont mille et une redécouvertes !

QM109

Ce numéro est spécial pour nous car deux pages nous sont consacrées : la Ruche des Quilteuses a été invitée dans le Coin des Blogueuses en pages 96-97 (uniquement en version française). Nous en sommes réellement très honorées.

Le magazine est comme d’habitude riche et élégant, avec un édito de Carol Veillon qui m’amuse bien. Oui, grâce à notre passion nous vieillissons mieux, qu’on se le dise ! C’est la thérapie la plus complète, je le dis souvent moi aussi !

Si vous n’êtes pas abonné, rendez-vous en kiosque à partir du 14 septembre.

Merci Quiltmania, et tout particulièrement Mathilde qui m’a invitée à la rubrique du Coin des Blogueuses !

Katell, Quilteuse Forever

Simply Moderne

Aujourd’hui, j’entame ma cinquième année de blogueuse. Et c’est pour annoncer du nouveau en France !

amish
Oui, ceci est bien un gâteau d’anniversaire au chocolat !! Il est mis en scène d’une manière incroyable…  Je me l’octroie aujourd’hui, mais il vient de ce blog.

Je vous avoue ici avoir personnellement contacté Carol Veillon (Quiltmania) et Viviane Rousset (Editions de Saxe) pour tenter de faire éditer en français les livres de mes amies Sujata Shah et Bernadette Mayr dont je vous parle si souvent, qui font des quilts différents de ceux qu’on voit en France. Les réponses sont chaleureuses, j’espère que cela aboutira chez l’une ou l’autre… Mais j’ai senti un petit flou dans la réponse de Carol, comme si elle me cachait quelque chose… Aujourd’hui, je comprends pourquoi ! Je ne suis pourtant pas à Nantes au Salon de Pour l’Amour du fil (malheureusement) mais j’ai acheté ceci, où j’ai découvert le pot aux roses :IMG_0001

L’édito de Carol Veillon est clair ! Après la création de Simply Vintage qui célèbre le country, un Simply Moderne va voir le jour. Ce sera un magazine fait pour attirer la jeune génération avec « leurs » tissus, « leurs » stylistes, « leurs » inspirations issues du traditionnel, mais chut, les jeunes croient que tout est nouveau ! La réussite éclatante du patchwork pour les jeunes est bien visible ailleurs, en Angleterre notamment. Je suis abonnée au mensuel britannique (oui, mensuel, je ne me trompe pas !!) Love Patchwork & Quilting, il est devenu le n° 1 des ventes de magazines de patchwork après 6 mois d’existence ! A un an et demi maintenant, il est incontournable, il fait la mode, il ne se bat pas contre les blogs mais s’appuie sur eux. C’est frais, c’est sympa, j’y trouve de l’inspiration pour les ateliers d’enfants ou des quilts pour des jeunes… et je désespérais de ne rien voir venir en France.

Quelques modèles montrent le changement en douceur dans ce magazine de transition, dernier des hors-séries saisonniers :

IMG_0005IMG_0004IMG_0002

Alors longue vie à Simply Moderne, futur magazine qui, j’espère, attirera la nouvelle génération de Françaises -et bien d’autres- vers le patchwork !

Quiltmania in the USA

Savez-vous que le magazine français Quiltmania s’exporte avec succès ? Outre la version française, il existe à présent en hollandais et en anglais, preuve d’une belle santé. Bravo à cette équipe passionnée qui commença en 1997 la grande aventure de Quiltmania… C’est le même magazine traduit, à part naturellement les annonces publicitaires ciblées et quelques pages « locales » comme par exemple la présentation des blogs… Justement je le regrette aujourd’hui, car je guettais l’article sur LeeAnn, contactée pour présenter son blog « Nifty Quilts »… mais le voici, youpi, envoyé par mon amie de Seattle :

BloggersCorner
On voit bien sur cette double page de présentation que LeeAnn favorise le rouge, ce qui rend ses quilts si chaleureux ! Les contrastes sont forts, les blocs dynamiques et les quilts sont tous tellement gais ! (cliquez sur la photo pour agrandir) – Edition de septembre 2014 en anglais.

Bravo LeeAnn ! Elle y évoque ses inspirations, notamment ce qu’elle apprend des quilts traditionnels, ses surprises de créatrice, ses belles histoires d’amitié liées au blog, ainsi que son projet de venir l’année prochaine à Paris… Je ferai mon possible pour aller la rencontrer… malgré le bac de mon fils à la même date… Mais pourquoi donc c’est tout en même temps ?…

Vous pouvez lui rendre virtuellement visite ici : Nifty Quilts. Personnellement, j’adore sa démarche, je me nourris de ses quilts et de ses orientations, même si mes ouvrages ne sont pas souvent dans la même gamme de couleurs qu’elle ! J’admire d’autant plus que je ne sais pas utiliser ces gammes de couleurs vibrantes…

Quiltmania et moi

logo-quiltmaniaC’est la centième fois que je me précipite fébrilement sur le nouveau bébé, c’est le centième à lire et relire… Le numéro Cent de Quiltmania vient d’arriver dans ma boîte aux lettres. Privilège des abonnés qui le dégustent bien avant l’arrivée en kiosque ! Quiltmania fait partie de ma vie depuis septembre 1997… Mes cent magazines ne sont pas tous en bon état (loin de là !) car je les trimballe avec moi, je les feuillette, je recherche encore parfois des heures durant une photo, une référence… Les premières dizaines de Quiltmania, je peux dire que je les connais par coeur, ils ont affirmé mes connaissances techniques, historiques, esthétiques…

D’une aventure entre copines, dont j’aurais tant aimé faire partie si j’avais habité à Nantes à l’époque, l’entreprise Quiltmania est devenue une institution dont nous pouvons être fières, car c’est une voix française respectée dans le monde international du patchwork.

Et je vais vous confier que c’est grâce à Quiltmania que j’ai rencontré Marie-Claude de la Chambre des Couleurs, car sur un coup de tête j’ai osé lui écrire à la suite du reportage « Quilt et Intérieur de Charme » chez elle… J’étais tellement tombée amoureuse de ses quilts que je voulais le  lui dire ! Ainsi commença une belle amitié. Définitivement, Quiltmania fait partie de ma vie !

Est-ce l’emprise de la nostalgie ? Je n’ai quand même plus le même frisson à l’arrivée d’un nouveau numéro, à la recherche d’un quilt « que j’ai ab-so-lu-ment envie de faire » ; j’ai tant vibré aux quilts de Renée Ferré ou Michèle Beugnon qu’on voit si peu maintenant… Quiltmania s’est mondialisé, les modèles viennent d’artistes internationales que j’aime bien, certes…8 mars 2014

Mais ne boudons pas notre plaisir, je vous laisse pour m’installer au jardin et lire de A à Z les reportages de Quiltmania n° 100 au soleil…

Bravo Quiltmania !

Lectrice de Quiltmania depuis le premier numéro, je suis attentive aux orientations de ce magazine qui m’a tant apporté. Il témoigne de l’air du temps, mais bien plus, il nous influence, provoque des modes (ah les tissus taupe !)… Bien mieux que Marie-Claire Idées, Quiltmania a pris dans mon coeur la place qu’occupait le magazine 100 Idées de ma jeunesse. Je sais, c’est différent, beaucoup plus ciblé, mais après mes envies tous azimuts, c’est le patchwork que j’ai choisi « pour la vie », Quilteuse Forever je suis donc devenue…

Un magazine doit plaire à plusieurs catégories de lecteurs, nous avons de multiples attentes… Parfois l’équilibre entre ce qui enthousiasme, ce qui indiffère et ce qui déplaît est rompu et le lecteur est déçu. Le numéro 89 de Quiltmania penche, sur ma balance personnelle, nettement vers le positif !

Tout d’abord, les modèles proposés en 2e partie sont sympathiques, j’aime beaucoup « Pois versus Rayures » et surtout je retrouve avec plaisir un modèle de Michèle Beugnon comme je l’aime ! Elle excelle dans le mélange tradi / inspiration du Monde, que celle-ci vienne des Indiens d’Amérique du Nord, du Sud (ou d’Asie !), du Japon… J’aimais moins les quilts où elle utilisait de grands imprimés à fleurs en guise de bordure, ils étaient moins harmonieux à mon goût et ne correspondaient pas à son style de prédilection.

C’est la première partie qui détermine chez moi si la balance penche du bon ou du mauvais côté. J’ai tant appris grâce à Quiltmania que je deviens très exigente ! Cette fois-ci, le nombre de très beaux quilts en grandes photos, issus de récentes expos internationales, est impressionnant. Que d’inspiration ! Et puis deux articles m’ont passionnée et font étrangement écho à mon petit article précédent ; Je pensais précisément à la découverte de Janine Jannière quand je parlais de patchworks faits en France dans les siècles précédents. Cette historienne (non quilteuse, mais toujours passionnée !) a fait une recherche remarquable sur les patchworks d’hexagones dans le monde. Page 32, « Hexagon, Eternal Piece » est un article qui complète fort bien cette étude.

Mais aujourd’hui j’ai envie de rendre hommage à Quiltmania surtout pour son long article « La Beauté de l’usuel », superbe titre, et de l’exposition Boro. A lire attentivement ! Du peu que je connais de la fierté japonaise, je ne suis pas sûre que ce genre d’expo plaise, mais elle est si riche d’enseignements… C’est un véritable article de fond sur l’économie frugale d’un peuple, qu’on peut facilement extrapoler sur tous les continents. Je le répète, ne passez pas à côté de cet article. 

Il me rappelle un film qui m’a bouleversée en 1984 « La Ballade de Narayama », palme d’or à Cannes en 1983. Je me souviens d’avoir eu un peu de mal à traîner mon copain au ciné pour voir un film de plus de 2 heures en japonais ! On y découvre la rude -très rude- vie de paysans japonais du centre du Japon ; c’est un des films les plus bouleversants qu’il m’ait été donné de voir.

Une fois de plus, le monde du quilt éveille en moi des correspondances vers d’autres arts.
J’espère que je ne vous ennuie pas avec mes préférences affichées, vous pouvez réagir en laissant un commentaire !

-=-=-=-