Arbres, Couleurs, France Patchwork, Guérir, Histoire, Irlande, Ouvrages en commun, Toutes Unies

Octobre Noir

L’année 2020 est pourrie, on l’a bien compris. Et pourtant, en septembre, qui aurait parié sur un Octobre aussi Noir ?

Je m’excuse auprès de toutes les autres années
que je disais pourries,
je n’avais pas encore vécu 2020.

Le mois noir commença avec la tempête Alex : deux belles vallées des Alpes-Maritimes ravagées, faisant de nombreuses victimes, certaines ont perdu la vie, d’autres ont perdu tout le reste. C’est pour ces personnes en détresse que nous pourrons offrir un quilt. Ce n’est pas essentiel, mais c’est un petit cadeau de solidarité qui réchauffera les cœurs et les corps au moment de la distribution, en 2021 sans doute. Je relaierai l’adresse d’envoi postal dès que je la connaîtrai. 

@solidarite06 est une association caritative sise à Nice, qui travaille avec le Secours Populaire pour faire cheminer les dons pour les sinistrés. C’est peut-être par eux que se fera l’offre des quilts. Attendons cependant les recommandations de France Patchwork pour une action coordonnée.

Solidarité des quilteuses du monde : les incendies gigantesques en Australie qui nous émurent en janvier 2020, ont engendré 15 000 blocs d’arbres, soit 750 quilts à faire. L’Australie ne passe pas à côté du Coronavirus et malgré tout, leurs quilteuses vivent une année unique, entre excitation et lassitude, esprit de solidarité et découragement, tant le travail est immense. Mais elles avancent avec détermination… Voici un tout petit florilège des quilts terminés :

Les actions solidaires des Quilteuses sont autant de sourires, à condition que l’organisation soit solide. Les quilteuses australiennes font face à ce gigantesque travail de choix des blocs à mettre 20 par 20, d’assemblage, mise en sandwich, quilting, bande de finition… Nous savons ce que cela représente… à faire 750 fois !! Alors encore un immense bravo aux Australiennes !

Octobre Noir… Que dire de la décapitation d’un prof ? Pour des dessins ?? Ce vendredi 16 octobre, jour des vacances, aurait dû être un jour joyeux. Un ami de ma fille, prof dans ce collège, avait partagé avec son copain et collègue Samuel son dernier déjeuner, ils avaient fait une partie de ping-pong ensemble avant 14h. Quel traumatisme pour tous les proches, tous les profs, toute la population.

Et comme si cela ne suffisait pas, les contagions du coronavirus se multiplient et nous voici de nouveau confinés ce soir-même. 

On peut se croire en enfer, mais la commune Les Rousses dans le Jura, se demande si on n’est pas déjà au Paradis. Cette photo date de mars 2020 et continue de faire le tour des réseaux sociaux

Ce mois d’octobre déjà bien noir se termine avec le début d’un nouveau confinement. Un choc, une chape de tristesse, même si on nous y préparait depuis 2 jours.

Beaucoup de personnes, pour diverses raisons, éprouvent de grandes difficultés directement à cause de la pandémie – santé défaillante, séparation, manque de revenus, perte d’emploi… De la tristesse, de la révolte qui couve… Quand on voit les tensions dans certains pays récemment reconfinés, on sait que tout peut arriver. Certains se révoltent néanmoins avec humour : un père de famille de Newport (Pays de Galles) s’est présenté en supermarché en caleçon et masque, car lors de ce confinement, les magasins n’ont plus le droit de vendre ce qui est non essentiel, comme les vêtements…

Les vêtements sont devenus non-essentiels, d’après le gouvernement du Pays de Galles. Alors… Photo Wales News Service

Nous allons donc entrer en résistance. Observer le confinement puisque c’est la solution pour contrer le virus galopant, mais nous allons aussi nous distraire et nous motiver mutuellement. Pour ma part, avec la Ruche des Quilteuses, je continuerai de mêler arts textiles et lectures, pour une évasion immobile, avec un ou deux articles par semaine.

Ne broyons pas du noir quand nous avons tant d’autres couleurs !

Ensemble malgré tout, c’était l’élan créatif impulsé par France Patchwork au début du premier confinement. 

Samedi : Halloween, Samain et Pleine Lune

Commençons par une bonne nouvelle : après-demain, samedi, il fera beau temps et, la nuit venue, nous pourrons admirer la Pleine Lune, un spectacle qui me ravit toujours. On a encore le droit de regarder le ciel et rêver.

Samedi, ce sera le dernier jour d’un mois noir et le dernier jour de l’année dans le calendrier celtique. On connaît cette journée sous les couleurs d’Halloween en orange & noir, une formidable inspiration pour les quilteuses :

Halloween miniquilt, Pinkadot Quilts
Squelette en lisières, Riel Nason
Les citrouilles de Bonnie Hunter, modèle dans son livre String Frenzy.
Etoile à 5 branches de Victoria Findlay Wolfe, aux couleurs de Halloween, même si ce n’est pas le sujet du quilt !

Halloween (contraction de mots anglais) est une fête grand public, devenue très commerciale. Nous n’en avons que l’écume, les bonbons et les décorations. Et pourtant, cette célébration vient d’Europe, on la dit millénaire et on l’appelle aussi Samain (mot gaélique/celtique) : elle n’est pas une création américaine, ce sont les Irlandais qui ont émigré avec leurs traditions ancestrales et, dans leur nouveau pays, les croyances et habitudes se sont modifiées. C’est un peu la même histoire que les quilts qui ont traversé l’Océan avec les migrants : la plupart des blocs de patchwork ont été créés dans le Nouveau Monde, mais le patchwork, l’appliqué et le quilting existaient déjà.

Samaïn est une fête de fermeture de l’année écoulée, et d’ouverture de l’année à venir, c’est une charnière en dehors du temps. Comme toutes les sociétés archaïques, la société celtique était une structure très organisée où chacun connaissait sa place. Mais les Celtes savaient que seule une rupture abolissant ordre et structure et permettant au chaos de régner pouvait rendre cet ordre psychologiquement confortable. C’était le rôle de Samaïn. Les trois jours de ce festival échappaient au temps et chacun y faisait ce qui lui plaisait : les hommes s’habillaient en femme et vice versa, les barrières des fermiers étaient démontées et jetées dans les fossés, les chevaux changés de prés, et les enfants visitaient les voisins en exigeant des cadeaux et des gâteries, une tradition qui survit de façon atténuée dans la fête de Halloween (contraction de « All hallows eve » : la veille de la Toussaint, le 31/10).
Les Celtes comptaient le temps en partant de la nuit et en allant vers le jour, exprimant ainsi leur espoir dans l’évolution d’une conscience endormie vers une conscience éveillée. C’est pourquoi l’année celte commence avec une fête au cœur de l’obscurité : c’est la fête de Samaïn, dont le nom signifie littéralement « la chute du soleil ».
Samaïn ouvre donc le premier quartier, avec une fête qui dure trois jours : les 31 octobre, 1er et 2 novembre.
Samaïn est le Nouvel An celte.
Isabelle Padovani – Facebook
Il est bien difficile de rétablir ce qui se passait naguère en pays celtes, par manque d’écrits ou de traces archéologiques évidentes. Qui est sûr de l’interprétation des menhirs de Carnac ou de Stonehenge ? Ce que nous pouvons en lire est fondé sur des suppositions, des déductions, des convictions, plus que sur des certitudes.
 
La Wicca, ou l’éloge du paganisme et des sorcières
Ce qui est évident, c’est que nous avons raboté la plupart des rites anciens et que l’appel pour plus de sens dans nos vies, plus de merveilleux, titille beaucoup d’Occidentaux en quête de racines, d’authenticité… et de rêves.
Ainsi est née la Wicca, une nouvelle croyance occidentale.
Qu’est-ce que la Wicca ? C’est une croyance basée sur des racines païennes, qui tourne autour de la célébration des cycles naturels et des saisons.
Encore peu connue en France sous ce terme, la Wicca (qui vient de Witch Craft, l’Art de la Magie) rassemble à présent plusieurs millions d’adeptes dans le monde. Elle fut créée par un Britannique dans les années 1950. Pour ses détracteurs, la Wicca est un joyeux fatras de fadaises, anciennes superstitions et ramassis de bêtises ésotériques. 
Ce dessin celtique est le symbole de la série télévisée américaine Charmed, dans la droite lignée de la Wicca.
Et pour ses adeptes ?
On appelle aussi la wicca : le néo-paganisme moderne.
C’est la confluence de multiples pratiques pour célébrer la Force de Vie, c’est un chemin vers le savoir, la sagesse, l’acceptation des forces qui ne se voient pas. Les Wiccans – les adeptes de la Wicca – réapprennent les savoirs oubliés des ancêtres et découvrent un art de vivre lié aux énergies de la Terre et du Ciel. A leur guise, les Wiccans utilisent divers rituels et peuvent s’appuyer sur la cartomancie, l’astrologie, les cycles lunaires, les cristaux… pour capter et interpréter les énergies, pour mieux vivre et pourquoi pas, pour guérir. L’apprentissage et la pratique sont « à la carte », en solo ou en groupe.
L’étoile à 5 branches (ou pentacle) est devenu un signe wiccan
Samain et Pleine Lune, 13 Pleines Lunes dans l’année…
 
La nuit du 31/10/2020 sera chargée pour les Wiccans et les Sorcières avec une double actualité : la célébration de Samain tombe cette année à la Pleine Lune, phénomène rare puisque cette correspondance Samain/Pleine Lune n’était pas arrivée depuis 1944.
 
Une année comme 2020 avec 13 Pleines Lunes (ce qui arrive tous les 2 ou 3 ans), c’est un signe d’année troublée selon les anciens. Pour 2020, on peut aisément faire la liste des malheurs du monde et confirmer cette assertion. Les années à 12 pleines Lunes sont-elles pour autant calmes ?… C’est là qu’on se rend compte que les croyances peuvent nous convaincre de tout, notre souvenir peut associer aux années de 13 Pleines Lunes les drames de l’année… mais les autres années n’en sont pas exemptes.
C’est la responsabilité de chacun de vivre sa vie et croire en pleine conscience, avec discernement. 
 
Même en période noire, il y a la lumière quelque part… Orange & noir…
Naguère, les feux de joie ponctuaient toutes les fêtes. Photo Toa Heftiba
Feu de camp, quilt de Bernadette Mayr.

Si vous avez oublié l’actualité pendant 5 minutes, c’est déjà ça 😁
 
A bientôt pour vous montrer encore plein de belles choses et partager de bons moments ensemble,
Katell

55 réflexions au sujet de “Octobre Noir”

    1. J’ai combiné hier l’article que je préparais pour le 31 avec le sentiment que nous partageons : la lassitude des mauvaises nouvelles et une immense inquiétude pour les semaines à venir. Mais nous allons trouver des ressources pour passer cette difficile période.

      J'aime

  1. Bo jour Katell, hé oui, tu nous fais oublier cette triste actualité pendant quelques instants et c’est déjà formidable. Merci. Comme nous n’y pouvons rien changer, essayons de trouver le côté positif de ce reconfinement nous allons pouvoir consacrer plus de temps à notre passion et ainsi rattraper les retards (Route 66). Mais le plus important est de garder ce virus éloigné de nos proches et de nous mêmes. Alors protégeons nous en rêvant à des jours meilleurs qui finirons bien par revenir et restons positives. Je’e manquerai pas d’observer le pleine lune samedi. Encore MERCI.

    J'aime

    1. C’est moi qui te remercie Michelle, effectivement le plus sage et malin est de tirer profit du confinement : plus de temps à consacrer au patchwork !
      Et rester loin du virus : être malade de cette saleté, non merci…
      Nous serons nombreuses à rêver devant la Pleine Lune samedi, à recharger de l’énergie et tenter de nous remettre de cet Octobre qui n’en finit pas d’être noir.

      J'aime

  2. Bonjour et merci Katell. Je passe toujours un bon moment en lisant tes posts et je m.y cultive aussi . Tu as raison l année 2020 est pourrie et ton article invite à l empathie et à la solidarité.
    Maryline

    J'aime

  3. Quelle joie de vous lire Katell, en effet, le temps était suspendu pendant que je vous lisais ! merci de tout cœur pour ce bon et joli moment

    Aimé par 1 personne

  4. Merci Karel pour cet article Qui malgré la morosité ambiante nous fait du bien. Étant niçoise,( expatriée en auvergne) j’ai passé pendant plus de 20 ans mes vacances à st Martin vesubie et au Boreon ou mes parents avaient un chalet. Tous mes souvenirs d’enfance ont ressurgi et et m’ont submergée lors de cette tempête.Certains des endroits où j’ai passé toute mon enfance ont totalement disparus et je ne pourrais jamais les montrer à mes petits enfants comme je l’avais fait avec mes enfants…je suis partante pour participer à l’élaboration d’un patch en faveur des sinistrés. As tu des infos à me communiquer à ce sujet? Un grand Merci par avance. PS, Le confinement va me permettre de rattraper le retard Que j’ai pris, mon quilt meteo sera à jour à la fin du mois!😂 Restons positive‼️

    J'aime

    1. Quand on connaît les lieux et qu’on y a tant de souvenirs et d’attachement, cela doit être bien difficile…
      Pour notre part, les Abeilles préparons des blocs, presque tous finis, que nous assemblerons… cela devait être le 6 novembre, ce sera donc plus tard. Ce que je sais, c’est qu’on peut faire un quilt taille enfant ou adulte une personne et l’expédier ultérieurement. Le nôtre mesurera soit 150 cm de côté, soit 150 x 180, selon le nombre total de blocs.
      Je donnerai toutes les infos que je pourrai recevoir !

      J'aime

  5. Merci merci merci pour tous vos mails et toute la documentation qui va avec …je suis toujours moins  » bête  » après leur lecture .
    Et votre optimisme nous aide beaucoup …
    Quelle chance ont les quilteues de votre région !!
    A avec toute mon admiration et mon amitié. Mamika.

    Aimé par 1 personne

  6. Katell, tu es notre bonne fée d’ Halloween voire, notre bonne fée (bi)hebdomadaire qui sait manier sa plume à papote pour notre plus grand plaisir. Octobre noir, Annus horribilis? peut-être…Pourtant l’humanité a connu bien pire: les guerres armées où chacun perdait son humanité par la destruction massive et par la dénonciation de ses voisins, les famines où régnait le chacun pour soi afin de survivre, les épidémies de peste et de choléra où c’était le ramassage de cadavres anonymes, pêle-mêle dans des tombereaux. Heureusement nous n’en sommes plus là! Même si les dévaliseurs de PQ montrent encore une attitude moyenâgeuse…
    Évidemment il y a des victimes du virus, des catastrophes naturelles tragiques, des fous aux gestes meurtriers, mais il n’y a jamais eu autant de solidarité, fini les famines, les secours peuvent agir, même si on peut toujours faire mieux. A-t-on déjà connu en période de crise autant de générosité, de compassion, d’entraide? On mesure notre impact négatif sur la nature par un confinement d’à peine quelques semaine pour laisser respirer la terre. En toute honnêteté, et je m’en excuse pour les victimes, n’est-ce pas un mal pour un bien?
    Alors, pour celles et ceux qui te suivent, broyez du noir, mais également du vert espoir, du bleu ciel, du rose tendre et toutes ces couleurs qui nous enchantent, en restant simplement prudents; Je t’embrasse et tous ceux qui te lisent.

    J'aime

    1. Mille mercis Catherine ! La société que nous avons créée fait de nous des enfants gâtés, dans le bon et le mauvais sens. Alors on a sans doute une moindre résistance à la frustration. Et l’information universelle nous fait éprouver de la tristesse pour des drames qui ne nous concernent pas directement. C’est beaucoup pour les personnes qui boivent les émotions comme des éponges.
      Heureusement comme tu le soulignes, nous avons la possibilité d’agir, d’aider. On aide les victimes en s’aidant soi-même à supporter les malheurs.
      Pour l’impact que nous avons sur la nature, je suis désolée de me rendre compte que le constat a été très clair, mais il y a eu zéro action utile à la suite. Au contraire, on inonde le monde entier de masques jetables non recyclables. Un « détail » parmi d’autres. Un jour, je piquerai ma colère verte.

      J'aime

  7. Merci pour ces moments de bonheur quelle donnent la lecture de vos posts. Je n’ai pas encore réussi à me remettre au patch, mais vous mettez un rayon de soleil dans ma boite mail. Et ça c’est inestimable,

    Aimé par 1 personne

  8. Merci infiniment Katell pour tes lettres qui me sont toujours un sentier lumineux que je me régale à parcourir.Elles sont porteuses de découvertes et de partages et je les lis avec gourmandise, ainsi que les commentaires bien sûrs qui ont eux aussi toute leur richesse.
    Bonne journée à toi et aussi comme le dit Catherine au post précédent à tous ceux qui te lisent.

    J'aime

    1. Oui Gisèle, les commentaires enrichissent tellement l’article, introduisent des nuances utiles et nous permettent de faire partie d’une communauté, sentiment rassurant qu’on a perdu en vivant dans des villes… ou comme moi, dans un village que je traverse généralement en voiture… Merci !

      J'aime

  9. merci katell, merci catherine pour vos paroles bienfaisantes porteuses d’espoir, incitant à la résilience. j’aimerais participer à la réalisation d’un patch de réconfort. à l’exemple des australiennes que j’ai quitté quelques jours avant les restrictions de déplacement, gardons la tête haute, restons fortes, solidaires et enthousiastes.

    J'aime

    1. Je suppose qu’il a y avoir des projets « reconfinement » proposés sur Facebook, j’en ferai écho ici. Pour ma part, je n’ai pas l’intention de lancer quelque chose, sauf si une bonne idée m’arrive tout d’un coup !
      Les Australiennes m’impressionnent, vraiment. J’ai déjà mené des challenges, à bien plus petite échelle ; je sais tout ce qui tourne autour : l’organisation, l’amitié, le temps, l’argent, la fiabilité des personnes sont absolument nécessaires pour s’en sortir !
      Ce sera bien émouvant quand nous saurons que les quilts seront distribués aux foyers qui ont tout perdu.

      J'aime

  10. Tout a déjà été dit dans les commentaires précédents, mais j’ajoute le mien quand même pour te dire le bonheur de lire tes pages comme à chaque fois et particulièrement aujourd’hui.
    Merci pour la révision du sens de Halloween, pour ce rappel des régions frappées par la tempête de début octobre et que l’actualité oublie déjà, pour ces patchs magnifiques aux couleurs qui claquent et qui nous éviteront de broyer du noir pour ce matin au moins, et plus longtemps j’espère.

    J'aime

    1. Merci de te manifester Gene, même si les commentaires précédents sont déjà si élogieux !
      Mais tu vois, l’actualité ne nous laisse aucun répit. Encore du noir au cours de la matinée…
      J’ai écrit tard hier pour terminer cet article afin de le publier avant le confinement. Quelques heures plus tard, encore une attaque terroriste.
      Nous devons faire disparaître le virus de nos vies, et il faudra bien avancer et défendre les qualités de notre société – je pense ici à notre liberté d’être laïc ou croyant, choix personnel qui n’aurait jamais dû faire couler une goutte de sang. L’Histoire nous montre bien le contraire, bien peu de religions ont les mains propres, c’est fou, je n’arrive pas à comprendre cela.

      J'aime

  11. on doit faire preuve de résilience face aux nouvelles épreuves et trouver nos propres ressources pour y arriver. Le décès de ce collègue m’a beaucoup affectée. Mais le patchwork m’a aidé comme dans les moments difficiles à évacuer ma colère (ma machine est une bonne alliée hihi). J’attends cette pleine lune avec impatience pour bien redémarrer lundi au travail!

    J'aime

    1. C’est tellement vrai, à la machine on se concentre, on est beaucoup dans l’action et on est dans un état qui aide à supporter des épreuves. Coudre à la main permet de laisser son esprit vagabonder, de méditer… ou de tourner un problème en boucle. Nous avons le choix, selon notre tempérament ou le moment.
      De tout cœur, bon courage pour cette rentrée différente qui commencera par l’hommage à Samuel Paty. Il ne faut pas l’oublier. Ensuite, bon courage pour tout le reste…

      J'aime

  12. Merci Katell pour tous tes articles, toujours passionnants. Je ne laisse pas de commentaire mais j’ai grand plaisir à te lire à chaque fois. Je t’embrasse, prends bien soin de 6

    J'aime

    1. Ce soir nous sommes effectivement 6 jusqu’à 9h -1/4, ensuite 3 à la maison le temps du confinement. Je n’ai pas à me plaindre personnellement, alors j’aurai l’envie de patcher, lire et écrire !
      Merci pour ton gentil message.

      J'aime

  13. Octobre noir disiez-vous et je vois les heures auxquelles on vous a écrit… Or vers 9 heures ce matin on a assassiné trois personnes dans une église à Nice…. Je suis en ehpad et 9 personnes au « cantou » sont impactées par le virus. De ce fait, (nous) 80 autres personnes sont confinées en chambre et servies en plateau à l’intérieur.. Alors le matin toutes mes réponses aux blogs généalogiques et un peu patch. L’après-midi, je continue le quilt mystère F.P. J’espère que le confinement ne durera pas autant de mois que ce quilt…… Gardons le moral, Faisons attention à nos santés et comme on dit « portez-vous bien ».

    J'aime

    1. J’ai eu une intuition malheureuse, cela m’arrive mais ne me sert jamais, ce n’est jamais assez précis. Ce matin j’ai écrit à 7 h du matin : Octobre Noir, ce n’est pas fini… Aucune idée pourquoi j’ai écrit cela.
      Quelle angoisse en EHPAD contaminée… Tout le monde semble faire sa part pour que tout se passe au mieux, mais l’isolement pèse bien sûr.
      Bravo pour votre ténacité pour le quilt FP ! Quand il sera fini, je serai honorée de publier sa photo sur ce blog.
      Bon courage ma chère Rose l’ Angevine, continuez à nous donner de vos nouvelles et tenez bon !

      J'aime

  14. Pendant le précédent confinement, j’ai fait les 8 carrés que FP nous indiquait le mercredi quant aux couleurs et la liberté nous était laissée. Edith Brouilly a bien voulu le publier sur Facebook (forum), si vous en avez la possibilité, vous pouvez aller le voir. Je l’ai basé sur le coronavirus qui se promenait, s’exportait et après diverses facéties tentait de prendre la porte de sortie. J’en ai fait cadeau à un de mes 2 fils médecins pour son anniversaire en juillet ( à mi-mai.). Mais sa maison toute fraîche achetée l’oblige à des travaux et il n’est pas encore accroché ! Mais comme le virus n’est hélas toujours pas parti ! .N..B., j’ai 82 ans alors vous les plus jeunes soyez raisonnables !

    J'aime

  15. merci Katell pour ces billets plein d’espoir; je les attends car ils me reboostent souvent! cette période est dure, très dure!

    J'aime

    1. Tout le monde le ressent, même si, comme moi, je n’ai pas à me plaindre… Je me sens privégiée, bien entourée, vivant dans une maison agréable. Je ne peux cependant m’empêcher de m’inquiéter et ressentir le désarroi autour de moi. Ma petite part vers l’espoir sera de continuer à distraire en écrivant. Bon courage Joëlle 37.

      J'aime

  16. Très intéressant comme toujours, la photo du quilt Feu de camp, de Bernadette Mayr.termine votre texte en beauté

    J'aime

  17. Je ne suis pas une quilteuse mais plutôt une admiratrice de vos magnifiques réalisations et aussi une lectrice attentive de ce blog où j’apprends une foultitude de choses ….
    Merci de me faire oublier le temps d’une lecture la période que nous vivons!!!
    Béatrice

    J'aime

  18. Avec du retard ,mille fois merci Katell pour cet article réaliste et également optimiste.
    Les quilts que tu as choisis en illustration sont magnifiques.
    Bon courage pour ce deuxième confinement à toi et à celles qui te lisent…le patch aide.

    J'aime

    1. Oui, une vraie thérapie, et nous allons avoir probablement de nouvelles propositions d’ouvrages sur les réseaux sociaux pour nous sentir reliées et joyeuses malgré tout !

      J'aime

  19. Magnifique ce feu aujourd’hui encore un jour sombre , bonjour decembre esperons le meilleur bisous et bonne couture

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.